Le pied du diabétique

Le diabète est la première cause d’amputation en France (hors accidents) avec en moyenne 10 000 cas par an. Ces amputations sont la conséquence de lésions du pied liées le plus souvent à une neuropathie
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Les lésions du pied constituent une complication fréquente et grave du diabète. Au cours de leur vie, 15% des diabétiques présenteront des complications liées à des lésions du pied. Les complications liées au « pied du diabétique » ont deux origines : la neuropathie et les artérites.

La neuropathie correspond à une altération fonctionnelle et structurelle des nerfs. Chez le diabétique, elle entraine une baisse de la sensibilité des nerfs de contact, et perturbe la sensibilité à la douleur. Le patient peut ainsi être très sensible à la douleur ou au contraire ne pas ressentir une blessure ou une anomalie (cor, fissure, crevasse, mycose…) et ce, particulièrement au niveau du pied. Ces petites blessures d’ordinaire anodines, peuvent s’infecter et s’étendre avec un risque accru d’amputation.

La neuropathie est également responsable d’hyperkératose (corne au niveau des points d’appui du pied). Cela peut ensuite entrainer des hématomes et conduire à une ulcération (plaie ouverte) de la peau. Ces ulcérations sont appelées « le mal perforant plantaire ».

Les artérites (diminution du diamètre de l'artère) entrainent une mauvaise cicatrisation des plaies. Les artères peuvent se boucher, ce qui a pour conséquence une réduction de l’apport d’oxygène au niveau des pieds. La cicatrisation se fait mal et les plaies vont s’infecter.

Prise en charge et prévention des problèmes au pied pour les diabétiques

A l’origine d’une gangrène ou d’une amputation chez le diabétique, on retrouve le plus souvent une blessure bénigne du pied qui aurait pu être évitée grâce à la prévention, à un diagnostic précoce ainsi que par des soins adaptés.

La prévention des complications liées au pied du diabétique passe par :

- une bonne hygiène des pieds et des ongles ;
- une surveillance de l’état des pieds (vérifier régulièrement l’absence de blessures par exemple) ;
- la mise en place d’un traitement adapté dans le cas d’une blessure ou d’une anomalie du pied ;
- un choix adapté de chaussures. En effet, il est préférable de ne pas marcher pieds nus et de choisir des chaussures adaptées à la morphologie du pied, aux conditions de marche et à l’état de santé des pieds.

De plus, si des signes de déficits sensitifs ou des symptômes apparaissent, il est indispensable de consulter son médecin. La neuropathie est fortement liée à l’équilibre de la glycémie. Ainsi, un diabète contrôlé et stabilisé va permettre d’améliorer les symptômes liés à la neuropathie.

Le pédicure-podologue va jouer un rôle important dans la prévention des lésions liées au pied du diabétique. Il évalue les risques en mettant en place des tests afin de mettre en évidence la présence ou non d’une neuropathie. Le suivi doit être régulier et systématique et doit comprendre : des soins de pédicure et de podologie ainsi que la mise en place d’une éducation thérapeutique. Ce suivi doit également permettre de déceler d’éventuelles lésions et de les prendre en charge. Enfin, le podologue peut intervenir dans la réalisation de semelles orthopédiques afin de repartir les points d’appui du pied.

Les lésions du pied chez le diabétique peuvent avoir de graves conséquences mais qui peuvent être évitées par une bonne prévention.

Article rédigé par Antoine SCHUSTER, Pharmacien chez Carenity

Sources :
- Haute Autorité de Santé (HAS)
- AFD - Association Française des Diabétiques

Dernière mise à jour : 29/04/2018

avatar Antoine Schuster

Auteur : Antoine Schuster, Pharmacien

Pharmacien diplômé de la Faculté de pharmacie d’Auvergne avec un master spécialisé en Marketing & Management de l’ESSEC, Antoine Schuster a travaillé chez Carenity en tant que Community Manager pendant plus d’un an... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Diabète de type 2