Présence de deux affections d'apparence contradictoire :SEP progressive et myoclonies spamodiques

S'inscrire pour participer à cette discussion
https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/sclerose-en-plaques.jpg

Patients Sclérose en plaques

1 réponse

25 lectures

Sujet de la discussion


anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Me faire savoir si ce problème intéresse un confrère afin de rédiger un récit sur cette plage de discussion.

Signé : Finmuseau

Début de la discussion - 11/04/2016

Présence de deux affections d'apparence contradictoire :SEP progressive et myoclonies spamodiques

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller
  Finmuseau aux membres Carenity  Il m'a semblé qu'il serait possible d'étoffer un peu la présentation austère de mon cas et je vous transmets le récit qui suit :     Le jour de la Grande Distribution, j'ai bénéficié de deux gros lots en apparence contradictoires.    Dans ma jeunesse, une affection de Myoclonie Spasmodique (maladie des Jambes sans repos) à laquelle s'est jointe une très belle Sclérose en plaques progressive à évolution lente, sans poussées,  qui m'a conduit au fauteuil roulant au bout de vingt deux ans.     Mais alors vient ù l'esprit la question suivante : Que peut donner sur le terrain (moi) une maladie de spasmes contractifs sur des membres paralysés ?   C'est ce qui a amené mon neurologue,  pourtant pas tout jeune, qui n'avait jamais vu ça de toute sa carrière, à me classer dans les maladies rares, m'excluant d'office des bénéficiaires des traitements éventuels des Scléroses en Plaques genre Interféron venu d'Amérique et même des bénéfices de ce "poison merveilleux" qu'est la cortisone à grosses doses utilisé dans les cas de poussées aigües notamment de névrites optiques et tout à fait déconseillée dans mon cas d'évolution lente tant ses effets secondaires sont connus.     Eh bien, mes deux maladies antagonistes se sont parfaitement entendues pour me distiller un programme de réjouissances alternées composé de crises de spasmes contractifs d'une durée de cinq secondes occasionnant le saut en l'air d'un ou deux membres paralysés, hors de toute volonté à raison d'un par minute pendant une à deux heures principalement au milieu de la nuit, ce qui est très exaltant pour une vie de famille et conjugale de tout repos !     On met fin à ces intermèdes nocturnes par une prise en succion perlinguale d'un comprimé de Trivastal 0,20 mg, et les membres contestataires retombent dans leur repos dénué alors de tous désirs d'obéir aux ordres émanants du cerveau, c'est à dire : moi !  Voilà, amis, ce que je puis ajouter, et je vous attends pour me faire part de vos sentiments sur le sujet ... A bientôt   Finmuseau            
icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 148 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme