LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-1.jpg

Patients Diabète de type 1

12 réponses

123 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
[contenu modéré par un administrateur]

Début de la discussion - 14/01/2015

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le
Bon conseiller

C'est quoi le problème des lecteurs de glycémie ?  J'aimerais bien ajouter un commentaire,  c'est quand même l'outil indispensable  des diabétiques au quotidien donc si je pouvais en savoir un peu plus.

Merci pour les réponses.

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

Bonjour NICKITA03

Ce n'est pas le caractère indispensable de l'équipement qui est remis en question, mais son mode de fonctionnement.

L'objectif de l'AWI-GLUCOWATCH  est de  simplifier la mesure de la glycémie et donc d'améliorer le traitement.

Il s'agit avant tout d'éviter au diabétique de devoir disposer du lecteur, d'un stylo autopiqueur, de lancettes, de bandelettes.

D'éviter que le diabétique actif qui travaille, fait du sport, voyage, va au restaurant, assiste à des réunions...  ne se trouve dans  l'impossibilité de savoir à l'instant T où en est sa glycémie.

Car c'est là que  tout se joue. La moindre erreur d'appréciation mène  tout droit à l'hypo ou à l'hyper  avec les effets rebonds à risques.

Voilà pourquoi la montre bracelet  connectée  appelée "AWI -GLUCOWATCH" qui évite tous ces problèmes  constitue la seule et unique solution.

A tout moment, en toutes circonstances, elle permettrait de savoir ce qu'il en est ....et en toute discrétion.

Bien à vous.

Patawi 

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

Eh bien Patawi, comment se fait-il que vous ne donniez AUCUN DETAIL sur votre système "qui semble" très séduisant, sans le décrire complètement et en donner le prix ?

Franchement, si votre système était sérieux, les diabétologues qui connaissent par les congrès auxquels ils assistent régulièrement et ce, sur la planète entière, toutes les recherches et innovations en cours, nous en auraient parlé.

Bien entendu, le rêve de tous les diabétiques erait qu'un système non intrusif leur permette de faire leurs glycémies voire de corriger leurs hyperglycémies mais à ce jour, rien de bien marquant à part le Freestyle Libre qui a encore un très gros défaut : il ne comporte aucune alarme hypoglycémie/hyperglycémie et pour les diabétiques comme moi qui ne sentent plus du tout leurs hypoglycémies (surtout nocturnes car dans la journée on peut mieux surveiller) c'est une CARENCE ENORME. J'ai cru comprendre (Abbott n'ayant pas révélé, à juste titre, ses secrets de fabrication) que le pb se situait au niveau technique... Encore que ce système ne soit pas complètement non intrusif puisqu'il impose la pose d'un capteur (facile à poser mais piqué dans le liquide interstitiel).

Et si votre poste a été supprimé par les modérateurs, c'est sans doute pour une bonne raison... enfin selon toute logique.

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

Malheureusement l'incohérence et l'incompétence règnent !

Car je peux vous assurer que si j'avais été retenu lorsque j'ai présenté le concept au Concours mondial de l'innovation, nous aurions pu réunir une équipe de spécialistes pour mettre au point le prototype qui serait aujourd'hui en phase d'homologation qui comporte de nombreuses étapes complexes.

Mais les laboratoires doivent  d'abord écluser les stocks et les bandelettes et  autres accessoires rapportent gros. Et coûtent fort cher à l'assurance maladie.

Enfin, qu'un diabétique puisse prétendre détenir un clé du progrès en matière d'autosurveillance du diabète, vous n'y pensez pas ! Je suis toujours prêt à présenter mon projet  devant  toute assemblée de spécialistes et autres experts.

Quant à la censure opérée par le modérateur, elle est ridicule puisque  en tant que directeur  d'une agence de presse et  journaliste, spécialisé notamment dans le secteur santé, les informations que j'ai  diffusées à ce sujet  m'ont valu énormément de demandes de la part de  diabétiques français mais aussi étrangers. 

En revanche, certains responsables de laboratoires que j'avais rencontrés m'avaient invité à me montrer patient, c'est un euphémisme, considérant en 2008, en dépit de son caractère pertinent, mon projet était trop en avance sur son temps, et que les ténors du secteur m'empêcheraient d'atteindre l'objectif. Est ce clair ?

Non, je ne souhaite pas divulguer le principe de fonctionnement du concept.  J'avais d'ailleurs adressé en 2012 un courriel à ce sujet à Apple qui trois mois plus tard à recruté de nombreux  spécialistes du sang. Alors qui sait ? 

Bien à vous 

Patawi

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

Patawi, Je suis d'accord avec vous sur le concept d'un système NON INTRUSIF

MAIS

J'ai constaté

a) sur votre sîte que vous étiez SEUL à gérer votre société.

b) Que si vous n'avez pas été retenu lorsque vous avez présenté le concept au Concours mondial de l'innovation, c'est qu'il n'a pas été jugé opportun.

c) D'après un article scientifique dont je ne peux citer la source mais qui a fait l'objet de discussions en congrès de diabétologie en 2010, il y a des obstacles non négligeables aux systèmes non intrusifs à savoir :

"Mesure complètement non invasive

La quantification d’un soluté défini est possible en déterminant l.atténuation de la lumière causée par son absorption à une longueur d’onde donnée. La quantification d.un seul soluté parmi d’autres baignant dans le même milieu est possible en utilisant différentes longueurs d.ondes. Les propriétés d’absorption de la lumière par le glucose peuvent être utilisées par spectroscopie dans la zone proche de l’infrarouge (NIR, near infrared), entre 700 et 1000 nm, pour déterminer la concentration en glucose. Il est possible, grâce à une série de diodes lasers, d’émettre des rayons lumineux de longueur d’onde définie et ainsi de choisir la région du spectre dans laquelle on désire mesurer la quantité de lumière absorbée. Cette source de lumière peut passer à travers ou être réfléchie par une partie du corps, le site de mesure est habituellement le doigt. La spectroscopie permet de détecter la quantité de lumière absorbée en comparant un rayon de référence avec un rayon de détection. Simultanément un système d’analyse des données définit à partir de la quantité de lumière absorbée, à des longueurs d’ondes choisies, le niveau de la glycémie. Mais cette méthode doit faire face à de nombreuses difficultés, comme par exemple une distribution hétérogène du glucose dans la peau (intracellulaire, interstitiel, sanguin), ou encore une dépendance importante de l.absorption de la lumière vis à vis de la température. En outre, le développement de cette méthode se heurte à la présence de molécules comme l.urée, l.hémoglobine et même tout simplement l’eau qui absorbent la lumière dans la même région du spectre que le glucose. Enfin, le système est difficilement miniaturisable et nécessite une calibration hautement complexe. On est donc loin de passer de ce concept séduisant à une application clinique. Une autre méthode consiste à mesurer les variations de la concentration en glucose en mesurant la dispersion de la lumière. Cette dispersion d’un rayon lumineux dépend de l’index de diffraction de la particule qui baigne dans ce milieu. Dans un tissu biologique, les particules capables de disperser la lumière sont entourées de plasma sanguin, de fluide interstitiel ou de liquide

intracellulaire. L.index de diffraction de la plupart des composants de la peau (membranes, collagène) est constant ce qui n.est pas le cas pour les fluides biologiques. Chaque variation de l’index de diffraction du liquide interstitiel, par augmentation de la concentration en glucose, provoque une diminution de la valeur de la différence entre l.index de diffraction du liquide et celui de la peau. Cette différence est proportionnelle à la concentration en glucose. Contrairement à la méthode de spectroscopie, il s.agit là d.une détermination indirecte de la concentration en glucose. Le développement de ces méthodes non invasives est décrit en détail dans un autre chapitre de ce volume."

d) Système non intrusif GLUCOTRACK

https://www.google.fr/webhp?sourceid=navclient&hl=fr&ie=UTF-8&rlz=1T4PRFD_frFR561FR561&gws_rd=ssl#hl=fr&q=http:%2F%2Fwww.integrity-app.com%2Fthe-glucotrack%2Ffaqs

mais je me vois mal porter clipée en continu une "boucle d'oreille" aussi volumineuse et je pense que de nombreux diabétiques sont comme moi : voir le lien youtube ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=i9wtj179mq4

Désolée pour ceux qui ne parlenbt pas Anglais pour les en Anglais.

Bonne soirée.

P.S. Patawi : Vous devez savoir que les labos... savent très bien y faire avec les médecins (à coups de congrès et d'autres "cadeaux" parfois très attirants) pour rendre leurs innovations largement rentables, tout simplement parce qu'ils ont largement besoin des prescriptions des médecins. Je ne m'étends pas sur ce sujet délicat mais il ne faut pas être "grand clerc" pour comprendre ce qui se passe "en coulisse".

Présomption d'innocence s'entend, bien entendu...

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

Bonjour,

Il est très réconfortant et encourageant de voir que vous vous intéressez de près à la question.

Je  suis actuellement en train de réunir des spécialistes pour mettre au point le prototype. Si nous parvenons aux résultats attendus, les essais cliniques devant être réalisés sur moi dans un premier temps, je ne manquerai pas de vous tenir informé. J'ai de bonnes raisons de penser que nous pouvons parvenir à des résultats surprenants et ces derniers seraient  d'ailleurs rendus publics avec les précautions d'usage si tel devait être le cas.

Sachez que ce que j'ai entrepris dans ce domaine vise avant tout à améliorer les conditions de vie et de traitement  des diabétiques de type 1 que je sais par expérience confrontés à  quelques problèmes, l'autosurveillance étant selon moi, le point clé dont tout dépend.

J'espère à bientôt, 

Cordialement

Patawi

NB: Vous me faîtes  beaucoup d'honneur en pensant que je suis seul à agir au sein  de la SARL de presse que je dirige, mais je me permets tout de même de vous inviter à consulter plus attentivement le site concernant les membres de l'équipe qui interviennent à mes côtés depuis de nombreuses années.

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

Il est vrai que je passe pas mal de temps sur internet et que certains détails ont pu m'échapper. D'ailleurs je me suis aperçue à retardement et en relisant l'exposé d'Integrity sur le Gluco-Track que certains détails m'ont échappé car dans les caractéristiques il est dit "Provides spot measurements" càd "fournit des mesures ponctuelles". Dans les FAQ il est dit également qu'ils comptent développer + tard un lecteur en continu.

J'ai très bien compris qu'étant vous-même diabétique T1, vous êtes fortement motivé à trouver des solutions pour tous les diabétiques. Mais la tâche est ardue... pour diverses raisons dont celles évoquées + haut ert sur lesquelles je ne peux m'étendre. Quoique... en mp... Vous pouvez parfaitement m'envoyer un mp si vous voulez.

Bonne journée.

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le
Bon conseiller

Bonjour ce systeme ressemble bien au freestyle a par qu il soit en montre, néanmoins je veux bien le tester aussi pour voir s il est efficace en phase d essai avec vous , de plus si on ne vous aide pas en France pour le développement de votre idée ,je peux vous aider a le developper en Turquie avec des équipes aussi compétent et reconnu qu en France.De plus la machine pour prendre son  dextro a l oreille n est pas au gout du jour, il faut trouver plus discret.

LES LECTEURS DE GLYCEMIES A COTE DE LA PLAQUE


Posté le

@ SUCCES : Lire attentivement.

Les systèmes dont il est questions NE SONT PAS COMMERCIALISES !

Discussions les plus commentées