Particularités du diabète de type 1 chez les enfants

En raison du jeune âge des patients avec un diabète de type 1, l’éducation thérapeutique doit cibler les jeunes patients, mais aussi leur parents.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui affecte de plus en plus les enfants. Ainsi, selon l’INVS en 2007, il y avait 20 000 enfants diabétiques en France. Et aujourd’hui le diabète a tendance à toucher les enfants de plus en plus tôt.

Cette maladie est provoquée par la destruction des cellules béta des îlots de Langerhans, responsables de la fabrication de l’insuline. Il s’agit d’une maladie qui est ainsi localisée dans la partie endocrine du pancréas, lieu de production des hormones comme l’insuline.

Le diabète de l’enfant est qualifié de diabète sucré insulinodépendant (D.I.D). Cela signifie qu’en raison de la disparition de l’insuline, dont le rôle est de réguler la quantité de sucre dans l’organisme, la glycémie (taux de sucre dans le sang) est trop élevée ou trop basse.

Particularités du diabète de l’enfant

La particularité du diabète de l’enfant est qu’il implique une relation tripartite en ce qui concerne le suivi médical. En effet, en raison du jeune âge des patients, les parents sont également impliqués dans le diabète de leur enfant. Cela vient s’ajouter à la relation initiale médecin - enfant diabétique. L’éducation thérapeutique doit donc cibler à la fois le jeune patient et ses parents. A l’annonce de la maladie, il est important que les parents soient bien informés sur le diabète et ses implications. Ils jouent un rôle important pour rassurer l’enfant et veiller au suivi de son traitement.

Pour éviter au maximum les symptômes de l’hyperglycémie et de l’hypoglycémie, l’enfant doit reporter par écrit toutes leurs manifestations. Ainsi, il pourra évaluer au mieux son dosage d’insuline.

Comme c’est lors des repas que la glycémie s’accroit fortement, il faudra aussi veiller à ce que l’alimentation de l’enfant soit équilibrée et pas trop riche en sucre.

De même, il est important pour l’enfant de pratiquer une activité sportive. Cependant, lors de l’effort physique, l’organisme a besoin de plus de glucose. Afin d’éviter l’hypoglycémie, le dosage d’insuline devra être adapté. Si cela n’a pas pu être anticipé, il faudra augmenter les apports en sucres à ce moment là.

L’environnement social de l’enfant est donc très important car cette maladie nécessite un suivi rapproché.

Quand il grandit, l’enfant peut petit à petit prendre de l’autonomie et gérer lui même son traitement. Il faut aussi faire attention à l’âge adolescent, car le jeune peut renier sa maladie ou avoir un suivi négligé. Les parents doivent alors être d’autant plus à l’écoute et vigilants.

Sources : INSERM

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 150 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme