Diabète et voyage

Le diabète impose certaines adaptations lorsque l’on envisage de partir en vacances et de voyager sur de longues distances. Avec un peu de préparation, voyager avec un diabète n’est plus un problème.

Le voyage entraîne des modification dans les habitudes du diabétique.
Quand on part en voyage, c’est souvent pour découvrir de nouveaux paysages, une nouvelle culture et la gastronomie qui lui est associée. On change alors de pays, de région et aussi de climat. Les voyageurs sont ainsi en quête de nouveautés et de découvertes qui leurs permettent de s’évader et de se détacher du quotidien pour quelques semaines.

Concrètement, cela signifie notamment une modification des habitudes alimentaires. La nourriture consommée en vacances est différente de celle de tous les jours. La conséquence est qu’il est parfois plus difficile d’évaluer les apports en sucres/graisses/calories de ces nouveaux aliments pour équilibrer la glycémie.

Le sport est aussi au rendez-vous pour les vacances et il est plus intense que celui pratiqué au quotidien.

A cela s’ajoutent les imprévus propres à tout voyage : randonnée qui s’éternise, attente plus longue avant le repas, horaires décalés…

Pour toutes ces raisons (changement de climat, d’alimentation, et de pratique sportive), des adaptations au diabète sont requises.

Si l’on voyage en avion, il faut aussi prendre en compte le décalage horaire, les attentes et retards et leur incidence sur la gestion de la glycémie. En voiture, respecter le temps de conduite et s’arrêter toutes les deux heures est un moyen de se ménager et de privilégier la sécurité. Pendant les pauses, c’est l’occasion de manger un en-cas sucré si besoin et de s’hydrater. Pour tous les autres moyens de transport, hydratations et suivi de la glycémie sont de mises.

Préparer son voyage pour limiter les risques liés au diabète
Avant de partir il est important de se renseigner au mieux pour s’assurer qu’une fois sur place et en cas de pépin, tout soit prévu pour la prise en charge des complications possibles du diabète. Cela comprend de se renseigner sur les services de diabétologie, les infrastructures du pays et les conditions de prise en charge dans les services de soins, une fois sur place. Anticiper toute complication et être informé des dispositifs possibles permet au patient atteint de diabète de partir sans stress.

Prendre contact avec les associations locales pour les patients diabétiques, ainsi qu’auprès de l’ambassade de France (ou consulat) si l’on part à l’étranger est un moyen d’être plus accompagné dans son projet et de connaître les risques, les adaptations particulières propres à chaque destination.

Enfin, il est bon d’informer son médecin à propos voyage que l’on compte effectuer.

Le médecin peut alors faire ses recommandations sur les changements nécessaires dans le traitement, sur les vaccins indispensables et il donne aussi au diabétique ordonnances et certificats pour pouvoir renouveler son traitement et justifier des médicaments qu’il transporte.

En outre, il est important de bien vérifier avant le départ que l’assurance voyage souscrite prend bien en charge toute intervention médicale, toute complication liée au diabète. Il faut donc bien s’assurer que les clauses du contrat n’excluent pas les maladies comme le diabète. Se renseigner sur les plafonds de remboursements, les conditions de l’assistance en cas de soucis médical et la protection des personnes de l’entourage voyageant avec le malade, sont des détails à ne pas laisser au hasard

Formalités pour le voyageur diabétique

Pour partir l’esprit tranquille, le diabétique doit s’acquitter de quelques formalités. Une fois ces démarches faites, il ne reste plus qu’à profiter du voyage ! Il y a tout d’abord les papiers classiques, à savoir passeport, assurance voyage, carte vitale d’assurance maladie ou son équivalent européen (carte européenne d’assurance maladie).
Puis, certains documents propres au diabète du patient sont requis. Il faut emporter avec soi certificat médical et attestation du médecin pour justifier le transport d’insuline et de seringues pour cause de diabète. Si l’on voyage à l’étranger, avoir l’ordonnance à la fois en anglais et français permet de simplifier le processus de soins et d’accès aux médicaments sur place. Parmi les éléments à ne pas oublier figurent également la carte de diabétique et celle de porteur de pompe ainsi que les coordonnées des diabétologues et des centres de soins de l’endroit où l’on voyage.
Une trousse de secours pour parer à tous les désagréments classiques d’un voyage (plaies, infections, diarrhées, nausées, coup de soleil, moustiques) est très utile. Il faut bien prendre avec soi tout le matériel de suivi et contrôle, en plusieurs exemplaires et avec recharges et remplacements.

Pour éviter de se retrouver dans l’embarras face à un imprévu, certaines mesures préventives simples peuvent être prises. Ces formalités permettent de faciliter le voyage et d’assurer au patient diabétique un suivi et contrôle de sa glycémie en toutes circonstances.
Par précaution il est préférable de diviser l’insuline entre la valise et les bagages à main. Ainsi en cas de perte ou de vol, le patient ne se retrouve pas sans traitement. De même, il est judicieux d’intégrer dans son bagage à main des collations sucrées pour pallier toute hypoglycémie, de l’eau ainsi que des médicaments complémentaires en cas de nausées liées au transport.
Dans la valise, le patient place son traitement par insuline, en quantité supérieure à la durée totale du séjour par mesure préventive. Tout le matériel complémentaire y est aussi inclus : seringues, cathéters, pile de rechange pour pompe à insuline, bandelettes…

Si le malade voyage dans des pays où le climat est très chaud, le matériel médical et en particulier l’insuline, doivent être transportés dans un sac isotherme. Il faut bien veiller à ce que les fournitures médicales ne soient pas en contact direct avec les pains de glace pour éviter qu’ils gèlent.