Sclérose en plaques et troubles urinaires

80% des personnes atteintes de sclérose en plaques souffrent de troubles urinaires. C’est un trouble très fréquent dans la sclérose en plaques et qui est souvent présent tout au long de l’évolution de la maladie.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

80% des personnes atteintes de sclérose en plaques souffrent de troubles urinaires. C’est un symptôme très fréquent dans la sclérose en plaques et qui est souvent présent tout au long de l’évolution de la maladie.

Ces troubles sont directement liés à la coupure ou au ralentissement de la transmission des signaux vers et à partir du cerveau. En temps normal, les impulsions nerveuses sont transmises aux muscles impliqués dans la vidange de la vessie. Mais l’origine neurologique de la sclérose en plaques est responsable des troubles urinaires.

Un fonctionnement normal de la vessie permet une pleine autonomie, un confort personnel et une bonne estime de soi. C’est pourquoi les troubles urinaires sont mal vécus car très embarrassants et peuvent sembler insurmontables.

Mais, il y a des solutions et des mesures possibles pour gérer la rétention urinaire et la difficulté de vidange.

Dans la SEP, les lésions nerveuses enclenchent l’incapacité à retenir et contrôler son besoin d’uriner.

Les troubles urinaires liés à la sclérose en plaques peuvent être de plusieurs formes :

Miction impérieuse ou urgences urinaires. Les personnes atteintes de ce problème ressentent le besoin d'uriner fréquemment et de toute urgence. La sensation de pression qui aide à reconnaître le moment propice pour aller aux toilettes, est alors très intense chez les malades. Lorsque l'urgence urinaire a lieu, les signaux qui coordonnent la miction sont perturbés et le patient ressent un besoin irrépressible d'uriner. Cette forme de trouble urinaire peut être le précurseur d’une incontinence.

L'incontinence. Il s'agit de la perte du contrôle de la vessie. Parfois, la sclérose en plaques perturbe les signaux nerveux envoyés aux parties du corps qui contrôlent la miction. S’ensuit alors des fuites urinaires involontaires.

Miction nocturne ou nycturie. Les personnes souffrant de nycturie doivent se réveiller, souvent à maintes reprises, pendant la nuit pour aller aux toilettes. Les personnes atteintes de SEP peuvent éprouver la nycturie en raison de l'interruption des impulsions du cerveau qui coordonnent la miction.

Retard à la miction. Il s'agit de difficulté à initier la miction. Avec la sclérose en plaques, ce problème peut être causé par l'interruption des impulsions du cerveau qui contrôlent cette partie du processus de la miction.

Il est possible que le malade combine plusieurs types de troubles urinaires, ce qui s’explique par une absence de coordination entre les différents groupes musculaires en raison des lésions nerveuses.

S’ils ne sont pas traités, les troubles vésico-sphinctériens peuvent entraîner les problèmes et complications suivantes :

- Infections urinaires répétées de la vessie ou des reins : Le fait que l’urine reste dans la vessie pendant une période trop longue peut favoriser la prolifération de bactéries. Les symptômes liés à l’infection urinaires sont la sensation de brûlure, les douleurs abdominales, l’augmentation de la spasticité, une urine sombre et qui sent fort et de la température.
De plus, l’augmentation de la température corporelle et l’infection elle-même peuvent participer à aggraver les autres symptômes. Le malade a alors l’impression qu’il s’agit d’une poussée.

- Problèmes d'hygiène personnelle.

- Interférer avec l'activité normale et conduire à l'isolement.

Traitement des troubles urinaires

Pour les personnes atteintes de sclérose en plaques, le traitement des problèmes de rétention urinaire et de difficulté de vidange se font au cas par cas. L’urologue est souvent impliqué dans le processus de traitement des troubles urinaires.

Le médecin peut recommander une ou plusieurs des mesures suivantes:

- Modification du régime alimentaire pour limiter l’incontinence alimentaire
Certains changements alimentaires peuvent aider à réduire les problèmes de rétention urinaire. Ainsi réduire la quantité de liquides bue si elle dépasse les 2L par jour (sauf si une pratique sportive intense la justifie) peut contribuer à résoudre les troubles urinaires. De même il est préférable de limiter voire arrêter les boissons contenant de la caféine et de ne boire pas plus d’un verre d’alcool par jour. En effet, ces boissons ont tendance à irriter la vessie et à contribuer aux problèmes de rétention. Boire de l’eau, environ 8 verres par jour, est conseillé afin d’éliminer les déchets présents. Il existe également des recommandations qui visent à améliorer la capacité de vidange de la vessie. Ainsi il faut éviter le jus de pamplemousse pour le jus ou les comprimés de canneberge qui rendant l’urine acide.

- Prise d’un traitement médicamenteux
Pour de nombreux types de problèmes urinaires, les médicaments peuvent être prescrits si les méthodes comportementales ne fonctionnent pas. Les médicaments sont souvent utilisés en combinaison avec des changements de comportement.
Pour traiter les problèmes de vidange urinaire, les antispasmodiques vont favoriser la décontraction du sphincter vésical et les alphabloquants le passage de l’urine. Pour améliorer la rétention urinaire on recommande les anticholinergiques.

- Méthodes comportementales
Voici deux exemples de méthodes comportementales face aux troubles urinaires :
Entraînement de la vessie : La rééducation de la vessie (ou rééducation vésicale) est utilisée pour traiter l'incontinence par impériosité.
Programmer à heures fixes, un temps pour la miction.

- Pose d’un cathéter
Elle peut être faite de façon intermittente ou continue (insertion d'un mince tube dans l'urètre et dans la vessie pour retirer l'urine).
Il existe ainsi des aides mécaniques comme les cathéters mais aussi l’option de la chirurgie pour l'incontinence urinaire.
La chirurgie peut être utilisé pour traiter certains types d'incontinence urinaire, mais elle est utilisée uniquement en dernier recours lorsque les autres traitements ont échoué.
Des protections (tampons..) peuvent également être utilisés pour gérer toute forme d'incontinence et absorber les fuites éventuelles.

Dernière mise à jour : 23/05/2017

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Sclérose en plaques

le 1 déc. 2020

SEP et grossesse

Lire l'article