Troubles associés à la spondylathrite ankylosante

Retrouvez dans cet article les principales complications auxquelles doivent faire face les patients concernés par une spondylarthrite ankylosante.

Sans traitement, la spondylarthrite ankylosante évolue vers la calcification pouvant même aller vers une ossification des articulations touchées. Ainsi, la spondylarthrite ankylosante peut conduire à une fusion du sacrum avec l’os iliaque du bassin. Elle peut aussi provoquer une fusion des vertèbres ou encore une ossification du tendon d’Achille.

Les patients atteints de spondylarthrite ankylosante peuvent également présenter d’autres problèmes de santé. Cette maladie peut notamment affecter les intestins, entraînant des lésions inflammatoires au niveau des muqueuses et donc favorisant le développement de Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI), telles que la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique.
Ces deux maladies sont caractérisées par des douleurs abdominales, des saignements ou des diarrhées. Ces manifestations digestives peuvent apparaître avant le déclenchement de la spondylarthrite, ou survenir après son apparition.

Une petite partie des patients souffrants d’une spondylarthrite ankylosante ont aussi des problèmes de psoriasis. Le psoriasis est une pathologie de peau qui touche environ 2% de la population française, et qui est caractérisée par la présence de plaques de peaux rouges et sèches à différents endroits du corps.

Complications oculaires, cardiaques et respiratoires.

Les yeux sont aussi touchés par la spondylarthrite ankylosante. La complication oculaire la plus fréquente est l’uvéite. Cette complication correspond à l’inflammation de l’iris, du corps ciliaire et de la choroïde. En cas d’uvéite, le patient peut ressentir une baisse de sa vision ou d'autres troubles oculaires.

Enfin, des complications cardiaques ou encore une ankylose de la paroi thoracique peuvent se produire. Dans le premier cas, il s’agit d’irrégularités du rythme du cœur ou encore d’anomalies des valves cardiaques. Dans le second cas, l’ankylose de la paroi thoracique peut réduire les capacités respiratoires voire même provoquer une insuffisance respiratoire.