Diabète et problèmes cardio-vasculaires

Les problèmes cardiovasculaires sont bien plus fréquents chez les diabétiques. Ainsi quand on est atteint de diabète, on a 2 à 3 fois plus de risque de développer des problèmes cardio-vasculaires.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

De plus, les complications cardiaques apparaissent à un stade plus précoce et présentent des risques graves pour les malades.

Le diabète est une maladie dans laquelle le contrôle de la glycémie n’est pas assuré correctement par l’organisme. L’insuline, hormone normalement produite par le pancréas et dont l’action régule la quantité de sucre dans le sang (glycémie), est en quantité insuffisante et/ou la résistance à cette hormone est trop importante. Résultat : un excès de sucre est présent dans le sang et n’est pas assimilé correctement.

Il arrive donc avec le diabète que des graisses se déposent au niveau des artères. Un régime alimentaire riche en graisses couplé à de l’hypertension artérielle augmentent fortement le rythme de prolifération du dépôt graisseux, qui s’étend en conséquent. Au fur et à mesure les dépôts de graisse (ou plaques d’athérome) se solidifient et prennent une consistance fibreuse en se calcifiant, c’est l’arthérosclérose.

De plus, certains comportements à risque vont augmenter la probabilité de survenue de problèmes cardiovasculaires, déjà accrue dans le diabète. En effet, un mode de vie sédentaire, le surpoids ou l’obésité sont des conditions pour lesquelles le malade est encore plus à risque.

Les formations graisseuses peuvent se briser et boucher les artères en formant des caillots. C’est le phénomène de thrombose. Quand l’artère qui irrigue le cœur est bloquée, il s’agit d’une thrombose coronaire. Ce symptôme est grave puisque la conséquence directe de l’obstruction de l’artère coronaire est l’infarctus du myocarde.

De plus, le cœur est bien plus sollicité si l’hypertension est durable dans le temps. Les artères travaillent aussi plus, face à la pression qu’elles subissent. Il en découle que le cœur se retrouve beaucoup plus musclé (hypertrophie) et doit fournir des efforts plus importants pour pomper et irriguer les artères. A la longue, le cœur se fatigue et s’épuise plus vite. Le risque direct est que face à la pression accrue, les artères se rompent. Un accident vasculaire cérébral (AVC) peut en résulter.

Il faut également savoir que l’arthérosclérose n’a pas seulement des conséquences sur les grosses artères (macroangiopathie) comme avec l’infarctus du myocarde et l’AVC. Il existe aussi des complications qui peuvent toucher aux petits vaisseaux tels que les capillaires et les artérioles. Ces micropangiopathies peuvent affecter les vaisseaux qui irriguent la rétine. Les symptômes peuvent aller de la perte de l’acuité visuelle à une cécité totale. Des problèmes d’irrigation peuvent aussi être localisés au niveau des vaisseaux des pieds ou encore des reins avec le risque d’insuffisance rénale lié.

Prévenir les problèmes cardio-vasculaires pour les diabétiques

Le diabète représente un risque potentiel accru de développer des problèmes cardiovasculaires. C’est pour cette raison que les personnes atteintes de diabète et qui en outre ont des risques personnels pour ce type de pathologie, doivent effectuer un bilan cardiologique annuel.

L’électrocardiogramme est l’examen préconisé pour vérifier l’état des artères coronaires. Mais au repos, il est parfois complexe d’identifier avec certitude dela possible arthérosclérose chez les diabétiques. C’est pour cette raison que l’épreuve d’effort et l’échographie-Doppler sont les deux autres examens complémentaires qui permettent d’avoir un diagnostic confirmé.

Pour vérifier s’il n’y a pas de complications au niveau des petits vaisseaux, un examen est prescrit pour s’assurer de la bonne circulation rétinienne. Pour les reins, on vérifie le taux de créatinine dans le sang ou la quantité d’albumine dans les urines. Les résultats obtenus sont un moyen d’évaluer si les reins remplissent correctement leur rôle de filtrage.

La prévention est ainsi un moyen de lutter contre des facteurs de risques qui ne sont pas « changeables » : génétique, âge et sexe.

Outre le suivi régulier, lutter contre les facteurs qui favorisent le développement des troubles cardiovasculaires est une nécessité.

Ainsi la pratique sportive régulière pour lutter contre la sédentarité et le risque d’obésité et de surpoids est vivement conseillée.
De même, une alimentation équilibrée et à heures fixes est à respecter. Ensuite, il faut exclure la consommation de tabac et avoir une consommation raisonnable d’alcool. Avoir un contrôle scrupuleux de son traitement est un autre impératif. Ainsi, surveiller son cholestérol, faire attention à sa tension artérielle et bien contrôler son insuline permettent de minimiser le risque cardiovasculaire.

Dernière mise à jour : 27/06/2018

avatar Équipe éditoriale de Carenity

Auteur : Équipe éditoriale de Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Diabète de type 2