Spondylarthrite ankylosante et psoriasis

Chez les patients souffrant de spondylarthrite, il est fréquent de voir apparaître un psoriasis. Cependant, il faut généralement attendre 10 à 12 ans avant d'observer les premiers signes d'un psoriasis.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Un diagnostic précoce de l’arthrite psoriasique, associé à un traitement approprié permet de prévenir la maladie et ses complications articulaires graves.

En savoir plus sur l'arthrite psoriasique

Elle se manifeste chez environ 10 à 30% des personnes affectées de psoriasis et, dans la population générale, sa prévalence est largement sous-estimée. Le pic d’incidence se situe entre 20 et 50 ans sans distinction de sexe.

La variabilité de sa progression (de nombreux patients alternent des périodes de bien-être avec des crises aigues) représentent dans de nombreux cas un élément de sous-évaluation du cadre clinique à cause du diagnostic tardif.

Formes de la maladie et traitements

On distingue généralement 5 types différents d’arthrite psoriasique : un type oligoarticulaire (affecte moins de 5 articulations), un type polyarticulaire (affecte plus de 5 articulations), un type où les articulations des mains sont principalement affectées, une forme déformante, et un type où la colonne vertébrale est affectée (spondylarthrite).

La gravité de la maladie varie de formes faibles ou modérées, à des formes hautement invalidantes. Le traitement de l’arthrite psoriasique est basé, dans les formes initiales, sur l’utilisation des AINS (médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens), puis ensuite, dans les formes plus avancées, sur l’utilisation d’autres médicaments (méthotrexate, sulfasalazine, ciclosporine).

Les médicaments qui inhibent l’action du TNF (Tumor Necrosis Factor : un des médiateurs immunitaires qui déterminent l’état d’inflammation au niveau des articulations), comme l'étanercept, l'infliximab et l'adalimumab ont révolutionné le traitement de cette maladie. De nombreuses études ont en effet démontré que les inhibiteurs du TNF permettent une rapide et significative amélioration de la symptomatologie et des lésions au niveau des articulations. Cette amélioration perdure de plus dans le temps (durant plusieurs années). Ce type de traitement améliore aussi la fonction des articulations, la qualité de vie et les lésions cutanées provoquées par le psoriasis.

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire