Stress et sclérose en plaques

Le stress, notamment lié au fait que la maladie soit chronique et difficile à vivre au quotidien, est donc une composante de la vie du malade atteint de sclérose en plaques.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

La symptômatologie, ainsi que les ajustements et réajustements qui s'imposent avec la maladie, les difficultés face au travail, ... sont des facteurs qui rendent difficile à vivre le quotidien chez les patients avec une sclérose en plaques, et qui peuvent engendrer des complications psychologiques liées à la SEP, notamment le stress.

La meilleure façon pour le malade atteint de sclérose en plaques de gérer son stress est dans un premier temps de reconnaître ce stress. Il faudra ensuite, par étapes apprendre à le contrôler et à le réduire.

Le corps du malade envoie des signaux qui vont témoigner d’un état de stress. D’un point de vue émotionnel, l’irritabilité, la tristesse, les ruminements et les changements d’humeur réguliers sont des révélateurs du stress du malade.

Sur le plan physique, cela se traduit par une fatigue chronique, une prise ou perte de poids et des mains moites. Au niveau du comportement, l’abus d’alcool, la consommation de drogues, l’isolement et le retrait de la vie sociale, ou encore les comportements impulsifs et les réactions exagérées témoignent d’un stress sous-jacent.

Réduire le stress lié à la sclérose en plaques

Pour atténuer le stress lié à la sclérose en plaques, il n’existe pas de solutions miracles. C’est un ensemble de mesures et d’éléments qui permettent au malade de se sentir mieux dans sa peau et d’accepter sa maladie.

Au quotidien, une alimentation adaptée, une pratique sportive régulière et un rythme de vie équilibré participent à diminuer le stress. Le sport est effectivement possible malgré les désagréments causés par la sclérose en plaques. Il peut même apporter certains soulagements et est surtout bénéfique pour le bien-être des individus atteints de sclérose en plaques. Il est conseillé de voir avec son médecin quel sport est recommandé en fonction de l’avancée de la sclérose en plaques et des adaptations parfois nécessaires.

Savoir se ménager, s’accorder des temps de repos est aussi indispensable.

Un bon soutien de son entourage et de son conjoint garantira d’un côté le maintien de l’équilibre dans la famille et de l’autre un appui stable pour le malade. Cela signifie donc moins de stress.

Préconiser le dialogue, savoir se reposer sur les autres quand le physique ne suit pas est également important. En règle générale, essayer de conserver une attitude positive, même si cela n’est pas facile, permet de réduire les tensions liées à la maladie. Les techniques de relaxation sont un bon moyen pour le malade de se détendre et de relâcher la pression.

Dernière mise à jour : 23/02/2018

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Sclérose en plaques

le 1 déc. 2020

SEP et grossesse

Lire l'article
Lire l'article