https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/spondylarthrite-ankylosante.jpg

Patients Spondylarthrite ankylosante

1 réponse

56 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le

Bonjour à tous,

Atteinte d'une SPA diagnostiquée depuis le 20/12/2017, mes douleurs et souffrances au dos/hanches/jambes/pieds sont devenues intenables et surtout PERMANENTES AVEC INFLAMMATIONS EN CONTINU (CHRONIQUES) malgré une grande prise d'anti-inflammatoires (apranax 550mg en 3x/jour depuis 5 mois).

Traitée sous Enbrel depuis 5 mois + morphine 60mg/jour (pour les douleurs) + cymbalta 60mg/jour (idem), je fais le constat suivant : pas d'améliorations, ni sur le plan des symptômes (inflammations du dos sacro-illiaque) ni (ce qui est le sujet urgent de cette discussion) sur le TRAITEMENT DE LA DOULEUR ET DES MOYENS POUR LA JUGULER OU DE LA CONTENIR.

Constatant ma permanence de mes douleurs, mon médecin (rhumatologue en qui j'ai toute confiance) m'a mise sous cortisone (20mg/jour) mais, après 10 jours, sans aucune amélioration.

Je ne sais donc plus quoi faire (et mon médecin non plus) pour juguler ces douleurs permanentes, ces inflammations chroniques et elle aussi permanentes, et de plus en plus intenses.

Je souffre tellement que j'ai recours depuis quelques mois (donc en même temps que mon traitement) à des prises régulières mais raisonnées de cocaine. En petite quantité, et uniquement pour me soulager, quelques instants seulement parfois.

Précision : depuis ma prise de cortisone, je n'ai pas pris de cocaine par ailleurs (par précaution) mais le résultat est toujours le même : aucune influence sur mes douleurs.

Ma question : est-ce que ce produit (cocaine) est-il clairement identifié comme un frein, un obstacle, une contre-indication (douleurs et origine de la SPA) et serait-il donc nuisible en fait à mon traitement (notamment par rapport à l'enbrel et à la morphine, qui n'agisse pas non plus).

Aidez-moi de vos expériences et/ou informations précises sur le sujet, car je n'en ai pas trouvé d'infos ailleurs (si ce n'est l'idée que la drogue, en effet, ce n'est pas bon pour la santé)... J'en suis bien consciente mais pour le moment, c'est tout ce que j'ai à disposition pour me soulager, ne serait-ce qu'une heure maximum....

Je voudrais surtout savoir si cocaine // enbrel // morphine // inflammations sont clairement ennemis.

Je vous appelle à l'aide sur cette question que je pose, vu que mon état empire et que le soulagement lié aux prises de cocaine sont pour le moment mon seul répit.

Merci d'avance de vos retours.

Début de la discussion - 16/06/2018

Douleurs et drogues (stupéfiants)
Membre Carenity
Posté le

Bonjour je découvre votre post. Je viens de répondre dans diagnostic de polyarthrite a quelque chose de similaire. Là vous parlez de cocaïne, vous avez déjà de la morphine que vous associez à de la cocaïne ? Là j'avoue DANGER  !votre dose de morphine sur 24h peut être revue par votre médecin et associé à une forme rapide. vous savez peut être pas qu'il existe des centres de la douleur compétent dans votre pathologie pour arriver à équilibrer votre traitement en collaboration avec votre médecin. La biothérapie agit sur la maladie de même que la cortisone qui a but de baisser le niveau inflammatoire et pour la douleur c'est la morphine avec le cymbalta. En aucun cas de la cocaïne même à petite dose.

Voyez aussi peut être un sophrologue et pensez à la balnéothérapie. Un bon kiné qui pratique des massages à visée antalgique avec enveloppement chaud.

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme