Symptômes de la sclérose en plaques

La SEP se caractérise par l’existence d’une grande diversité de manifestations et de modes évolutifs possibles
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Schématiquement, on observe deux types d’évolution de la SEP :

- des poussées caractérisées par l’apparition en quelques jours de nouveaux troubles et pouvant régresser complètement ou non, spontanément ou après des traitements spécifiques et ;
- une évolution continue, insidieuse, qu’on appelle phase progressive.

Une grande diversité de manifestations et d’évolution de la maladie

Ces deux types d’évolution peuvent survenir et s’associer ou se succéder chez une même personne, aboutissant à diverses formes cliniques. Parmi ces formes, on peut observer des formes dites bénignes caractérisées par l’absence d’incapacité importante après une longue évolution. Cependant ces formes moins actives ne sont pas exemptes d’une certaine évolutivité et de la présence de symptômes interférant avec la vie quotidienne (fatigue, douleurs, etc.). A l’opposé, il existe des formes sévères aboutissant à un handicap majeur en quelques années.

Au cours de l'évolution, chez certaines personnes seulement, peut apparaître une évolution progressive et permanente des altérations de certaines fonctions motrices, sensitives et sensorielles. Ceci survient généralement 10 ou 20 ans après le début de la maladie pour évoluer ensuite sur une durée de 25 ou 30 ans. Un déficit ou une mauvaise coordination apparaît alors dans les jambes, parfois dans les bras nécessitant l'utilisation d'une canne. A terme, un fauteuil roulant peut être nécessaire pour donner plus de mobilité.

Les troubles, par poussées ou continus, affectent la motricité (paralysies, troubles de l’équilibre ou de la coordination des mouvements), les fonctions sensorielles (vision, douleurs et autres troubles sensitifs), les fonctions sphinctériennes (vésicales et digestives), la sexualité, les fonctions cognitives (attention et mémoire) et peuvent être associés à une fatigue importante et des troubles dépressifs.

L'évolutivité de la maladie est très variable d'un patient à l'autre, tant en ce qui concerne le mode évolutif que la gravité clinique. Les symptômes varient en fonction de l'endroit où la myéline est atteinte. C’est pourquoi on parle « des » scléroses en plaques car les symptômes peuvent varier d’un patient à l’autre et d’une période à une autre

Article rédigé sous la supervision du Dr. Olivier HEINZLEF, neurologue au CHI de Poissy, Membre de la Ligue Française contre la Sclérose En Plaques.

Sources :
- OMS
- Ligue française contre la clérose en plaques (LFSEP)
- Comité de pilotage des Etas Généraux de la Sclérose en Plaques - Livre Blanc de la Sclérose en Plaques (2006)

Dernière mise à jour : 25/07/2018

avatar Équipe éditoriale de Carenity

Auteur : Équipe éditoriale de Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Qui a revu : Olivier Heinzlef, Neurologue

Le docteur Heinzlef est neurologue et Chef de Service au Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy. Il est également Président du Réseau SepOuest et membre de la Ligue Française contre la Sclérose En Plaques.

>> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Sclérose en plaques