Sclérose en plaques et sport

Contrairement à de nombreuses idées reçues, la sclérose en plaques ne s’oppose pas à la pratique d’un sport ou d’une activité physique régulière.

En effet, l’activité physique permet de diminuer le stress et la fatigabilité (la fatigue liée à un sport est normale et réversible). Le sport permet une amélioration de la mobilité, de l'endurance, de la souplesse, de la coordination et de l'autonomie. Une activité physique contribue donc à améliorer la qualité et l’hygiène de vie.

Le sport exercé doit convenir à la condition physique de la personne et être associé à une bonne hygiène de vie (alimentation adaptée, règles de sommeil…).

De plus, un suivi médical est nécessaire afin d’adapter au mieux l’activité physique aux besoins de chacun. Il est essentiel que le patient en discute avec un médecin rééducateur ainsi qu’avec son neurologue afin d’établir un programme adapté.

Une autre idée reçue qu’il est important de corriger est le lien entre la survenue de poussées et la pratique d’une activité physique ou sportive. En effet, il n’existe aucun lien entre le sport et les poussées comme le souligne le Professeur Sandra Vukusic, neurologue à l’Hôpital neurologique Pierre Wertheimer de Bron.

Parfois, l’augmentation de la température corporelle liée à une pratique sportive peut entraîner l’apparition du phénomène d’Uhthoff, qui correspond à une augmentation transitoire des symptômes de la sclérose en plaques suite à une période de chaleur importante ou à un exercice physique. Après une période de repos, ce phénomène est réversible. Une préparation physique adaptée ainsi qu’une bonne hydratation permettent d’éviter ces manifestations.

Cependant, si une poussée se déclare il est important de consulter son médecin avant de continuer son activité sportive.

Quel sport choisir avec une SEP ?

L’activité physique n’est pas systématiquement synonyme d’activité sportive. Il existe en effet différentes manières d’exercer une activité physique : il peut s’agir de la marche à pied pour se rendre sur son lieu de travail, pour faire ses courses ou d’une une activité sportive proprement dite, comme la natation ou le cyclisme.

Le choix d’un sport doit se faire en fonction des goûts du patient et de ses capacités. Le dialogue avec le médecin est donc primordial.
Les sports tels que la natation et le cyclisme sont des sports complets, particulièrement adaptés à des personnes souffrants de sclérose en plaques.

Le sport choisi doit être adapté au degré de handicap de la personne : des activités douces comme les étirements ou le yoga sont à privilégier pour les EDSS élevé (EDSS : Expanded Disability Status Scale, est une échelle de cotation du handicap).