https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/spondylarthrite-ankylosante.jpg

Patients Spondylarthrite ankylosante

Notre vie avec BIBI ...


Posté le

là tout de suite, pour moi c'est:

(starmania)

J'ai la tête qui éclate
J'voudrais seulement dormir
M'étendre sur l'asphalte
Et me laisser mourir

    Stone le monde est stone
   Je cherche le soleil
   Au milieu de la nuit

   J'sais pas si c'est la terre
   Qui tourne à l'envers
   Ou bien si c'est moi
   Qui m'fais du cinéma
   Qui m'fais mon cinéma

J'ai plus envie d'me battre
J'ai plus envie d'courir
Comme tous ces automates
Qui bâtissent des empires
Que le vent peut détruire
Comme des châteaux de cartes

   refrain

Laissez-moi me débattre
Venez pas m'secourir
Venez plutôt m'abattre
Pour m'empêcher d'souffrir
J'ai la tête qui éclate (Stone)
J'voudrais seulement dormir (Stone)
M'étendre sur l'asphalte (Stone)
Et me laisser mourir (Stone)

Le monde est stone (Stone)
Le monde est stone (Stone)
Le monde est stone, stone, stone (Stone, stone)

Stone... Le monde est stone

Notre vie avec BIBI ...


Posté le

Oh oui sidonie, je suis bien d'accord avec toi.

Notre vie avec BIBI ...


Posté le

on dit de laisser le temps faire son oeuvre....à défaut d'oeuvre, le temps est passé, il a filé entre mes doigts...et je ne vois toujours aucune autre chanson qui pourrait convenir mieux à ma vie avec BIBI....DOMMAGE

Notre vie avec BIBI ...


Posté le

allez, pour illuster mes contradictions, je vous fais l'anti-thèse avec celle-ci (pas de mon répertoire, trouvée par ma pépette)

Parole de Un Peu D'espoir: (Joyce Jonathan)

Un peu de gris dans le ciel
Un peu de gris en nous
Plus de bonnes nouvelles
Qui viennent enfin nous mettre debout

Plus le temps de sourire
La fatigue prend le devant
Les crises de rire
Appartiennent à un autre temps

Les années filent filent filent
Nous laissent seul aux démonis
La maison elle, elle se vide
Et les parents sont plus d'ici

Mais allez un peu d'espoir
Ce n'est pas fini
La vie commence peut-être tard
Mais n'est pas tombée dans l'oubli
Plus d'intérêt, plus d'effort
Pour un plus grand départ
Parce que cet inconfort
La, il nous met en retard
Pour plus tard
Pour plus tard

Nuance de couleurs
Vient éclairer nos vies
Adieu les pleurs
Dans l'infini, on sourit

Maintenant du courage, de la force
Pour se maintenir
Nos rechutes, vite
Il faut se ressaisir

Puisque les années filent filent filent
Nous laissent seul aux démonis
La maison elle, elle se vide
Et les parents sont plus d'ici

Mais allez un peu d'espoir
Ce n'est pas fini
La vie commence peut-être tard
Mais n'est pas tombée dans l'oubli
Plus d'intérêt, plus d'effort
Pour un plus grand départ
Parce que cet inconfort
La, nous met en retard
Pour plus tard
Plus tard
Pour plus tard
Pour plus tard

Mais allez un peu d'espoir
Ce n'est pas fini
La vie commence peut-être tard
Mais n'est pas tombée dans l'oubli


Notre vie avec BIBI ...


Posté le
Bon conseiller

oh ... oh Sidonie !!! 

ps : sympa de l'avoir ressorti .

Notre vie avec BIBI ...


Posté le

 avec plaisir...je passe mes journées avec de la musique en bruit de fond, ce sujet me trotte souvent ds la tête...

à vous de jouer

Notre vie avec BIBI ...


Posté le
Bon conseiller

Eceptionnellement ce sera celle là , ce matin pour moi :

-  "JE NE SUIS PAS BIEN PORTANT "

Depuis que je suis sur la terre [militaire],
Ce n'est pas rigolo. Entre nous,
Je suis d'une santé précaire,
Et je me fais un mauvais sang fou,
J'ai beau vouloir me remonter
Je souffre de tous les côtés.

J'ai la rate
Qui se dilate,
J'ai le foie
Qu'est pas droit,
J'ai le ventre
Qui se rentre
J'ai le pylore
Qui se colore
J'ai le gésier
Anémié,
L'estomac
Bien trop bas
Et les côtes
Bien trop hautes
J'ai les hanches
Qui se démanchent
L'épigastre
Qui s'encastre
L'abdomen Qui se démène
Le thorax
Qui se désaxe
La poitrine
Qui se débine
Les épaules
Qui se frôlent
J'ai les reins
Bien trop fins
Les boyaux
Bien trop gros
J'ai le sternum
Qui se dégomme
Et le sacrum
C'est tout comme
J'ai le nombril
Tout en vrille
Et le coccyx
Qui se dévisse

Ah! Bon Dieu! que c'est embêtant
D'être toujours patraque,
Ah Bon Dieu! que c'est embêtant
Je ne suis pas bien portant.

Pour tâcher de guérir au plus vite,
Un matin tout dernièrement
Je suis allé à la visite [rendre visite]
Voir le major du régiment.
[A un médecin très épatant.]
D'où souffrez-vous? qu'il m'a demandé.
C'est bien simple que j'y ai répliqué.

J'ai la rate
Qui se dilate,
J'ai le foie
Qu'est pas droit,
Et puis j'ai
Ajouté
Voyez-vous
Ce n'est pas tout
J'ai les genoux
Qui sont mous
J'ai le fémur
Qu'est trop dur
J'ai les cuisses
Qui se raidissent
Les guibolles
Qui flageolent
J'ai les chevilles
Qui se tortillent
Les rotules
Qui ondulent
Les tibias
Raplaplas
Les mollets
Trop épais
Les orteils
Pas pareils
J'ai le coeur
En largeur
Les poumons
Tout en long
L'occiput
Qui chahute
J'ai les coudes
Qui se dessoudent
J'ai les seins
Sous le bassin
Et le bassin
Qu'est pas sain

REFRAIN

Avec une charmante demoiselle
Je devais me marier par amour.
Mais un soir comme j'étais près d'elle,
En train de lui faire la cour,
Me voyant troublé, elle me dit:
- Qu'avez vous? moi je lui répondis:

J'ai la rate
Qui se dilate,
J'ai le foie
Qu'est pas droit,
J'ai le ventre
Qui se rentre
J'ai le pylore
Qui se colore
J'ai le gésier
Anémié,
L'estomac
Bien trop bas
Et les côtes
Bien trop hautes
J'ai les hanches
Qui se démanchent
L'épigastre
Qui s'encastre
L'abdomen
Qui se démène
Le thorax
Qui se désaxe
La poitrine
Qui se débine
Les épaules
Qui se frôlent
J'ai les reins
Bien trop fins
Les boyaux
Bien trop gros J'ai le sternum
Qui se dégomme
Et le sacrum
C'est tout comme
J'ai le nombril
Tout en vrille
Et le coccyx
Qui se dévisse
Et puis j'ai
Ajouté
Voyez-vous
Ce n'est pas tout
J'ai les genoux
Qui sont mous
J'ai le fémur
Qu'est trop dur
J'ai les cuisses
Qui se raidissent
Les guibolles
Qui flageolent
J'ai les chevilles
Qui se tortillent
Les rotules
Qui ondulent
Les tibias
Raplaplas
Les mollets
Trop épais
Les orteils
Pas pareils
J'ai le coeur
En largeur
Les poumons
Tout en long
L'occiput
Qui chahute
J'ai les coudes
Qui se dessoudent
J'ai les seins
Sous le bassin
Et le bassin
Qu'est pas sain
En plus de ça
Je vous le cache pas
J'ai aussi
Quel souci!
La luette
Trop fluette
L'oesophage
Qui surnage
Les gencives
Qui dérivent
J'ai le palais
Qu'est pas laid
Mais les dents
C'est navrant
J'ai les petites
Qui s'irritent
Et les grosses
Qui se déchaussent
Les canines
Se ratatinent
Les molaires
Se font la paire
Dans les yeux
C'est pas mieux
J'ai le droit
Qu'est pas droit
Et le gauche
Qu'est bien moche
J'ai les cils
Qui se défilent
Les sourcils
Qui s'épilent
J'ai le menton
Qu'est trop long
Les artères
Trop pépères
J'ai le nez
Tout bouché
Le trou du cou
Qui se découd
Et du coup
Voyez-vous
Je suis gêné
Pour parler
C'est vexant
Car maintenant
Je suis forcé
De m'arrêter

Notre vie avec BIBI ...


Posté le

Il m'arrive souvent d'être heureux
Sans qu'il y ait de raison précise
De toucher la main du Bon Dieu
De trouver les gens merveilleux
De sourire à tout ce qu'ils disent
L'orage devient une symphonie
Jouée par un batteur céleste
Tout ce qui m'ennuie dans la vie
Paraît facile et me sourit
Mais pourquoi si souvent aussi

Je me sens comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Comme une chanson en mineur
Avec des sanglots plein la voix
Je me sens comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Comme si j'étais seul au monde
Abandonné perdu sans toi
Mais la vie est ainsi faite
Que toujours après la fête
Le vent tourne et je reste
Comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Une chanson qui n'en finit pas

Parfois je sens que tout va bien
A la minute où je m'éveille
Je chante en prenant mon bain
Je souris même à mon voisin
Je crois en tout, je m'émerveille
Mais dans la tiédeur du bonheur
Se glisse comme une main de glace
Pourquoi faut-il souffrir autant
Pour être heureux si peu de temps
Mais pourquoi dois-je aussi souvent

Me sentir comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Comme une chanson en mineur
Avec des sanglots plein la voix
Je me sens comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Comme si j'étais seul au monde
Abandonné perdu sans toi
Mais la vie est ainsi faite
Que toujours après la fête
Le vent tourne et je reste :

Comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Langoureux et malheureux
Comme une chanson en mineur
Avec des sanglots plein la voix
Je me sens comme une chanson triste
Langoureux et malheureux
Comme si j'étais seul au monde
Abandonné perdu sans toi
Mais la vie est ainsi faite
Que toujours après la fête
Le vent tourne et je reste
Comme une chanson triste
Langoureux et malheureux....

C.François

Notre vie avec BIBI ...


Posté le
Bon conseiller

On nous apprend dès l'âge tendre
A réagir à nous défendre
Pour moins souffrir
On nous apprend à être fort
A résister au coup du sort
Et à mentir

Nous surmontons bien des tourments
Mais il nous faut souvent du temps
Pour en guérir

On arrive à sauver la face
A trouver chacun notre place
Côté c?ur c'est plus difficile
On reste fragile

Même le temps n'y peut rien changer
D'autres larmes en nous sont cachées
Mais pourquoi dîtes-moi faut-il
Qu'on reste fragile ?

Pour un bonheur vite envolé
Faudrait pouvoir un jour trouver
La marche arrière
Chacun de nous joue comme il peut
La comédie des jours heureux
A sa manière

Nous avons beau rire et chanter
Nous faisons tous la traversée
En solitaire...

On arrive à sauver la face
A trouver chacun notre place
Côté c?ur c'est plus difficile
On reste fragile

Même le temps n'y peut rien changer
D'autres larmes en nous sont cachées
Mais pourquoi dîtes-moi faut-il
Qu'on reste fragile ?

Fragile...

Julie Zénati

Notre vie avec BIBI ...


Posté le
Bon conseiller

Super ! 

Discussions les plus commentées