A propos du jeûne glucidique

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-1.jpg

Patients Diabète de type 1

37 réponses

455 lectures

Sujet de la discussion



Posté le


L’avez-vous pratiqué notamment dans le but de connaître la dose d’insuline lente si vous êtes sous stylo ( ou la dose  dite basale, sous pompe) ? L’avez-vous pratiqué sous contrôle médical et/ou en milieu hospitalier ? ou bien de votre propre initiative, sans crainte,  pour vérifier que la dose de lente est la bonne dose ? Combien d’heures a -t-il duré  ( 24 h  ou plus ?) Quelles conclusions en avez-vous tirées ?

Remarque : proposition de sujet en relation avec 2 autres sujets abordés dans les forums de Carenity , l'ITF et la lantus

Début de la discussion - 31/10/2011

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour,

J'ai eu l'occasion de faire un jeune glucidique lors de mon hospitalisation pour apprendre l'ITF. Je regrète de ne pas l'avoir fait à l'hopital lors de ma mise sous pompe, je pense donc à en faire un de nouveau pour m'assurer de mes débit de base (hors milieu hospitalier cette fois-ci).

Avec une pompe, tous les combien de temps faut-il vérifier sa glycemie lors d'un jeune glucidique ?

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour,

Pour ma part, j'ai réalisé mon jeune glucidique quelques semaines apres le passage a la pompe et lors de mon apprentissage a l'ITF. J'ai été hospitalisé 1 jour et demi. Cela m'a permis de réglé le basal au plus proche de la réalité et j'en suis tres satisfait.

A noter que ma Diabetologue a bien insistée sur le fait  qu'en dehors de la nuit bien sur, je ne devais pas rester allité pendant mon jeune, afin de bouger et de faire en sorte d'avoir une activité minimum ( malgré tout moins dense que ma vie de tous les jours ) afin de ne pas trop fausser les glycemies.

J'ai eu ainsi le loisir de visiter tout l'hopital, en veillant bien sur a etre de retour dans ma chambre toutes les 2 heures pour effectuer le controle. Il me semble que la nuit l'espace entre les controles etaient un peu plus espacés, mais je ne peut l'affirmer avec certitude car a chaque fois l'infirmiere a dut me reveiller et je me rendormais presque aussitot. Donc les controles de nuit ne m'ont pas vraiment génés, je vous souhaite la meme chose.

C'est une experience qui en plus du fait de me paraitre tres importante dans la gestion de son diabete, m'a beaucoup apprit sur les variations de glycemie tout au long de la journée. Avec notamment le phénomene de l'aube.

Bonne journée a tous.

Pascal

A propos du jeûne glucidique


Posté le

"Avec une pompe, tous les combien de temps faut-il vérifier sa glycémie lors d'un jeune glucidique ? " demande Aurélie ... J'ajoute que sa question concerne évidemment ceux qui sont sous stylos !

Je connais la pompe - outil merveilleux qui a perdu ma confiance,  ou plus exactement dont un prestataire de service  que je ne nommerai  pas a contribué à la perte de confiance - et j'ai repris les  injections sous stylos, pour les rapides ( Apidra) et pour la lente (Lantus)

Dans les 2 cas, se pose la même question soulevée par Aurélie.

Je vais encore citer le Professeur Altman de l'Hôpital Georges Pompidou (Paris) :

« (…) Les glycémies capillaires seront mesurées toutes les 2 heures dans la journée et toutes les 3 heures pendant la nuit.

 La glycémie qu'on veut atteindre durant ces 24 heures de jeûne glucidique est située entre 70 à 140 mg/dl. Si les chiffres sortent de ces valeurs, vous corrigerez votre glycémie à l'aide d'un supplément d'insuline rapide ou d'une ingestion de glucose.

 En analysant à la fin de ce test la manière dont on aura du corriger vos glycémies pendant ces 24 heures, on pourra déterminer plus précisément votre dose quotidienne d'insuline basale: Une nouvelle journée de jeûne glucidique permettra de tester cette nouvelle dose réévaluée.

 Ce test vous permet aussi de prendre conscience du fait que vous avez besoin d'insuline lente tous les jours, même si vous ne mangez pas, et donc que, grâce à votre insuline basale, vous pourrez sauter ou retarder un repas sans risquer une hypoglycémie ou rester à jeun si nécessaire.

Ce test vous aura permis aussi de comprendre que vos horaires de repas sont donc libres ! C'est quand vous avez décidé de manger que vous intervenez avec une insuline rapide.(…) »

       Ce qui est mis en italique est un extrait de la page suivante ( source incontestable !) http://www.hegp.fr/diabeto/traitementinsulineif.html

       Personnellement, je vais me lancer prochainement dans ce jeûne glucidique… je vais y associer ma compagne. Je choisirai aussi un « moment » où mon activité physique sera moindre

       Pour quelle raison je ferai ce test : mes glycémies le matin sont régulièrement très basses  càd inférieures ou égales à 0. 60 … Mais il arrive aussi qu’elles sont parfois assez élevées, càd  supérieures à 1.7 ; nombreuses hypo le matin,  avec cependant quelques rares hypers … C’était  pareil avec la pompe ou presque pareil ( au désespoir de ma « pompiste », c’est ainsi que le Docteur Charpentier surnommait affectueusement les diabétologues de son Service qui suivaient les patients sous pompe ; le  Docteur Guillaume Charpentier maintes fois évoqué sur de nombreux forums de Carenity )

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour,

"Avec une pompe, tous les combien de temps faut-il vérifier sa glycémie lors d'un jeune glucidique ? " demande Aurélie ... J'ajoute que sa question concerne évidemment ceux qui sont sous stylos !

Si je me suis permis de faire un distinction entre pompe et injection c'est que les glycemies de la nuit me semblent moins utiles pour une personne sous lantus qui ne pourra pas agir sur ses glycemies de la nuit uniquement mais sur 24h complètes. Les chiffres de la nuit me semblent donc moins importants que pour une personne sous pompe qui pourra en profiter pour regler plusieurs débits de base sur la nuit.

Toutes les 3heures... va falloir me motiver... mais il faut se dire que c'est pour améliorer l'hba1c...

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour Aurélie.

je suis d'accord avec toi concernant les controles de nuits qui nous permettent de regler différents débits "basals" sur nos pompes. Pour les personnes sous injections de Lantus ou Lévemir, il est vrai qu'ils ne peuvent agir de la sorte. Mais bien que ces insulines soient censées avoir un éffet linéaire ( ce qui n'est pas vraiment le cas bien souvent, a la fin j'avais 2 injections par jour ) cela peu peut etre influer sur l'heure a laquelle ils doivent effectuer leur injection? Si elle est plus ou moins tardive cela doit changer leur glycémies de la nuit.

Cela leur permet aussi de connaitre l'influence du phénomene de l'aube sur leur corps.

Je suis certain que tu seras motivée pour te reveillée plusieurs fois dans la nuit et si l'infirmiere de nuit est aussi sympa que celle que j'ai eu pas de soucis. Elle faisait son maximum pour me reveiller le moins possible.

Bon courage, il ne peu en ressortir que du positif.

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour Pascal,

En milieu hospitalier avec une infirmière qui vient la nuit, aucun problème (surtout qu'il n'y a pas besoin d'aller au boulot le lendemain).

Mais là je compte le faire chez moi, en mettant mon reveil toutes les 3h. Et j'ai l'intention de le faire la semaine et de ne changer aucune de mes habitudes pour avoir une activité physique lors de ce test identique à la vie quotidienne. J'en referai un par la suite sur un week-end (pour voir si j'ai besoin de schemas semaine/week-end).

Mais encore hier soir je me suis couchée à 1,47 (c'était ma post-prandial +2h) donc plutôt bien. Et je me reveil ce matin à 1,88 et je suis incapable de savoir ce qui s'est passé. C'est fréquent. J'en viens à me demander si je ne fais pas des hypo nocturnes qui ne me réveilles pas et feraient monter ma glycemie... ou si c'est mon débit de base qu'il faut augmenter sur la fin de nuit... Le meilleur moyen de le savoir, c'est le jeune glucidique!!

L'idéal serait un jeune glucidique sous capteur :-)

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour Aurélie,

Je me permets d'intervenir à propos des 1.88 dont il est question dans le précédent message (jeu, 03/11/2011 - 09:54 ) : quand j'étais sous pompe, cela m'arrivait assez fréquemment et nous avons, ma diabétologue et moi, tenté de modifier  les débits de base pendant la nuit... Pas facile à régler !  Et comme le disait Pascal, il y a les "phénomènes de l'aube" qui se traduisent par une montée de la glycémie.

Il est  possible que des hypos (non ressenties) la nuit entraînent une hyper le matin. Dans ce cas, il semble  effectivement logique d'augmenter le débit basal vers l'aube. Ceci dit, 1.88 est une hyper certes, mais une "petite" hyper.

Quand j'étais encore en activité et sous pompe, j'avais  cru remarquer que le stress participait à mes hyperglycémies, de jour comme de nuit.

Bon courage et ... confiance !

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour Aurélie,

Il est vrai qu'un Jeune sous capteur serait pas mal. Mais encore faut il tenir compte que la glycémie sanguine et la glycemié capillaire sont légerement différentes et qu'il y a un décalage temporaire ( environ 1/4 d'heure ) dut au fait que le changement de glycemie met plus de temps a arrivé au bout du doigt qu' a l'interieur de ton corps. Donc a moins d'etre constamment avec un capteur, je ne suis pas certain que ce soit des mesures qui puissent te servir de reférence dans la vie de tout les jours.

je pense quand meme ( a titre purement personnel ) qu'un jeune glucidique est plus sage en milieu hospitalier, on est certain ainsi de respecter parfaitement le jeune et son protocole . je connais un diabetique qui a essayé de le faire chez lui et n'arrivait pas a trouver les bons reglages de basal, apres avoir discuté avec lui, j'ai appris que pensant bien faire il mangeait des yaourts nature pendant son jeune. Forcement ca ne pouvait pas marcher!

Je pense ( toujours ) que ce jeune en milieu hospitalier pourrait te servir de schema "week end" pour ton basal et apres 3 ou 4 jours d'activité tu aurais vite fait de trouver ton schema " semaine" grace a tes glycemies du matin. Attention aussi a ne pas faire de gros efforts physiques la veille du jeune, car comme pour le sport cela va influer sur tes glycemies de longues heures plus tard et fausser tes resultats ( ca n'arriverait pas a l'hopital).

Concernant ta glycemie a 1.88 a jeun, il est vrai que cela peu etre dut a une hypo, masi je pencherai plus pour un phenomene de l'aube.

Car je me souviens avoir lu dans une revue medicale que chez nous T1, le phenomene de resucrage grace aux cellules Alpha est plus complexe que chez un non DID. Si je me souviens bien, chez un etre non diabetique qui fait une hypo le pancréas detecte l'hypo et envoi un message au foie qui libere des reserves de glucides ou fabrique du glucagene ( grace aux cellules Alpha ) afin de le resucrer. Comme notre corps est bien fait cela passe quasiment inapercu sur les glycemies car le resucrage " automatique " est bien dosé. Mais comme nous diabetiques pompés, nous avons en permanence de l'insuline dans le corps, il arrive que le resucrage ne se fasse pas ( d'ou certain comas) ou alors qu'il se fasse de facon trop abondante ( ce que l'on appel le " rebond") avec des hypers a 3.0g.

J'ai synthéthisé ce que je me souviens avoir lu sur plusieurs pages, mais je crois que le principe est celui ci. A confirmer si quelqu'un ici ( Antoine par exemple) peut nous apporter plus d'informations a ce sujet.

C'est pourquoi avec 1.88, je penche plus au phénomene de l'aube. Mais ton jeune glucidique t'apporteras la solution. Si tu le fais a la maison, sois prudente attention aux hypos. C'est aussi pourquoi j'ai préféré le faire a l'hopital.

En tout cas bon courage et j'espere que cela va t'aider a ameliorer les reglages de ta pompe.

A propos du jeûne glucidique


Posté le

Bonjour Tadek,

Tout comme toi et beaucoup d'autres diabetiques je pense, j'ai constaté que le stress ou une grosse contrariété influent enormément sur les Hyper. D'ailleurs plusieurs docteurs m'ont affirmés que c'etait le cas chez quasiment tous les diabetiques.

Ceci m'amene a la réflexion suivante: Est ce le cas, lorsque notre subconscient travail? Car dans ce cas la, un cauchemard pourrait expliquer certainnes glycemies élévées la matin. Ce n'est qu'une supposition et intérrogation de ma part ( peu etre stupide?)

Mais j'aimerais assez connaitre la réponse.

Bonne journée.

Pascal

Discussions les plus commentées