Liens utiles et recherches globales

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/sclerose-en-plaques.jpg

Patients Sclérose en plaques

Liens utiles et recherches globales


Posté le

@maritima‍  
@Chris31‍ @Nathali57‍ @veronique53‍ @Guerrison‍ @Bidulou04000‍ @Valou35‍ @Tine25‍ @chatdoc‍ @Voielactée‍ @asimov‍ @Gaelline‍ @brume26‍ @Mercedes55‍ @krisslo57‍ @Marie.53‍ @Magalisep‍ @ludilou‍ @Kirris‍ @marisep‍ @Deblat‍ , à tous,

Le site précédent ( https://www.cardio-online.fr/Actualites/Depeches/Les-acides-gras-omega-3-EPA-et-DHA-benefiques-en-complement-des-statines-sur-la-plaque-coronaire ) compare les doses :

"Enfin, d’après une analyse post hoc comparant les participants sous statines à forte dose (atorvastatine ≥ 40 mg, rosuvastatine ≥ 20 mg et simvastatine 80 mg) "

Le Crestor (rosuvastatine) qui m'avait été initialement prescrit à 10mg 1/j est comparé à la simvastatine 80/2 = 40mg/j.

Pour le moment (40mg de simvastatine à la place de 10mg de rosuvastatine), cela revien(drai)t à la dose initiale (?).
Sachant que ... j'étais passé à rosuvastatine 5mg/2j (4 * moins).

Article du 13/05/2019 : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/29124-Sclerose-plaques-medicament-cholesterol-s-avere-prometteur

A suivre ...
!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le
Bon conseiller

c'est toi @SepSepien‍  qui jugeras , in fine  ,en fonction de ton ressenti .Un lien joint ( sous réserve de sa fiabilité)

Interactions médicamenteuses

La simvastatine peut être aussi efficace que Crestor, mais elle interagit avec davantage de médicaments. Les interactions médicamenteuses peuvent augmenter le risque d'effets secondaires de la simvastatine

Douleurs et courbatures musculaires

La simvastatine et Crestor peuvent tous deux provoquer des douleurs musculaires, mais cet effet secondaire est plus probable avec la simvastatine. La douleur peut se développer en quelques jours ou semaines. Vous pouvez avoir l'impression d'avoir tiré ou tendu un muscle.

https://www-healthline-com.translate.goog/health/high-cholesterol/simvastatin-vs-crestor?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le

@maritima , à tous,

Si l'on se réfère aux avis : https://www.meamedica.fr/cholesterol/simvastatine/7

... respiration courte cette nuit et actuellement, douleurs et crampes, difficultés à parler accrues (de ma dysphonie spamodique), 16H10 c'est décidé je suspends pour ne pas en ajouter sur les effets secondaires éventuels du vaccin.

Jambes très lourdes.

!!!!!!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le
Bon conseiller

 Se référer aux avis n'est jamais inutile mais le seul avis qui compte  dans le cas présent , c'est le tien , @SepSepien‍  !

Pour bien définir la part des choses que tu évoquais à 14h05 , tu ne veux ou ne peux pas attendre qqs jours avant de prendre ta décision ? 

!!!!!!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le

 Bonjour @maritima , à tous,

Hier fut une de ces journées infernales dont on se passerait :
- soit le vaccin a induit des effets secondaires https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2686947-effet-secondaire-vaccin-covid-moderna-duree-pfizer-liste-ansm-jeune-3e-dose-astrazeneca-janssen/ 
- soit la simvastatine m'a rompu les jambes et déclenché des extrasystoles,

soit c'est l'effet combiné et hâtif qui a fabriqué un cocktail ... épuisement complet++++.

La prochaine tentative pour la simvastatine attendra janvier, je couperai un cp de 40mg en 2 le soir.

!!!!!!!!!!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le
Bon conseiller

Soit ......soit    ou un peu des deux :  l'effet  combiné auquel tu penses !  @SepSepien‍    : prends soin de toi   et .... que ce jour soit meilleur qu'hier  .      Wait and  see .

!!!!!!!!!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le

Bonjour @asimov‍ @maritima‍ @chatdoc‍ @Chris31‍ , à tous,

Page 107, Asimov a donné le lien https://www.pnas.org/content/116/22/11020 que j'ai incomplètement parcouru, sauf :

Discussion

"Nous avons utilisé des modèles d'équations structurelles multivariés pour explorer et tester les mécanismes causaux hypothétiques qui pourraient expliquer l'effet observé du traitement d'un médicament neuroprotecteur potentiel en utilisant l'essai de la simvastatine comme modèle. Dans cet essai récent de phase 2, la simvastatine a eu un effet direct sur le retardement de l'aggravation de l'EDSS et de l'atrophie cérébrale. Les causes de cet effet bénéfique du traitement par statine ne sont pas claires, car des mécanismes médiés par le cholestérol ou indépendants du cholestérol peuvent y contribuer. À l'appui des premiers, diverses études ont rapporté que des taux élevés de cholestérol périphérique sont associés à des résultats défavorables de la SEP (36, 37). Par conséquent, il serait raisonnable de supposer qu'une réduction des taux de cholestérol sérique par le biais d'un traitement par statine pourrait être bénéfique. Notre étude suggère toutefois que ces effets étaient indépendants de la baisse du taux de cholestérol sérique et, par conséquent, ne soutient pas l'hypothèse selon laquelle les effets bénéfiques de la simvastatine peuvent être attribués à ses effets sur la baisse du taux de cholestérol sérique et à l'amélioration de l'hyperlipidémie qui en résulte, dont on sait qu'elle est une comorbidité de la SEP (3). Cela n'exclut pas un rôle pathogène de l'altération du métabolisme lipidique dans la SEP, mais suggère que les principaux mécanismes effecteurs bénéfiques médiés par les statines peuvent être indépendants de la réduction du cholestérol périphérique.

Un modèle indépendant du cholestérol était donc l'option la plus probable, et les modèles de médiation ont suggéré que la réduction du taux d'aggravation de l'EDSS était expliquée en partie (31 %) par les effets du traitement sur l'atrophie cérébrale, et en partie (69 %) par un effet direct distinct du traitement. Tous ces effets étaient indépendants de la modification des taux de cholestérol sérique. Notre approche mécaniste, également appelée analyse de médiation, va au-delà de l'analyse de corrélation et fournit des preuves causales de l'association entre deux variables. Cela commence par la déconstruction mathématique des effets de la simvastatine comme étant médiés par le cholestérol ou indépendants du cholestérol et permet de comprendre indirectement si les effets bénéfiques de la simvastatine sont médiés directement par son effet sur la réduction des taux de cholestérol périphérique ou par d'autres produits en amont de la voie du mévalonate (qui produit le cholestérol). Le cholestérol sérique n'est qu'un des produits en aval de la 3-hydroxy-3-méthyl-glutaryl-CoA (HMG-CoA) réductase (qui fait partie de la voie du mévalonate), une enzyme qui est inhibée par la simvastatine. Par conséquent, l'indépendance des effets du traitement dans la SEP par rapport aux taux de cholestérol périphériques n'indique pas que l'effet est indépendant de l'inhibition de l'HMG-CoA réductase et de la synthèse du cholestérol, mais pointe vers un rôle des métabolites intermédiaires en aval de l'HMG-CoA réductase, mais en amont du cholestérol. Les produits indépendants du cholestérol (ou pléiotropes) de cette voie comprennent des isoprénoïdes qui prénylent une variété de protéines de signalisation clés qui régulent la fonction cellulaire (38) et dont l'atténuation peut avoir des effets neuroprotecteurs et vasculoprotecteurs bénéfiques. Il a été démontré dans des modèles expérimentaux que la simvastatine inhibe l'isoprénylation des protéines cérébrales (39).

Le système nerveux central est fortement enrichi en cholestérol, notamment dans la myéline, et la majeure partie du cholestérol du système nerveux est synthétisée de novo et est indépendante du cholestérol sanguin (40). De plus, des substrats intermédiaires de la voie de biosynthèse du cholestérol, tels que les stérols 8,9-insaturés, pourraient profondément stimuler la formation et la réparation de la myéline (41). Bien que l'effet des statines sur les taux de cholestérol du cerveau humain, qui ne peuvent être facilement mesurés chez l'homme, ne soit pas clair, les données expérimentales sur les animaux suggèrent qu'elles réduisent la synthèse de novo du cholestérol et, par conséquent, altèrent la remyélinisation (40, 42), ce qui, à son tour, aggraverait l'état des patients. Puisque nous avons observé des effets positifs de la simvastatine sur l'atrophie cérébrale et le handicap, il est peu probable qu'ils soient dus à son effet possible sur le cholestérol central. Nos résultats suggèrent que les recherches futures devraient se concentrer sur les changements des niveaux des métabolites intermédiaires en amont de la voie de synthèse du cholestérol, plutôt que sur les effets anti-comorbidité potentiels des statines dans la SEP progressive (43).

Il est possible de spéculer que les statines peuvent réduire l'atrophie cérébrale et la progression clinique par le biais de divers processus biologiques qui ne sont pas liés au taux de cholestérol périphérique et au métabolisme du cholestérol. Par exemple, les statines ont des effets sur l'adhésion des leucocytes par l'interférence stéarique directe des molécules d'adhésion ICAM-1/LFA-1 (44), peuvent moduler la réponse immunitaire des lymphocytes T (45) et inhiber la migration des leucocytes dans le SNC (46). En outre, des travaux antérieurs ont démontré que l'avantage des statines dans la neuroinflammation peut être une conséquence de leurs effets sur les intermédiaires isoprénoïdes (indépendants du cholestérol) dans les voies du mévalonate (47). Le traitement à l'atorvastatine qui a provoqué une modulation immunitaire des cellules T et inversé les modèles d'encéphalomyélite auto-immune expérimentale récurrente et chronique, n'a pas affecté les niveaux de cholestérol circulant ou le niveau de cholestérol dans la membrane plasmatique des cellules T. Des intermédiaires isoprénoïdes spécifiques étaient responsables de la modulation immunitaire par l'atorvastatine, et non des molécules de la branche de synthèse des stérols (cholestérol) en aval de la squalène synthase (47). Cependant, notre rapport précédent sur l'essai MS-STAT n'a démontré aucun effet significatif de la simvastatine sur cinq marqueurs immunologiques (IFN-γ, IL-4, IL-10, IL-17 et CD4 Fox P3), ce qui suggère que des mécanismes alternatifs tels que des mécanismes neuroprotecteurs et vasculoprotecteurs pourraient jouer un rôle (38, 48).

L'un des points forts de notre étude est l'investigation du schéma spatio-temporel de l'atrophie en cours chez des patients atteints de sclérose en plaques progressive secondaire avec une très longue durée de la maladie (21 ans). Notre analyse régionale a montré que l'atrophie cérébrale au niveau de l'ensemble du cerveau, plutôt qu'au niveau régional, était à l'origine de l'effet du traitement, ce qui suggère que la simvastatine a un effet généralisé sur l'atrophie cérébrale et ne cible pas une seule région (par exemple, le thalamus) (15). La susceptibilité régionale des zones neuroanatomiques à la neurodégénérescence se manifeste par des taux d'atrophie en pourcentage plus rapides que ceux de l'ensemble du cerveau. Par exemple, le pourcentage annuel de perte de volume peut atteindre 4 % dans l'hippocampe dans la maladie d'Alzheimer (49, 50), alors qu'il est de 1 % pour le cerveau entier. Dans la sclérose en plaques, le taux d'atrophie de la substance grise profonde peut atteindre 1,5 % (15), alors que l'atrophie du cerveau entier est de 0,6 %. Dans cette étude, nous avons constaté que le taux de perte le plus élevé se trouvait dans les ventricules latéraux, ce qui représente une mesure non spécifique et généralisée de l'atrophie. Contrairement aux patients atteints d'une SEP progressive secondaire précoce ou d'une SEP progressive primaire, aucun des noyaux profonds de la substance grise n'a présenté un taux supérieur à celui du cerveau total (le taux d'atrophie du thalamus était de 0,24 %), tandis que la perte de volume du cerveau total était en moyenne similaire à celle des études précédentes (0,65 %). De même, le volume du bulbe rachidien, que nous avons utilisé comme indicateur de l'atrophie de la moelle épinière (51) (en l'absence de données d'imagerie de la moelle épinière), n'a pas montré de changement dans le temps. Le taux d'atrophie plus lent que prévu de ces structures chez les patients (qui avaient une durée de la maladie de plus de 20 ans) suggère un effet plancher à partir duquel le déclin de ces structures peut ralentir, tandis que d'autres structures, comme le gyrus temporal transverse, montrent un taux d'atrophie plus rapide dans le groupe placebo que dans le groupe traité. Comme nous l'avons montré précédemment (52), les patients dont la maladie dure plus longtemps présentent des taux d'atrophie de la moelle épinière inférieurs à ceux des patients dont la maladie dure moins longtemps. Nous pouvons spéculer que le gyrus temporal transverse, qui est le cortex auditif et responsable d'une fonction "de base" (53), est épargné jusqu'aux stades ultérieurs de la SEP progressive secondaire, ce qui pourrait montrer un taux plus élevé après l'épuisement d'autres zones. Nos résultats sont en accord avec les observations pathologiques selon lesquelles une neurodégénérescence généralisée peut dominer la SEP progressive secondaire de longue durée (54⇓-56), alors qu'un modèle plus sélectif et une atrophie continue de la moelle épinière sont observés dans les SEP plus précoces, parallèlement à une inflammation focale qui répond à l'immunomodulation (54, 57).

Une différence majeure entre notre étude et les analyses précédentes de MS-STAT (2, 8) est que nous avons calculé les taux de changement dans l'imagerie et les résultats cliniques, plutôt que les différences moyennes entre les groupes de traitement à chacun, comme indiqué précédemment (2, 8). Dans cette étude, nous avons effectué une analyse d'image indépendante et examiné le taux de changement, en utilisant les trois visites (base, année 1 et année 2) avec des modèles à effets mixtes, et nous avons constaté que le taux de changement dans le plan en blocs mais pas dans la batterie d'évaluation frontale était significativement différent entre les patients traités et non traités. Cela s'explique par le fait que la batterie d'évaluation frontale, contrairement au modèle en blocs, a montré un effet plafond après la première année de l'essai, ce qui réduit le taux de changement. Pour cette raison, nous n'avons inclus que les scores du plan en blocs dans les modèles mécanistes multivariés. Le plan en blocs évalue la mémoire visuospatiale et dépend de la coordination motrice fine (car il est chronométré) (58). Bien qu'il y ait une association entre le taux de perte de volume cérébral et le test de conception de blocs, les preuves d'un effet indirect du traitement sur ce résultat cognitif étaient plus faibles que celles de l'EDSS. Nos résultats démontrent que les modèles mécanistes multivariés peuvent quantifier et élucider les interrelations des mesures multimodales dans un essai clinique.

Il est important de noter que notre étude est limitée par sa nature post hoc. Si les analyses statistiques planifiées des essais cliniques constituent l'étalon-or pour comparer les traitements, les analyses post hoc peuvent néanmoins fournir des informations permettant de générer de nouvelles hypothèses à partir de la richesse des informations recueillies dans le cadre d'un essai.

En conclusion, nous avons comparé les hypothèses mécanistes sur la façon dont un médicament neuroprotecteur potentiel, la simvastatine, peut influencer l'imagerie, les résultats cliniques, cognitifs et rapportés par les patients par le biais de changements dans le taux de cholestérol périphérique. Nous avons constaté que les effets bénéfiques de la simvastatine dans la SEP progressive secondaire étaient indépendants du cholestérol circulant. La simvastatine a affecté le fonctionnement moteur directement, et indirectement en ralentissant les taux d'atrophie. Un effet plus faible de la simvastatine sur la mémoire visuospatiale a été médié par le ralentissement des taux d'atrophie. Les modèles d'équations structurelles peuvent être appliqués aux essais sur les troubles neurodégénératifs afin de fournir un aperçu potentiel des mécanismes et de quantifier les voies sous-jacentes à l'aggravation de la maladie et aux effets du traitement."

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Bonnes fêtes de fin d'année !

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le

Bonjour à tous 

avez vous un résumé, une liste ou un tableau des traitements existants et surtout à venir pour toutes les formes de sep ? 
Aussi sur les études en cours comme le masitinib?

merci bcp !

Liens utiles et recherches globales


Posté le

Bonjour @maritima‍ @Chris31‍ @Nathali57‍ @veronique53‍ @Guerrison‍ @Bidulou04000‍ @Valou35‍ @Tine25‍ @chatdoc‍ @Voielactée‍ @asimov‍ @Gaelline‍ @brume26‍ @Mercedes55‍ @krisslo57‍ @Marie.53‍ @Magalisep‍ @ludilou‍ @Kirris‍ @marisep‍ @Deblat‍ , à tous,

2 nouvelles ce jour :

1) Moderna se lance dans l'étude d'un vaccin à ARNm contre l'EBV : https://multiple-sclerosis-research.org/2022/01/ebv-vaccine-studies-begins-good-luck-and-good-hunting/#respond

2) AB Science est autorisée à démarrer la phase III du masitinib contre la SEP Progressive (PP et SP) :
https://www.ab-science.com/fr/actualites-et-media/communiques-de-presse/  et :
https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2022/01/05/ab-science-okd-start-masitinib-phase-3-trial-progressive-ms/

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Liens utiles et recherches globales


Posté le
Bon conseiller

"Patience et longueur de temps ".......  mais l'année commence plutôt bien  @SepSepien‍ 

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Discussions les plus commentées