Douleurs et sclérose en plaques

La douleur n’est pas un symptôme spécifique de la SEP, mais elle est fréquemment observée. Il ne faut pas la négliger car elle affecte fortement la qualité de vie du patient.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

La sclérose en plaques se caractérise par un ensemble de symptômes tels que des troubles de la motricité, des troubles de la sensibilité, une fatigue importante ou encore des douleurs ponctuelles ou continues.

Dans la sclérose en plaques, il existe différents types de douleur : elle peut être modérée ou importante, de courte ou de longue durée, spontanée ou provoquée, par un mouvement brusque par exemple. Afin de lutter efficacement contre celle-ci, il est primordial d’en déterminer l’origine.

Les différents types de douleur rencontrés dans la sclérose en plaques peuvent être classés en fonction de leur nature. On retrouve ainsi :

• Les douleurs liées à la sclérose en plaques et à l’atteinte du système nerveux central,
• Les douleurs liées à la maladie et non à l’atteinte du système nerveux central,
• Les douleurs indirectement liées à la sclérose en plaques.

On appelle douleurs neuropathiques les douleurs associées à la sclérose en plaques et à l’atteinte nerveuse. L’événement douloureux le plus fréquemment rencontré correspond à une manifestation douloureuse souvent violente, de courte durée et favorisée par la marche. Les patients peuvent également souffrir de névralgie caractérisée par une décharge électrique douloureuse, notamment au niveau du visage. Enfin certains patients peuvent également souffrir de douleurs neuropathiques continues comme des paresthésies (fourmillements) ou des brûlures diffuses principalement au niveau des membres.

Les douleurs associées à la maladie mais non à l’atteinte nerveuse sont des douleurs liées à la spasticité (augmentation de la contraction d’un muscle). Ces douleurs sont fréquemment associées à des troubles de la motricité.

Enfin, il existe des douleurs indirectement liées à la sclérose en plaques. Cela regroupe les douleurs secondaires telles que les lombalgies, favorisées par une mobilité réduite ou des périodes prolongées en posture assise, ou encore les douleurs iatrogènes (douleurs liées au traitement de la sclérose en plaques : céphalées, douleurs au niveau de la zone d’injection…).

La prise en charge de la douleur dans la SEP

Les origines de la douleur sont très variées chez les patients atteints de sclérose en plaques. C’est pour cette raison qu’il est indispensable d’avoir une approche pluridisciplinaire en ce qui concerne le traitement de cette douleur. La prise en charge doit être individualisée. Le traitement sera principalement médicamenteux et devra être adapté aux types de douleurs. Il est important de noter que les antalgiques classiques sont souvent inefficaces sur les douleurs neuropathiques. Les traitements non médicamenteux tels que la kinésithérapie ou l’ergothérapie sont également possibles. Ils peuvent être efficaces notamment sur les lombalgies. Certains médecins peuvent aussi recommander des massages afin de favoriser la circulation sanguine et la relaxation.

Enfin, la prise en charge psychologique est essentielle car l’impact de la douleur sur la vie et le quotidien du patient est considérable.
Vous pouvez rejoindre la communauté sclérose en plaques de Carenity, qui compte plus de 700 membres afin d’échanger sur vos expériences, vos traitements avec les autres membres de la communauté.

Article rédigé par Antoine SCHUSTER, Pharmacien chez Carenity

Dernière mise à jour : 02/10/2019

avatar Antoine Schuster

Auteur : Antoine Schuster, Pharmacien

Pharmacien diplômé de la Faculté de pharmacie d’Auvergne avec un master spécialisé en Marketing & Management de l’ESSEC, Antoine Schuster a travaillé chez Carenity en tant que Community Manager pendant plus d’un an... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Sclérose en plaques