Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

S'inscrire pour participer à cette discussion
https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-1.jpg

Patients Diabète de type 1

14 réponses

106 lectures

Sujet de la discussion


anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Mes parents l'ont su avant moi puisque j'étais aux soins intensifs, ils ont beaucoup pleurer et m'appellent ou m'envoient des messages fréquemment pour savoir mes taux de glycémie. Au début ils étaient très stressés... Ma famille ne savait plus trop quoi me dire au téléphone et me demande toujours comment ça va à l'école, avec la pompe, les taux...

3 de mes amis, eux ne savaient pas trop quoi me dire, mais maintenant ils s'intéressent de plus en plus à ce que je fais, me posent des questions (si mes taux sont bons, mes hypo...).

Le pire, c'est la première fois que j'ai fait mon dextro en classe, tout le monde m'a regardé.

Après, une fille (que j'aimais bien) est venue me demander si j'étais diabétique, et depuis combien de temps. Ensuite elle m'a dit:

<<Moi j'avais une amie au collège qui avait ça, j'ai essayé de me faire des dextros, c'est trop marrant, c'est trop bien ! De toute fçon , c'est rien ça comme maladie. Ma copine, elle pleurait tout le temps au début, c'était chiant  ! On aurait cru qu'elle allait mourir ! C'est bon quoi, un moment faut arrêter, c'est rien ça !>>.

Et là, j'ai eu les larmes aux yeux et j'ai pleuré en rentrant chez moi... et je pense que je me souviendrais très longtemps de sa phrase... Elle a quand même essayé de se rattraper en me posant des questions auxquelles je n'ai pas vraiment répondu et disant qu'elle était sûre que j'allais "bien gérer"...

Début de la discussion - 02/02/2015

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Malheureusement, la plupart des gens et même des journalistes parfois ne savent rien et ne comprennent rien au diabète. Je pense personnellement que tu devrais choisir un moment où vous êtes disponibles toutes les deux et expliquer à celle qui t'a dit "c'est bien ça" de quoi il retourne, juste pour qu'elle comprenne que le diabète n'est pas une maladie quelconque, qu'on la traîne toute sa vie avec de nombreuses contraintes, en lui expliquant aussi que la glycémie ne se régule plus chez les diabétiques T1 et que si on ne la surveille pas plusieurs fois par jour, on risque des phénomènes très graves quelques années après son apparition. Tu lui dis aussi que ses propos t'ont beaucoup peinée mais que tu comprends que c'est parce qu'elle était mal informée, même si elle a connu une fille qui était diabétique.

Tu pourrais par exemple lui proposer d'aller boire un café ensemble après les cours. Ce n'est qu'une suggestiin. Mais expliquer dans le calme peut être utile. Et si elle est intelligente, elle deviendra peut-être ta meilleure amie.

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Merci Diabéqui.

Je pense laisser tomber car je n'ai pas tellement confiance en elle, et n'ai pas envie de lui confier des choses qu'elle irait tout répéter ensuite.

On t'a déjà fait des réflexions de ce genre ?

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Moi je suis diabétique depuis l'âge de 12 ans et j'en ai 49 ans. C'est vrai que c'est une maladie dure à gérer, et que les gens s'apitoie sur ton sort, mais comme je leur dis il y a plus grave comme maladie, on peut vivre comme tout le monde.

le mieux c'est d'expliquer aux gens qui t'entourent la maladie, de leur dire comment ils peuvent t'aider à gérer si tu es en hypo et que tu ne réagis pas, ce qu'ils faut qu'ils fassent.

Moi je le fais dès que je suis avec quelqu'un car à mon stade de la maladie, je ne ressens plus aucun signe d'hypo et c'est pas évident. 

il faut en parler avec des personnes qui te sont proches, moi me faire une dextro devant tout le monde ne me gêne pas du tout et je le prend à la "rigolade" quand quelqu'un me regarde comme quelqu'un de bizarre. c'est une maladie que l'on ne voit pas, et personne ne se doute que tu es malade à toi d'aller vers les autres pour ceux qui s'intéresse à toi

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Anonyme7 : en 65 ans de diabète T1, tu penses si j'en ai entendu... de toutes les couleurs. J'ai parfois eu des discussions orageuses avec certains et dans le fond ils ne valaient pas la peine que je perde de mon énergie avec eux.... Comme ta copine qui ne vaut pas la peine de discuter.

J'ai par contre rencontré des gens intelligents qui m'ont posé des questions en me voyant faire mes dextros.

Bonne soirée à tous.

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Clafouti : moi non plus je ne sens pas du tout mes hypos. C'est très fréquent chez les diabétiques anciens de type 1 qui ont été mal suivis pendant longtemps.

http://www.em-consulte.com/en/article/79611

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

J'ai déjà lu plusieurs fois qu'on ne ressentait plus ses hypos lorsqu'on était plus âgé.

Est-ce vrai pour tout le monde ? Est-ce juste pour ceux qui ont mal été suivis ?

Combien de fois vous piquer vous par jour ?

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

pour ma part je ne ressent plus mes hypos, mais mon entourage reconnait quand je suis en hypo : pupilles dilatées, je n'arrive plus à parler comme il faut, je fais n'importe quoi. 

je fais des dextro très souvent dès que je ressens quelque chose qui ne va pas, que je me sens bizarre.

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Anonyme7 : oui quand on est plus âgé on les ressent moins mais aussi quand on est diabétique depuis longtemps avec un diabète mal équilibré pendant longtemps. Eh eh ! c'est que moi, j'suis devenue diabétique T1 dans l'antiquité ! (enfin.... celle de l'insuline et des soins : pendant de nombreuses années, même pas de bandelettes urinaires ! Les conseils des diabétos étaient... devinez... d'avoir une glycosurie qualifiée à l'époque "de sécurité"... parce qu'on faisait ses glycémies avec un bec bunzen, un tube à essai 5 gouttes d'urine et 10 gouttes d'eau, un comprimé, on faisait chauffer et on regardait la couleur du comprimé)... Alors la "sécurité" c'était juste d'être toujours en hyperglycémie, d'éviter les féculents, et surtout de crever la dale pour ne pas faire grimper la gly trop haut. Pendant des années j'ai mangé des haricots verts à tous les repas. Je ne peux même plus regarder un haricot vert depuis longtemps -lol-

Qu'est ce que les autres vous ont dit quand vous leur avez appris que vous étiez diabétique ? Ont-ils eu des paroles blessantes ?

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour à tous. Comme beaucoup, après de nombreuses années de diabète T1, je ne ressens plus toujours mes hypos ou alors c'est qu'elles spnt brutales . Si ma glycémies est basse, j'ai soif , si elle est haute, je me sens tremblante " comme en hypo" . En fait, il semble que les signes changent en même temps que l'ancienneté du diabète, en même temps qu'un changement de traitement, ou en même temps qu'un changement de rythme de vie ... Il faut alors savoir reconnaître les nouveaux signes .

En tous cas, je multiplie les glycémies et porte toujours sur moi de quoi me resucrer. Je me resucre avec des bonbons à la menthe, des "bêtises de Cambrai" pour ceux qui connaissent. J'en suce un en cas de baisse lente de glycémie ou d'effort prolongé; j'en croque trois en cas de vraies hypos. Plus facile à transporter que du sucre, moins "voyant", plus agréable au goût (rafraichissant ). Ce qui ne remplace pas le sucre lent ( biscuit) dans les hypos à distance du repas.

Bon courage à tous

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 147 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme