Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-1.jpg

Patients Diabète de type 1

9 réponses

84 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Ap>Bonjour à toutes et à tous,

Je me permets de créer un sujet de discussion qui est selon moi, trop peu exploité. Je suis psychologue clinicien et moi-même atteint d'un diabète de type 1 depuis janvier 2019. Celui-ci s'est déclaré suite à une acidocétose diabétique soudaine, sans antécédent familial particulier.

Lors de l'annonce du diagnostic, mon diabétologue m'a dit qu'on ne connaissait malheureusement pas encore la cause de la maladie. Il a parlé de virus, de mutation de gêne mais aussi d'un choc émotionnel.

De part mon métier, et en l'absence d'une cure durable et définitive au niveau médical à proprement parler (les cellules souches montrent quand même un magnifique espoir), c'est bien l'hypothèse du choc émotionnel qui a retenu mon attention.

Et si le diabète était du à un choc émotionnel, un événement de vie traumatisant, suscitant de vives émotions restées bloquées et provoquant la maladie ? Je vous renvoie au concept de "compensation symbolique inconsciente" du Dr. Thomas Lamotte.

L'idée de cette discussion est de pouvoir échanger, avec vous, sur les potentiels événements traumatiques, émotions désagréables intenses ou situations compliquées ayant eu lieu quelques temps avant l'annonce de votre diagnostic (une séparation ? un décès ? un accident ?) dans votre vie ou dans la vie de vos parents (dans le cas d'un diagnostic chez un enfant ?).

Je pense que ces échanges pourraient être fructueux et permettre de comprendre l'origine psycho-somatique/psycho-émotionnel de la malaide ou tout simplement de comprendre dans quelle situation celle-ci est plus à même de se déclarer.

Je me réjouis d'avance d'échanger avec vous.

Hâte de vous lire.

A bientôt,

Début de la discussion - 13/06/2022

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie

• Animatrice de communauté
Posté le

Bonjour @Lucasch9,

Je vous remercie de l'ouverture de ce sujet.

J'invite des membres à participer : @Romatin59, @Prevessin, @pascal1960, @jo37074, @NICKITA03, @LYLY76, @Danone 16, @fabach, @seni64, @Tantvalacruche, @Laurita76, @Papou21, @tolilou3, @Marypom, @martpe, @denismuller30, @Pseudofille69, @Zozo34, @Maminou89540, @Baptiste_, @MissAlex, @Didine74200, @Bribri4986.

Pensez-vous que le DT1 puisse être dû à un choc émotionnel ou d'autres événements traumatisant générant de vives émotions ? Pouvez-vous témoigner ?

Merci de votre contribution et belle fin de journée.

Claudia de l'équipe Carenity

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonjour @Lucash9,

Je suis décelée DT1, depuis 39 ans, j'ai eue une sœur également DT1 (décédée suite hypo), si deux personnes d'une même famille pour moi il y a une prédisposition ! Moi c'est à la suite de grande fatigue: j'ai participé et fait des travaux manuelles importants. La cause émotionnelle pour mon cas n'est pas le pourquoi, mais je pense qu'il y a de multitude de cause, comme je pense qu'il y a une multitude de sortes de diabète ! et non pas de type 1 et de type 2. C'est trop simple, mais il faut laisser les chercheurs faire leur travail !

Je vais lire la suite de ces discussions comme vous, car on ne sais pas.

Au plaisir de vous lire

Fabach

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonjour, j'ai 70 ans, mon DT1 a été décelé juste deux mois après un infarctus, soit en décembre dernier. Pas de parents diabetiques ni frere ni soeur...Les médecins voient une relation entre infarctus et diabète.

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonjour,

J'ai 52 ans et découverte de mon diabète de type 1, il y 10 mois. Il n'y a aucun antécédant de diabétique dans la famille. Je pense néanmoins qu'un facteur émotionnel pourrait jouer un rôle dans l'aggravation ou l'apparition d'un diabète. En effet, je me suis séparée de mon conjoint et cela a été conflictuel donc pesant, stressant...donc pourquoi pas un facteur qui aurait pu peut-être faire apparaitre un diabète sous jacent.

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonjour,

Je suis persuadée que le diabète peut survenir suite à un choc émotionnel, un stress. Le mien est arrivé suite à un licenciement qui s'est mal passé. Ce stress peut aussi engendrer d'autres maladies, Dans mon cas, c'est l'epilepsie. Les médecins commencent à faire le lien entre les chocs émotionnels et les maladies qu'ils provoquent.

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonjour !

Il est fort possible que le déclenchement du diabète de type I résulte d'un déséquilbre du fonctionnement d'un système immunitaire déjà génétiquement prédisposé à l'attaque des cellules béta du pancréas.

Plusieurs types de facteurs pourraient, seuls ou en synergie, provoquer ce déséquilibre, certains d'ordre immunologique (virus, protéines des produits laitiers... ). Il y a des preuves claires d'une comminucation entre les différents grands systèmes de notre organisme : entre le système digestif et le système endocrinien, le système immunitaire, le système nerveux. Je n'ai pas fait de revue de la littérature scientifique sur ce sujet, mais la piste d'une influence d'une perturbation psychique forte sur le fonctionnement immunitaire (via des intermdiaires potentiels) me semble pouvoir être un facteur influençant le déclenchement de la maladie. Le témoignage de certains patients atteints de cancer suggère qu'un choc psychique pour avoir une influence dans l'apparition et/ou le développement d'un cancer. Cependant, dans le cas du diabète de type I comme dans celui du cancer, il semble bien difficile d'établir des faits scientifiquement fondés pour éclaircir le rôle d'un choc psychique dans le développement de ces maladies.

J'ai été diagnostiqué diabétique de type I à quatorze ans, cinq mois après le décès de ma grand-mère. Mes parents et mon frère s'étonnaient de mon apparente indifférence à cet événement, que j'ai ressenti comme une nouveauté pertubatrice et déstabilisante et que j'ai peut-être cherché à neutraliser, involontairement, par mon attitude. J'avais certainement un attachement pour ma grand-mère, qui avait soixante-dix-neuf ans, mais il ne me semble pas aujourd'hui qu'elle avait beaucoup d'importance pour moi (aujourd'hui, mon grand-père me semble beaucoup plus proche de moi, qui ne suis pourtant pas père de famille). Cependant, il est évidemment qu'un adolescent de mon âge, convaincu d'avoir l'éternité et tous ses possibles devant lui, convaincu de son invulnérabilité, voire de son immortalité, ne pouvait être qu'intérieurement choqué par cette soudaine confrontation à la mort d'un proche. Le rejet de la possibilité de ma propre mort a-t-elle pu modifié durablement, via des neuromédiateurs, des hormones, des cytokines... l'équilibre de mon système immunitaire ? Je pense que l'on peut imaginer facilement la très grande difficulté à démontrer une telle chose, surtout a posteriori.

Il y a là de nombreuses voies ouvertes à la recherche. Qui sait si nous n'aurons pas la possibilité d'en savoir un peu plus sur le sujet avant disparaître.

Cordialement,

Philippe

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonsoir, me concernant la cause d'un diabète sur le terrain familial c'est non, je suis la seule... J'ai 32 ans, bientôt 10 ans de diabète. Grosse possibilité sur le terrain émotionnel ayant subi de très nombreux chocs plus ou moins graves (perte de proches, problèmes de famille etc), harcèlement scolaire et agression sexuelle... Cela dit, mon diabète s'est manifesté après la prise du médicament Androcur qui m'a mis en vrac complètement et m'a crée d'autres problèmes, les médecins penchent là dessus. Avec tout ce qu'on nous met dans les traitements, vaccins etc je penche plutôt là-dessus moi aussi.

Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

Bonjour à tous,

Vos témoignages sont super intéressants et je vous remercie de vous exprimer comme vous le faites.

Selon le concept de la "compensation symbolique inconsciente", il faudrait 2 événements à consonnance émotionnelle identique pour qu'une maladie se déclare. Un événement "programmant" (généralement pendant l'enfance) et un événement "déclencheur" (événement qui ressemble au premier et qui rappelle des mauvais souvenirs + des émotions désagréables et donc déclenche potentiellement la maladie quelques mois après). Cela est possible uniquement si les émotions, les chocs ressentis n'ont pas été exprimés et donc sont restés bloqués en nous.

Pour ma part, à 6 ans, j'ai assisté à une violente dispute entre mes parents. Des assiettes ont volés dans la maison et mon père est parti en claquant la porte. J'ai eu très peur. Je n'ai jamais parlé de cet événement à personne.

A 22 ans (soit quelques mois avant le diagnostic), une violente dispute a éclaté entre mes parents et moi, et cette fois-ci, c'est moi qui suis parti. J'étais rempli de colère.

Dans l'attente de continuer à vous lire, je vous souhaite une belle journée.


Psychologie et diabète de type 1 - recherche des causes psycho-émotionnelles de la maladie


Posté le

@Lucasch9

Bonsoir,

Désolée, mon cas à priori ne vous apportera aucune aide pour votre recherche sur les causes susceptibles de déclencher un diabète. Le mien était un diabète gestationnel et, désirant avoir un deuxième enfant, j’ai volontairement gardé mon insuline après la naissance car je savais que, dans les dix ans suivant un diabète gestationnel, il y avait de fortes probabilités pour qu’un diabète « normal » fasse son apparition. Aucun membre de ma famille n’est diabétique.

Mes études ont été plutôt scientifiques mais, connaissant depuis très longtemps les effets qu’ont le psychique sur le somatique, je pense que votre recherche est extrêmement intéressante. Vous aurez ainsi accès à des données que les chercheurs ne pourraient pas prendre en compte à cause de leur nécessité de reproductibilité. L’être humain présente de telles variabilités (dans son histoire vécue, son hérédité, son profil psychologique etc.) que vous pourrez peut-être mettre le doigt sur certaines « coïncidences », qui feraient progresser nos connaissances sur la survenue d’un diabète.de type 1. Je suivrai donc avec un immense intérêt cette discussion. Merci de l’avoir lancée.

Bonne soirée à tous.

Martpe                 

Discussions les plus commentées