Je rejoins la communauté des patraques

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-2.jpg

Patients Diabète de type 2

6 réponses

81 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonjour à tous !

Une petite présentation de mon cas, non pas par nombrilisme, mais pour collecter bons conseils et, si je le peux, en apporter à d'autres.

En fait je viens d'une pathologie cardiaque (Arythmies de type fibrillation atriale) qui a résisté aux médicaments (y compris à l'amiodarone que je n'aime pas pour ses effets à long terme), à deux ablations (cathétérisme ultra fréquence) et qui, finalement, a été traitée par la seule technique efficace et qui ne vous emplit pas à vie de produits chimique suspects : le pacemaker. Par chance mon "corps de pompe" est bon le problème était juste électrique et a été résolu. Je continue juste avec deux antihypertenseurs (Aténolol et Micardis Plus) qui remplissent bien leur fonction et de la warfarine qui reste nécessaire pour prévenir des coagulations sur les petites électrodes implantées du pacemaker.

Pourquoi décrire cette pathologie dans un forum du diabète 2, me direz-vous ? C'est que à l'occasion des inévitables analyses de sang j'ai vu un taux de glucose sanguin de 163 mg/dl. Pas de doute, c'était du diabète 2 établi !

Chœur des patients de Carenity "Bienvenue au club !"

Première décision : acheter une petite machine piqueuse de doigt qui complète ma collection (le Coagucheck de Roche pour le taux INR de la coagulation).

Pas de doute, une série de dosages confirmait la pathologie : 104, 114, 109, 131, 116, 125, 110, 121, 127 à jeun. Rien de féroce mais à ne pas traiter par le mépris. Ajouté à cela une surcharge pondérale net (25 kg à perdre) due à l'hyper sédentarité causée par la fatigue des arythmies chroniques. Donc une réduction du volume alimentaire (sur le qualitatif rien de répréhensible : pas de viandes grasses, peu de pain et, bien sûr, quasi suppression du sucre). De plus je suis dans un pays (le Paraguay) bien ingrat pour les ballades à pied.

J'ai donc potassé la question du diabète de type 2 sur Internet (j'ai une formation en physiologie-biochimie et j'ai travaillé à l'INSERM). Comme ici les consultations je les paye au prix fort, j'évite si possible et je me suis donc auto prescrit un grand classique dit "de première intention" la metformine. 3 x 500 mg. Avec peine car ce produit provoque une diarrhée indubitable (et annoncée dans les effets secondaires fréquents). Désirant ne pas arrêter le traitement, j'ai donc associé à ce produit de la lopéramide, 2 x 2,5 mg, qui est sans interaction négative avec la metformide. C'est un traitement purement symptomatique convenant à mon cas car, en tant normal, je ne recommande pas ce produit dans les diarrhées infectieuses car il y a un risque de faire passer les micro-organismes cantonnés à l'intestin dans le circuit général.

Subsiste un mauvais goût dans la bouche et une certaine perte d'appétit (je ne m'en plaindrais pas car j'ai des kilos à perdre). J'arrive à situer le taux de glycémie au niveau de la dose supérieure normale (un peu au-dessus et un peu en-dessous de 110 mg/dl)

Donc une première question à la communauté : cette fichue diarrhée se tasse-t-elle avec le temps comme indiqué ou est ce  aussi vrai que les réductions de taxes et d'impôts promises par nos gouvernements successifs ?

Autre symptôme très désagréable : depuis deux jours une douleur comme une tendinite aux deux pieds qui m'oblige à me traîner en chaussons. Je précise que je n'ai pas, jusque là, de signes cliniques du diabète qui tourne toujours, en particulier avec la metformide, autour d'une insensibilisation des pieds (ce qui m'arrangerait dans le cas présent car c'est exactement le contraire qui se produit). Pas de lésions non plus. Sachant que j'ai les pieds creux donc sensibles à des rhumatismes et se fatigant facilement je me demande si c'est lié à cet état ou à un effet clinique du diabète.

Début de la discussion - 20/07/2015

Je rejoins la communauté des patraques


Posté le

Bonjour,

Je prend du metformin  dose de 850 , 3x par jour au repas depuis 3 ans.  Les premiers mois ont été atroce, diarrhée, maux de coeur, perte d'appétit.  Tout me roulait dans la bouche, la viande et beaucoup d'aliments me donnait la sensation d'une éponge dans la bouche.  Bref on m'a informé après 1 mois qu'il aurait fallu prendre mon metformin a faible dose pour commencer et augmenter tout doucement .. autrement dit prendre plus d'un mois pour arriver a ma dose totale (3x par jour) .  Voilà le secret parait-il.

Maintenant aujourd'hui ça va bien, quelques fois des diarrhée mais plus rare.  Il est important de prendre le médicament a la fin du repas ou pendant .. mais jamais avant !

La premiere année j'ai perdu en quelques mois 16 kg.  Il faut dire que je suis assez active comme personne (vélo, natation hiver/été, marche)  et en général je mange assez bien... sauf quelques écarts (gras et sucré) .

Mon poids est stable ( a peine 5kg en trop)  .  Par contre mon estomac est souvent gonflé pour peu de nourriture que je mange.. ne tolérant plus certains aliments.

J'ai perdu beaucoup de muscles au fil des ans, malgré mon entraînement , surtout au niveau des bras.  J'ai aussi l'impression que je commence a avoir des problèmes veineux au niveau des jambes ?? ... 

Il faut rester actif le plus possible .. minimum 30 min par jour il faut bouger.

Pour vos pieds je ne sais pas..  mais de mon côté je commence l'arthrose au doigts ..  

J'espère que d'autres personnes viendront échanger avec vous .

Je rejoins la communauté des patraques


Posté le
Bon conseiller

Bonjour à vous @Williamhoustra - je vois que vous êtes comme tout un chacun ici bien servi(e) par dame maladie ; pour votre diabète, oui vous pouvez jouer aux apprentis sorciers mais... ce n'est pas sans risque ! Contrôle glycémique inévitable plusieurs fois par jour, et surtout ne pas vous plaindre du manque d'insensibilité de vos pieds ! si cela doit arriver, je vous assure que vous déchanterez. La plupart d'entre nous en sommes là et c'est un calvaire. Pour se chausser, marcher... Déjà qu'un diabétique n'a, en théorie pas droit aux chaussures ouvertes (devant/derrière) par crainte de l'intrusion d'un quelconque caillou,... qui pourrait blesser. Ne pas stranguler... La liste des interdits est longue. Vous ne savez pas si votre diabète nécessite de l'insuline ? Je m'en tiens à de simples suggestions n'étant pas apte à vous recommander quoique ce soit. Mais immiscer vous parmi les discussions vous devriez y glaner quelques conseils subtils. Cordialement - Belfée.

Je rejoins la communauté des patraques


Posté le

Merci pour vos réponses. Je vais donc persister avec dame Metformine qui, comme celles de Brassens, doit faire partie des emmerdantes, des emmerdeuses et même des emmerderesses. Une chose est sûre : ça se passe bien avec l'aide de la lopéramide (mais ce n'est pas un médicament à prendre en permanence). Et j'ai lu qu'il faut y aller progressivement. Donc 3 x 500 mg. Il faudra que je passe à l'analyse des taux d'hématies glyquées qui est le dosage de fond. Pour l'instant je me passe de diabétologue vu que mon taux de glucose gratte la limite supérieure mais pas plus. Si l'insuline était en cause le taux de glycémie serait plus important il me semble. Avec une réduction de poids et un peu plus d'exercice (j'ai un déménagement en vue, rien de tel que de faire des paquets pour garder la ligne) ça devrait se tasser dans la bonne fourchette avec la metformine.

Pour mes pieds douloureux je crois que ce n'est pas un signe diabétique. Juste du à l'inaction (ici c'est l'hiver avec beaucoup de pluie et je passe mon temps devant mon ordi). Aucune lésion, aucun fourmillement, même pas d'œdème.

Je rejoins la communauté des patraques


Posté le

En fait je suis encore au stade prédiabétique de type 2 (moyenne des taux à jeun sans traitement 117,4 mg/dl). Après une semaine de metformine (3 x 500 mg) j'en suis à une moyenne de 110 mg/dl. Le gain thérapeutique est faible pour beaucoup d'emm**dement, au sens propre, si j'ose dire, et à devoir prendre 2 x 2,5 mg de lopéramide par jour pour éviter la courante. Plus un goût, dit métallique, dans la bouche et un état pas très bien au niveau de l'estomac comme si j'avais commis des excès alimentaires la veille.

Donc je sollicite vos avis avisés. Dois-je continuer avec la metformine ou bien avec une réduction drastique du sucre (il y a de si bonnes confitures, snif !) et en sortant de la sédentarité (en plus tout l'hiver devant son PC ce n'est pas bon non plus pour les rhumatismes) avec l'objectif de réduire une certaine surcharge pondérale serait suffisant ? En continuant à surveiller ma sucrerie sanguine avec la petite machine à piquer le doigt, bien sûr.

Comme je vous l'ai dit je suis expatrié donc je paye la médecine au prix fort. Aussi n'y ai-je recours que dans les cas sérieux qui dépassent mon savoir autodidactique (j'ai ingéré 175 pages sur le diabète à l'usage des internes en médecine).

Analyses plus fines pour connaître son cas : Selon ce que vous avez du passer qu'elles sont les analyses complémentaires sanguines utiles en dehors de celle des hématies glyquées (qui donne l'historique de la glycémie) ?

Merci pour vos réponses et conseils.

Je rejoins la communauté des patraques


Posté le
Bon conseiller
Bonjour, Peut-être une réponse à vos problèmes la téléconsultation médicale ou téléconseil médical, le télé-conseil médical payant se développe en France, à l’instar (simplement pour votre information et sans intérêt de quelque nature que ce soit de ma part) de Médecin Direct, de Wengo Santé ou de Docteurclic. Ces sites permettent aux internautes de poser leurs questions à des médecins. Certaines sociétés d'assurances complémentaires santé propose des consultations à leurs adhérents ayant souscrits à une mutuelle d'entreprise.  Le développement du téléconseil en France est dû aux déserts médicaux dans certaines zones, à l’augmentation du coût de la santé et surtout à une forte demande d’information des patients. Les services de télémédecine sont également très appréciés par certains expatriés, qui ne peuvent consulter dans leur pays de résidence Personnellement je n'ai pas eu besoin d'expérimenter cette solution car,  heureux retraité,  je réside en métropole,  mais si effectivement d'après vos dernières analyses de sang vous êtes devenu diabétique et qu'en plus vous cumulez d'autres pathologies, donc facteurs de risques supplémentaires, mettez tout en oeuvre, soyez prudent avec l'automédication,  c'est vous et vous seul qui tenez le guidon de votre santé et de votre existence si loin de notre bonne vieille France. Dans l'espoir que cette information vous sera utile si loin de chez nous je vous souhaite bon courage et une " bonne santé "toute relative. Jolepotager.
Je rejoins la communauté des patraques


Posté le

Objection ! Je n'en suis qu'au stade prédiabétique et ce matin après mon café au lait sucré (quoique modérément) j'ai mesuré, 2 heures après, un taux de 97 mg/dl. Je vais continuer la metformine à 3 x 500 mg, produit éprouvé, si elle ne me colle plus de diarrhée. Mais avec une réduction sérieuse du sucre, de l'alimentation en général (pour perdre du poids) et une vie un peu plus active, ça devrait même s'améliorer.

Téléconsultation payante, me dites-vous ? Mais pourquoi donc alors qu'avec Google j'ai accès à toute la documentation médicale que je veux. Et traiter le diabète ne nécessite pas un coup de patte opératoire, comme l'implantation de mon pacemaker. J'ai accès à tous les documents et réflexions des diabétologues du monde entier. Je m'auto consulte donc puisque j'ai une formation en physiologie-biochimie. Je peux même me prescrire des analyses que je veux à la lecture des travaux des spécialistes. Dans d'autres pays on n'est pas infantilisé au niveau de la médecine/pharmacie comme en France. Il suffit de payer (en France on paye même quand on n'est pas malade). C'est quand je sèche sur le diagnostic que j'ai recours à un médecin. Anecdote : je me souviens du mien en France, un bon, qui était très content de moi, car même si je ne savais pas ce que j'avais, je lui décrivais les symptômes de façon suffisamment précise qu'il était presque sûr de ma pathologie avant même que de m'avoir ausculté. Ce fut le cas pour une diverticulite.

Discussions les plus commentées