https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-1.jpg

Patients Diabète de type 1

30 réponses

374 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le

Bonjour à tous, 

Mon mari diagnostiqué Did fin mai 2016, puis Diabétique t2 en octobre 2016 a finalement bien été diagnostiqué Did début décembre 2018 (lune de miel de plus de 2 ans sans recours à de l'insuline.) Dc on découvre encore totalement la maladie.

Bref, on est en train de tatonner pour comprendre le fonctionnement de sa glycémie mais là on est totalement perdu!! 

Son capteur FSL débloque totalement depuis qu'il l'a synchronisé avec son tel (capteur = 1,10 dextro sur appareil autonome 2,30! Il vient de commander des bandelettes Abbot qu'il récupère aujourd'hui. Jusqu'à la pose du prochain capteur, qu'il ne synchronisera pas, il ne se fie qu'à la tendance de la courbe). 

Par contre soit son dextro débloque aussi.... soit la glycémie peut varier ultra rapidement et ça on n'en sait rien!

Relevés de ce matin au réveil à jeun: 

- capteur 1,10

- dextro 1: 2,30

- dextro 2 : 1,80 à 15 sc d'intervalle.... le temps de se repiquer un doigt.

On a fait le même test avec moi pour vérifier le dextro: 0,95 puis 0,98 donc variation minime.

Vous en pensez quoi?

Aussi: Hier ne sachant pas quel chiffre prendre en compte il est allé faire un dextro a la pharmacie. Avec trois lecteurs dextros différents ( le sien et deux de la pharmacie) 3 resultats différents : 

A jeun de la veille à  13h:

2,30/ 1,70/1,50 (le sien c 1,70).

Bref.... on est bien paumés!  

Si l'un d'entre vous a déjà rencontré ce type de pb comment avez vous fait pour y voir plus clair? 

Merci pour vos réponses! 

Début de la discussion - 09/01/2019

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Bonjour,

Je m'étonne que l'on est laissé un jeune diabétique de type I, apprenant à régler sa glycémie, seul avec uniquement des capteurs et un FreeStyle Libre : ce n'est pas un moyen adapté à cette situation.

Pour apprendre à régler sa glycémie et à adapter ses doses d'insuline, il vaut mieux d'abord qu'il utilise des mesures de la glycémie faites sur sang capillaire obtenu au bout du doigt. Dans un premier temps, il doit se fonder sur ces mesures-là. Il est surprenant qu'on ne lui ait pas fourni de bandelettes pour le FSL dès le départ.

En effet, les mesures obtenues par le capteur du FSL ne sont pas des mesures de la glycémie, mais des mesures de la concentration en glucose dans le liquide baignant nos cellules (liquide interstitiel). Les valeurs de la concentration en glucose interstitiel sont toujours un peu en retard par rapport à celles de la glycémie, car le glusose se trouve d'abord dans le sang avant de passer dans le liquide interstitiel et de parcourir la longueur de la canule du capteur : la valeur obtenu par le capteur est la glycémie d'il y a quelques minutes. De plus, dans les situations où la glycémie peut varier rapidement (après absorption de sucre, après un exercice physique intense, etc.), la différence peut encore augmenter entre valeur du capteur et valeur sanguine (obtenue avec bandelette).

Je lui conseille vraiment de régler ses doses d'insuline en se fiant d'abord sur les valeurs sanguines obtenues avec le lecteur de glycémie intégré au FSL. Qu'il mesure en même temps la valeur avec le capteur pour comparer. Ainsi, il verra dans quelles circonstances les différences se manifestent. En dehors des périodes de variations rapides de la glycémie, des hypoglycémies et des hyperglycémies marquées, les valeurs du capteur et celles de la bandelette sont proches. Les courbes fournies pas le FSL sont utiles pour avoir une vue d'ensemble de l'effet d'une dose.

Concernant les différences de valeurs de la glycémie mesurée au même instant sur plusieurs appareils : ces différences sont normales, surtout lorsqu'on effectue qu'une seule mesure avec chaque appareil. Il ne faut pas être obsédé par la "précision" des mesures : la vraie valeur de la glycémie est impossible à connaître avec précision. Quel que soit le moyen employé pour la mesurer, vous aurez des résultats plus ou moins différents. Qu'il utilise toujours le même lecteur de glycémie et se base sur ses résultats pour adapter les doses d'insuline.

Pour finir, votre mari n'a pas connu un "lune de miel" de 2 ans, d'après ce que vous décrivez. Cette période, pendant laquelle la glycémie devient beaucoup plus facile à équilibrer avec des doses de plus en plus faibles, ne dure pas aussi longtemps (généralement quelques semaines à quelques mois). Mais, surtout, l'insulinothérapie reste toujours indispensable, même à doses infimes : il n'y a jamais de rémission du diabète permettant de se passer totalement d'injection d'insuline. Par contre, si votre mari est africain ou d'origine africaine, une autre situation pourrait correspondre à ce que vous décrivez. Il existe en  effet une sous-catégorie du diabète de type I, notée type I b, dans laquelle des périodes de rémission complète se manifestent au début du diabète. Durant ces périodes, le patient peut se passer totalement d'insuline, avant que les symptômes ne réapparaissent, nécessitant la reprise de l'insuline ; ces périodes de rémission sont de plus en plus courtes et disparaissent. Environ 20 % des Africains atteints de diabète de type I seraient de type I b, appelé aussi diabète africain. Parlez-en à votre diabétologue.

Bien à vous.

Philippe

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Bonjour Philippe,

Je vous remercie beaucoup pour avoir pris le temps de me répondre.

La première fois que mon mari a été diagnostiqué diabétique type I, il a été hospitalisé une semaine pour qu’il apprenne à gérer sa glycémie. Cette fois-ci, le service de diabétologie lui a encore proposé une hospitalisation mais aussi de revoir la diabétologue à deux reprises, à une semaine d’intervalle pour faire le point sur la gestion et sur les difficultés qu’il aura pu rencontrer. La diabétologue s'est montré très rassurante et lui a dit qu'il gérait bien la situation. Son prochain rendez vous a donc été fixé dans 3 mois pour faire un bilan sur trois mois.

La première fois, suite à son hospitalisation, il s’est alors équipé d’un lecteur de glycémie classique, mais aussi du capteur de chez Abbot (il a donc tout de suite eut les deux). Il est resté sous traitement avec injections d’insuline de fin mai à mi aout 2016. Le protocole établi à l’hôpital a très rapidement plus été approprié. Je dirais qu’un mois environ après son hospitalisation il n’a jamais autant mangé de sucre pour remonter correctement (suite aux injections des repas…). Période très compliquée où il s'appliquait à suivre le protocole de l'hopital et moi à faire des nuits entrecoupées de multiples réveils craignant une grosse grosse hypo de mon mari.  A son rendez-vous des 3 mois, fin aout, sa diabétologue lui a dit qu’elle ne comprenait pas, qu’elle s’était trompée de diagnostique, que de plus, sa prise de sang était revenue négative, qu’il n’y avait pas d’anticorps, et qu’il s’agissait donc d'un diabétique type 2 très atypique. A ce moment là, elle l’a mis sous metformine. Il devait contrôler sa glycémie que 3/4 fois par semaine pour vérifier que tout allait bien. Ses prises de sangs étaient de plus en plus mauvaises, son hémoglobine glyquée montait petit à petit alors qu’on avait mis en place un repas diététiquement irréprochable (enfin, selon moi qui n'y connaissais pas grand chose à la base, mais qui, par la force des choses ai dû me pencher sérieusement sur la question). Zéro sucre rapide, que des repas à IG bas, même si de temps en temps il se permettait un écart ou deux, faut pas non plus déconner ;) . Pour info, il n’était pas maigre, loin de là, mais pas non plus en grand surpoids comme on pourrait l'imaginer... . Il a perdu plus de 20 kilos en un peu plus de 2 ans. Fin avril 2018, elle a changé le traitement, elle lui a prescrit à ce moment là quelque chose qui devait s’appeler « Javumet ». Et là, nickel. Hémoglobine glyquée parfaitement dans les clous… Fin octobre 2018, à son rendez-vous, elle lui dit que définitivement, elle s’était trompée dans son diagnostique initial, que ça ne lui était jamais arrivé de toute sa carrière, qu’il était bel et bien diabétique type 2. Et fin novembre, il a tout de suite su repérer les symptômes qui l’ont conduit la première fois à se faire hospitaliser. Il s’est beaucoup plus contrôlé pendant 1 jour puisque tout revenait d'un coup (la terrible soif, le besoin d'uriner, la nausée...). Puis le diagnostique de diabète 1 a été reposé. Il a refait une prise de sang, mais il n’a toujours pas d’anticorps (comme 5% des diabétiques type 1... il est vraiment exceptionnel mon mari ;).

C’est pour cela qu’il a un appareil qu’il utilise pour faire ses glycémies capillaires, car il a utilisé ces bandelettes Accu Chek durant plus de deux ans et qu'il en avait encore à la maison. Mais suite à ce nouveau diagnostique, il s’est rééquipé d’un capteur free style libre (remboursé aujourd’hui… ce qui a été la seule bonne nouvelle). Il est allé aujourd’hui pour s’équiper en bandelette pour le free style.

Nous avons bien conscience que les données du capteur free style ont 15 min de retard.

Mais il y a deux choses qui ont été très surprenantes… :

Il a synchronisé son capteur actuel (qui expire mercredi prochain) alors que mon mari l’avait déjà installé depuis 3/4 jours (et il fonctionnait tout à fait correctement à ce moment là). Depuis, il n’a plus du tout été fiable. Donc il ne s’en servait plus du tout pour lire quoi que ce soit, mais vraiment pour voir la tendance globale, et notamment la courbe de nuit pour voir si l’insuline lente était plus ou moins bien dosée.

Mais c’est avec le lecteur capillaire Accu Chek qu’il rencontre des difficultés. Sans avoir marché ni rien quoi que ce soit avant, il a remarqué hier des écarts énormes à moins d’une minute d’intervalle. C’est là qu’on s’est interrogé sur la fiabilité de ces tests capillaires avec ce lecteur (lecteur qui a donc plus de deux ans). Des écarts de près de 0,5 /0,6 ! . En gros, soit il avait 1,30 et dans ce cas là, il ne se corrige pas… mais si le bon chiffre était plutôt 2,00  il aurait dû se corriger… Là était le dilemme… Donc il m’a appelé, et je lui ai dit d’aller voir à la pharmacie à coté de son travail pour faire un test avec un autre appareil (et à la pharmacie, deux appareils utilisés et un écart entre les deux de 0,4). Ils ont tranché à 1,60 pour dosé son insuline du repas de midi…

PS : Mon mari n’est pas africain, et n’a pas d’origines africaines… ou alors tellement lointaines qu’il ne resterait que des traces au niveau de l’adn !

Sachant que le dernier diagnostique a été posé début décembre est-il possible que ses besoins en insuline varient encore (que son corps fonctionne encore en partie et que ces capacités s’amenuisant petit à petit) et qu’il soit encore bien difficile de trouver un dosage approprié même pour un repas identique d’un jour à l’autre (en partant d’une base glycémique similaire et une journée en terme de stress professionnel ou de dépense physique comparable) ?

Je vous remercie encore pour vos éclairages ! Je n’ai pas fini d’en apprendre sur cette maladie qui nous réserve, je le crains, encore bien des surprises ...

LN

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Bonsoir Elenilla,

Bon, il a eu un début compliqué, il est type I exotique, il a été bien formé  et gère bien son diabète.

Pour les problèmes d'incohérences après synchronisation avec le logiciel FSL installé sur son smartphone, je ne peux pas vous répondre avec certitude car je n'utilise pas de smartphone avec mon FSL. Cependant, je crois me souvenir qu'il ne faut pas utiliser sur une même période le logiciel dans intégré dans le lecteur FSL et celui installé sur son smartphone, ce serait soit l'un, soit l'autre (voir mode d'emploi, site Internet du FSL et contacter Abbott, si besoin). D'autres membres de Carenity devraient pouvoir vous répondre plus sûrement.

Concernant l'incohérence de 2 résultats de mesure en 1 minute : il faut se laver les mains avant le prélèvement, vérifier le bon fonctionnement du capteur avec une solution de contrôle et vérifier que les électrodes ne sont pas périmées. Il le sait déjà, mais il ne faut pas oublier de le faire (emporter la solution de contrôle avec son lecteur). En dehors de cela, ces différences ne signifient pas forcément que l'appareil n'est plus fiable : les appareils ne sont pas toujours cohérents et il y a toujours des sources de variation. Refaire une troisième mesure ou se servir de la moyenne des 2 mesures est un bon compromis. Ces résultats discordants sont un peu perturbants mais l'erreur de dosage d'insuline que l'on peut faire à cause d'eux est faible et les conséquences ne sont pas si graves. Cependant, je conseille à votre mari de n'utiliser qu'un seul lecteur de glycémie, celui intégré au FSL : utiliser un autre modèle de lecteur d'un autre fabricant est une source supplémentaire de variation quand on compare un résultat du capteur FSL avec la mesure de glycémie capillaire.

La manifestation du diabète chez votre mari n'est plus très récente (deux ans et demi environ) et, a priori, il est peu probable que son pancréas sécrète encore de l'insuline (demander à son diabétologue si le dosage du peptide-C est encore positif : si oui, alors il y a un reste de sécrétion d'insuline). Votre mari a perdu du poids cela peut modifier ses besoins en insuline, mais les difficultés qu'il rencontre pour trouver les bonnes doses sont probablement transitoires : il semble bien gérer cela. Avec le diabète, il faut s'habituer à ne pas pouvoir tout expliquer ; nous contrôlons plus ou moins peu de paramètres déterminant la glycémie et il n'y a jamais de situations exactement comparables.

Ne vous perdez pas dans un excès de rigueur et de précision, contrairement à ce que prétendent les fabricants de lecteurs, on n'en a pas besoin pour obtenir et conserver un bon équilibre glycémique.

Bien à vous.

Philippe

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Merci encore pour toutes ces précieuses informations!

Hier mon mari est donc allé à la pharmacie pour chercher les bandelettes adaptées à son lecteur capillaire Abbot Free style, il est donc maintenant parfaitement équipé de ce coté là.

Par contre, je suis assez surprise, il m'a dit que la pharmacie n'a pas pu lui délivrer la solution de contrôle pour ses lecteurs, qu'ils ne peuvent pas en commander et qu'on doit directement se fournir sur internet. C'est normal ça? Tous les diabétiques sont obligés de se fournir sur la toile, ou c'est notre pharmacie qui est bizarre?

Sinon, comme vous avez l'air vraiment très au point sur toutes ces questions, et que nous nous découvrons encore tellement de choses qu'on a encore un peu de mal à tout gérer je me permets de vous en poser une supplémentaire:

Hier soir repas:

- salade chou rouge avec un peu de bleu d'Auvergne, de morceaux de pommes et de cerneaux de noix.

- 1 tranche de pain demi complet et un morceau de fromage de chèvre et une petite vache qui rit.

- Une papillote chocolat noir pour accompagner nos filles.

On a diné vers 20h00. A 22h00 il se contrôle (il s'endormait...  donc je lui ai dit de faire son contrôle avant de s'endormir même si c'était beaucoup trop tôt). Résultat: 0,90 à deux heures du repas (test capillaire). Bref, moi un peu inquiète... j'essaie de rester éveillée jusqu'à 23h pour le réveiller et qu'il puisse faire le contrôle des trois heures (surtout que s'y j'ai bien compris l'insuline fait effet pdt trois heures et il n'était pas super haut à 2 heures du repas).

Évidemment, je me suis lamentablement endormie...

Ce matin au réveil 1,80 g (test capillaire) !!! Et on a regardé la courbe du Free Style pour voir comment avait évoluée sa glycémie et on voit nettement qu'il est monté en un rien de temps aux alentours de 23h/minuit. Puis sa courbe est restée bloquée.

L'insuline lente est-elle donc bien dosée puisque la courbe est plate?

S'est-il injecté trop peu d'insuline rapide ce qui pourrait expliquer qu'il soit monté d'un coup vers 23h? Pourtant, il n'y avait que peu de féculents....

A-t-il fait un rêve étrange perturbant sa glycémie vers 23h?

Si vous avez une explication, une hypothèse à explorer, si vous remarquez une erreur dans notre raisonnement, je veux bien que vous m'expliquiez ce qu'on a loupé.

Quoi qu'il en soit, comme j'ai coupé la moitié d'un chou rouge hier, on remange la même chose ce soir. Donc on va pouvoir comparer la courbe d'hier à celle de cette nuit en augmentant un peu l'insuline rapide et en s'appliquant de manger exactement la même chose. (Sauf qu'on va boire une petite bière avant, et on sait que c'est un peu hypoglycémiant, mais ce sera la seule différence par rapport à la veille.)

Merci encore !

LN

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Bonsoir,

J'arrive un peu tard. 

1° Nous vous précipitez pas pour tout changer ;

2° Comme vous le dites, la dose de lente semble bonne puisque la courbe est plate après 23 h ;

3° Il y a trop d'insuline rapide (quelle insuline : Humalog ?) par rapport à la quantité de glucides ingérée (qui me semble faible) la glycémie post-prandiale est basse (Quelle était la glycémie avant le dîner ?) La glycémie remonte entre 22 et 23 h : bizarre, à confirmer (durée d'action de la rapide court, 2-3 h si dose faible, 2 UI par ex.). Si cela se reproduit ce soir, je serais tenté de baisser un peu la rapide, pour éviter d'être trop bas à 22 h.

Concernant la solution de contrôle, il faut la commander sur le site Internet du FreeStyle Libre ( https://www.freestylelibre.fr/libre/se-connecter.html ), c'est gratuit et livré en quelques jours. Je vous conseille de créer un compte sur ce site et d'enregistrer votre lecteur FSL pour bénéficier d'une extension de garantie d'un an et avoir accès aux vidéos de formation complémentaire.

En espérant que ces commentaires vous seront utiles,

Bien à vous.

Philippe

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Bonjour,

Je voudrais simplement apporter quelques précisions.
J'ai un capteur freestyle depuis novembre 2017 et comme tout un chacun, j'ai dû apprendre à l'apprivoiser. Maintenant que j'ai rencontré la plupart des problèmes qui peuvent se poser jour après jour, je vous signale quelques petits détails :

- Je ne m'inocule jamais d'insuline rapide, en épisode d'hyperglycémie, sans avoir auparavant effectué deux mesures successives pour vérifier qu'elles sont très proches (il m'est arrivé une ou deux fois, pas plus, d'avoir un résultat inexplicable : 0,80, puis quelques secondes plus tard :2,10 et encore quelques secondes plus tard : 0,85. C'était visiblement un dysfonctionnement. D'ailleurs, le lecteur a mis un vide sur la courbe à cet endroit-là).

- Après m'être resucrée à la suite d'une hypoglycémie, lorsque le taux ne remonte pas après trois resucrages à 15 mn d'intervalle, je contrôle automatiquement mon taux par une glycémie capillaire. A cause du décalage entre le moment où il se trouve dans le sang et le moment où il est perçu dans le liquide interstitiel par le capteur, il peut se passer jusqu'à 30 mn. Ce décalage varie en plus suivant le moment de la journée.

- J'ai remarqué que, même lorsque mon insuline est très bien dosée, les heures de la nuit où je suis susceptible de faire une hypoglycémie, sont toujours les mêmes. Le mieux est de prévoir des rappels à ces heures-là.

Voilà, en espérant avoir pu vous être utile...

Martpe

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le
Bonjour Martpe, Merci pour vos précisions et pour le partage de vos expériences relatives aux glycémies et à votre capteur FSL. Avec la pose de son dernier capteur, pas de grande différences notables entre les données du capteur et ses contrôles capillaires. Donc a priori fiables. Mais il n'a pas recontrôlé les données de son capteur avec des capillaires depuis une semaine environ. Doit-il de temps à autre faire un contrôle capillaire pour vérifier que son capteur est toujours fiable? En faites vous et si oui à quelle fréquence? Moi, il m'avait semblé comprendre qu'il fallait faire des capillaires journalières, capteur ou pas capteur... que le capteur est avant tout un outil pour lire les tendances, se contrôler dans la journée avec une grande simplicité/discrétion/rapidité mais qu'il ne pouvait pas vmt remplacer les capillaires de contrôle avant repas. Je me trompe certainement?? Cette nuit, à 22h30 petite hypo (0,73). Il a mangé une fraise tagada pour se resucrer. Et à 3h30 glycémie à 1,65 (réveil d'une de nos filles et il s'est contrôlé avec le capteur comme ça...). Il ne s'est pas corrigé. A quel moment doit-il se corriger? Il fait bien d'attendre le réveil matinal(soit ici près de 4h) avant de se corriger? J'ai peur qu'il ne soit pas assez exigeant avec ses glycémies. Il voit sa diabéto courant février avec une glyquée... il risque d'avoir une mauvaise surprise... Hier encore, il a fait une hyper ... ayant pris son repas à 13h et ayant bien descendu ... 1,80 à 17h00. et il ne s'est corrigé qu'à 20h30 avec le repas du soir. Est-ce la marche à suivre? Je reconnais être un peu perdue. Et je ne veux pas en rajouter. Je sais qu'il a dû mal avec toutes ces nouvelles contraintes. Mais je reste persuadée que les bonnes habitudes sont à prendre tout de suite pour qu'elles s'installent au quotidien sans se poser trop de question. Mais ce n'est pas évident... Merci encore pour vos précisions. LN
Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué‍ 

Bonjour,

Je lui conseille de faire une mesure capillaire chaque fois qu’il doit prendre une décision thérapeutique, par exemple avant l'injection habituelle avant un repas, ou pour un « resucrage » en hypo ou injection de correction en hyper (la fiabilité du capteur semble moins bonne dans ces domaines de valeurs, dans lesquels les lecteurs de glycémie sont eux aussi moins cohérents lors de mesures successives) . Mais, ce n’est pas parce que la glycémie varie rapidement qu’elle représente forcément un risque et nécessite une intervention (notamment après un repas), donc il n‘est pas nécessaire de faire des vérifications capillaires systématiquement.
Cependant, les situations méritant une vérification capillaire peuvent être assez nombreuses chaque jour. Il faut qu'il le constate par lui-même en faisant beaucoup plus de mesures capillaires.

Avec le FreeStyle Libre, il y a au moins deux mensonges marketing : présenter l’appareil comme ne nécessitant plus de mesures capillaires et prétendre que la fiabilité est bonne dès une heure après la pose du capteur. Ce sont des mensonges du marketing, mais pas des mensonges envers les autorités de santé, puisque Abbott leur a signalé que 1° la fiabilité était plus faible lors du premier jour après la pose et que 2°, il fallait utiliser au moins 100 électrodes par an.
Ce nombre d’électrodes remboursées est d’ailleurs trop faible : 8 électrodes / mois ! Il faudrait en rembourser au moins 200 / an, et tant pis pour l’image commerciale du FreeStyle Libre !

1,80 g / l à 17 h, après le déjeuner à 13 h et le dîner à 20 h30 : il aurait pu faire une injection de correction à 17 h, s’il utilise une insuline d’action très courte, comme l’Humalog.


C’est un peu normal que vous soyez un peu perdue, l’essentiel est que lui ne le soit pas ! et sa diabétologue semble trouver qu’il gère bien sa glycémie. Alors, prenez du recul, et s’il a des questions, qu’il vienne les poser lui-même : cela évitera de vous angoisser pour lui.
Bien à vous.
Philippe

Variations de glycémie étranges !
Membre Carenity
Posté le

Bonjour Elenilla,

Je reconnais que je n'ai pas de règles absolues en ce qui concerne le nombre de glycémies capillaires par jour. Mais je dirais qu'il faut être bien conscient que deux diabétiques auront des réactions de leur corps différentes devant une situation identique. D'abord, cela dépend de sa morphologie, de ses activités physiques et même de l'état de son corps. Par contre, l'important est que votre corps réagira toujours d'une façon à peu près analogue. Autrement dit, il faut apprendre à s'observer et au bout d'un certain temps, vous serez beaucoup plus à l'aise devant tout problème pouvant  se présenter. Personnellement, après 32 ans de diabète (à l'origine gestationnel) et deux grossesses menées à terme dans les meilleures conditions possibles au niveau glycémique pour mes deux enfants, je commence à avoir une certaine expérience. Mais je n'en retiens que certaines règles, que je suis d'ailleurs toujours prête à faire évoluer en fonction de toute nouvelle découverte médicale.

Je ne suis pas diabétologue et donc, ce que je dis, n'engage que moi. J'ai cependant pour habitude de vérifier ma glycémie avec le capteur (c'est quand même beaucoup plus facile, d'autant plus qu'il n'y a rien besoin de noter avec un crayon, le lecteur s'en charge) avant chaque repas + 1 heure après le repas (ce qui permet de voir si l'élévation de la glycémie n'est pas trop importante, puis 2 heures après le repas pour contrôler que la glycémie est correctement redescendue. Dans le cas contraire, je rajoute une insuline rapide le lendemain. J'essaie de manger à heures régulières, de maîtriser mon alimentation et je n'hésite jamais à vérifier mon taux.

Un des cas où il est nécessaire de faire une glycémie capillaire, c'est dans le cas où il se sent en hypoglycémie. Même s'il ne le contrôle pas, il doit se resucrer parce que, à cause du décalage que nous avons déjà évoqué, son corps le préviendra bien avant le capteur.

Je n'aime pas donner des conseils mais le diabète demande d'avoir des règles précises pour pouvoir ensuite se servir  de ce qu'on a appris. Personnellement, je ne me resucre jamais au hasard. Pour faire face à une hypoglycémie,  je n'utilise donc que des quantités de sucre parfaitement mesurables. Je me sers de morceaux de sucre (je ne prends pas de sucre blanc, qui ne contient aucun nutriment, mais plutôt du sucre de canne) et le nombre de morceaux varie en fonction du taux de glycémie. Lorsque l'on resucre (avec un intervalle de 15 mn) plusieurs fois de suite, on peut baisser la dose parce que le premier resucrage a déjà commencé à agir, mais tout est une question d'expérience. Penser, lorsque le capteur donne un taux toujours très bas après trois resucrages, à vérifier le taux par une glycémie capillaire pour éviter d'arriver à une hyper.

En dehors des repas, même lorsque le diabète est très bien équilibré, il est souhaitable de vérifier l'effet de l'insuline basale en cours d'après-midi, éventuellement plusieurs fois.Le mieux est de programmer un rappel sur le lecteur.

Je pense que chaque jour qui passe lui apprendra la bonne façon de réagir. Paris ne s'est pas fait en un jour !

Bonsoir 

Martpe

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 197 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & confidentiel