Relations entre le psychiatre et son patient

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le
Bon conseiller

chantre, toujours fidèle au post ;) , jamais de changements d'humeur (en tout cas ici) toujours le même ton, une sorte de régularité. une vraie régularité. et sans médicaments aucuns.

 vraiment : soit t'es bipo ultra light, soit diagnostiquée à tort. j'persiste et signe aussi. :)

Par contre choix du psychiatre ultra important, la façon d'aborder les choses étant limite radicalement différente d'un psychiatre à l' autre.

suis intimement persuadée de leur part importante sur la suite de notre vie, comme s'ils avaient une sorte d'emprise sur notre futur, donc en csqce j'veux plus qu'on fasse n'importe quoi avec ma vie, une aide oui mais éclairée, avec comme pilote de ma vie, MOI. Je trouve que cette exigence est bien normale et j'devrais même pas en arriver à écrire ce genre de phrase.

Et il est clair que je ne laisse plus ma "destinée" uniquement entre leurs mains, j'm'auto-gère et j'prends l'temps d'en trouver un qui n'me foute pas le couteau sous la gorge (j'exagère mais l'impression y est) pour me faire ingérer tel médoc nouveau.

Mon atout restant : mon généraliste qui je crois a vraiment compris mon usure et même s'il exige un suivi psychiatrique j'pense qu'il sera plus souple quant au délai pour en trouver un qui m'écoute VRAIMENT AVEC SÉRIEUX ET NE DOUTE PAS DE MON VECU + QUE PENIBLE AVEC MEDI. et me laisse le choix, le temps.

autre problème : faut qu'un psychiatre veuille de moi, et ça c'est pas acquis d'avance, j'arrive encore à masquer une méfiance, mais de moins en moins, ça se sent de plus en plus que je ne vais pas de gaieté de cœur en consult (d'ailleurs j'ai pas honoré un rdv d'un 2ème psychiatre, ce jour là IMPOSSIBLE de me confier, aucune envie. J'ai juste vu le cabinet avec les 5 personnes attendant. J'ai fui. J le sentais pas.

merci pour le courage chantre :)

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le
Bon conseiller

salut

chantre tu as raison nous restons maître de notre vie mais le rôle d'un psychiatre c'est de nous aidé a remettre parfois les choses en place dans notre tête comme un cancérologue le fait enfin c'est ce que je pense. maintenant un psychiatre comme celui de louli ou le mien qui pense que médoc et qui ne nous écoute pas je doute que cela soit utile et la je ne comprend pas sont rôle ni son métier. j'ai toujours pensée qu'un psychiatre était là pour t'écouter et éventuellement te médicalisé si cela s'avéré nécessaire et non l'inverse

une bipo déjantée 

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le

Bonsoir à toutes et à tous..

Tu sais Iseult, si tu m'avais croisée en 2003, jamais tu n'aurais cru à mon rétablissement.. Jamais.. Tout ce que vous vivez pour certaines(s) je le comprends et je vois que rien n'a évolué en plus de 10 ans dans cette discipline.. Iseult c'est peut-être ce que tu prends qui te rend malade, ou qui aggrave ta détresse et entretient ton mal, et tes angoisses.. moi à cause de toutes ces molécules j'ai failli mourir.. deux fois.. raison pour laquelle je ne leurs pardonnerai jamais, jamais, plus jamais ils n'auront ma confiance et encore moins ma sympathie ou mon respect ces gens là les psychiatres, aucuns(es).. la première fois j'avais avalés 450cp psychotropes, 9 jours de coma, la deuxième fois 67 points de sutures, dont je conserve encore le stigmate avant bras gauche... je me sentais tellement déséquilibrée neurologiquement que je ne pouvais plus croire à un moment que c'était juste moi ou une prétendue maladie, et quand j'avais dit à la psychiatre que c'était mon cerveau qui n'allait plus du tout, que je souffrais du cerveau en résumé, elle avait refusé d'entendre que cela provenait d'un déséquilibre cérébral profond causé par toutes les molécules que j'avais avalé jours après jours.. j'ai commencé à me rétablir quand j'ai tout arrêté.. cela a pris du temps, de l'énergie, de la douleur, de l'acharnement, de la volonté, et de la confiance en moi, mais aujourd'hui je peux le dire que je me sens bien mieux sans eux.. 

et si je peux tout le monde peut, je ne suis pas une extraterrestre.. E.T téléphone maiiiiiiisonnnnn

seulement il ne faut plus avoir peur.. la peur est très mauvaise conseillère.. elle nous conduit à persévérer dans des comportements dont nous observons chaque jour leurs caractères délétères..

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le
Bon conseiller

chantre je suis entièrement d'accord avec toi et je suis franchement heureuse de ton témoignage je me sens beaucoup moins seule d'un coup pour ma part a chaque fois que je prend un traitement j'ai envie de mourir alors que le reste du temps certes j'ai des hauts et des bas mais je gère et arrive a contrôlé avec beaucoup de travail sur moi.

biz une bipo déjantée  

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le

Je crois profondément qu'une modification du mode de vie peut produire un rétablissement progressif.. et surtout s'éloigner des psychiatres qui enferment les individus dans une vignette clinique à vie, si bien qu'une fois déposée cette image ne peut que nous rendre pareille à ce qu'elle est, quitte à nous déformer ou à détruire ce que nous sommes vraiment pour que nous épousions la forme de cette entité médicale construite de toutes pièces.. 

Iseult rien qu'à la lecture des effets secondaires que tu développes, j'en ressens de l'effroi tant c'est affreux ce que tu vis, et ce que les médecins te font endurer et pour un bénéfice extrêmement réduit..

ne pourrais tu pas t'installer ponctuellement chez une amie pour te reposer, et faire le point ? où en es tu actuellement niveau entourage ? c'est très important d'être soutenue quand on veut changer de direction.. quant à ton médecin traitant il n'est absolument pas compétent pour te dire quoi que ce soit.. si ce n'est de prendre soin de ta santé physique et si c'est la molécule que tu ingères qui génère tout cela il est dans l'obligation de t'informer correctement et de prendre des mesures vis à vis de cela pour rétablir ta santé dans l'immédiat et non d'émettre un jugement médical ou un avis sur le bien fondé de ce traitement, cela sort de ses compétences..

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le

oui Mistikelfe, ce que je vivais en 2003-2004, j'en conserve un souvenir vraiment glauque, lugubre et sordide.. autant qu'avoir une sorte de peste bubonique du cerveau..  j'étais totalement déréglée artificiellement par des molécules.. et si ce ne sont pas les médecins qui se sont égarés j'aimerais savoir dans ce cas, à eux de répondre, comment depuis plus de 9 ans maintenant aucune récidive, ni crise, ni angoisse, ni idées suicidaires, et ce sans eux et sans traitement.. j'aimerais que des psychiatres viennent sur Carenity discuter avec nous toutes et tous, mais peut-être qu'ils ne viennent pas parce qu'ils se sentent plus assurés dans leur bêtise entre les murs de leur cabinet ou de leurs hôpitaux car oui je l'affirme nous sommes comme n'importe qui avec une pensée légitime, des interrogations, une sensibilité etc.. et que tout cela ils en font abstraction avec arrogance.. 

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le

enfin cela me navre vraiment de te savoir en si mauvaise passe.. n'aies plus peur Iseult.. tu as du soutien ici.. tu n'es pas seule.. tu es jeune encore, tu as de l'avenir, alors ne te laisse pas abîmer plus que cela..

courage !! parfois il faut savoir être héroïque avec soi-même...

Bises

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le

Bises Mistikelfe

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le
Bon conseiller

Iseult je pense vraiment que tu devrais essayé de stopper les médocs car j'ai franchement l'impression qu'il te détruise plus qu'autre chose et je souffre pour toi bipo oui mais humain avant tous le chimique ne fait pas parti de l'humanité attention a toi

merci chantre je me bat depuis plus de 5ans pour faire comprendre qu'un bipo reste avant tous une personne avec des sentiments des sensations des pensées des réflexions sur dimensionné certes mais c'est là quand même et qu'au lieu de vouloir les détruire bin bien au contraire laissé nous développer ca a notre avantage 

biz chantre et Iseult

une bipo déjanté

Relations entre le psychiatre et son patient

Posté le
Bon conseiller

j'viens de lire vos réactions : merci bcp à vous deux. :) 

Merci Chantre d'avoir dit un peu plus de toi. J'suis un peu plus éclairée.

le jeu est risqué (arrêter les médicaments) pour mon cas, j'ai vraiment longuement réfléchi à la question.

ah c'est sûr si j'arrête : j'perds plus mes cheveux, j'ai plus mal aux articulations, plus de raideur au cou, ni dans les bras, ni à la mâchoire, adieu l'acné les kg en trop, l'hyper-émotivité, les crises de nerfs, la douleur en bas du dos tous les soirs, les vertiges la sensation d'être sur un bateau en terre ferme etc etc.

Mais bonjour l'hyperactivité, les idées incontrôlables, les paroles que j'mitraille, les discours pas construits, la passion exacerbée pour tout et n'importe quoi, et surtout l'insomnie carabinée.

A cause de mon hypo, j'ai dû faire énormément de sport, (sinon j'dormais plus) j'en ai fait trop d'un coup.

résultat j'ai une fragilité à vie depuis mon claquage au beach-volley d'août dernier, j'dois faire super gaffe à ce tendon du mollet désormais, alors comment j'vais faire pour dormir?? j'peux plus y aller franco. 

2- plus de suivi, plus de lexo : crise de panique de malade, suis dans la merde.

3- loi Sarko de m....e! l'hospitalisation sous contrainte arrivera tôt ou tard. ET CA J'VEUX PLUUUUS!

(à Strasbourg pour sortir, c'est pas compliqué tu gobes ce qu'on te donne sinon ça ne fera que retarder ton départ. CA sent l'lithium à plein nez et j'en veux PAAAAAS )

et bien sûr j'vais encore me taper des effets secondaires de folies /

j'extrapole un peu là : le dernier psy a réussi à me faire tenter un nouveau truc : le tercian, en me disant " mais c'est le plus petit dosage que j'vous prescris, vous ne risquez rien" ----------->15 jours pour oser le prendre ; et puis un soir j'essaie........et bin voyons !!!: un truc de merde de plus : mon cœur s'arrêtait, repartait normalement puis plus lentement, puis plus fort bref ; j'crois que j'avais des extrasystoles, pour un médoc qui est sensé me détendre, c'est encore loupé /me suis endormie complètement flippée à cause de ces pbs cardiaques imprévus ; et en plus le lendemain matin au tél j'avais des trous, j'savais plus pourquoi j'avais appelé, bref cata pour un truc de plus, même au plus petit dosage, toléré par beaucoup, trop marre, j'ai arrêté)

4- suis coincée

5- si le lamictal continue à me foutre des trucs pas possible, et qu'on m'ordonne d'arrêter pour essayer autre chose c'est non et là j'arrête parce que j'veux plus rien et j'vais déguster sévère, peur de l'hp veux plus, veux plus, veux plus!

6-j'serais bipo type 3 (cyclothymie j'crois) oui j'tente direct l'arrêt mais suis type 2, et avec la poisse que j'ai franchement ça m'étonnerait pas de virer type 1 (rien que le fait de plus avoir tout ce que j'ai en effets 2.aires c'est comme gagner au loto, j' vire direct méga up trop heureuse, rien que pour ça)

7-non j'ai pas vraiment d'amie, j'côtoie 2 personnes (hommes) qui peuvent pas m'héberger et les deux, comme vous deux, voudraient que j'arrêtent tant il voient les ennuis que j'accumulent, le 2ème ne m'a jamais vu en hypo, pas sûr qu'il ne change pas d'avis ensuite.

8- chantre chaque cas est particulier. tu as déjà eu une hypomanie de plus de 6 mois? (avec logorrhée de fou, tendance à passer tout l'temps d'un sujet à un autre, idées hyper méga rapides dans ton cerveau?

alors oui t'es hyper vive mais tu suis plus, c'est ha/ra/ssant. La joie, la  forte l'exaltation la confiance en soi, le sourire permanent, cette sensation d'être si... vivante, oui ça me plait ça, mais ça va pas sans l'aspect plus problématique pré-cité.

9-merci d'avoir donné vos avis, si j'étais en hypomanie soft, j'tenterais vraiment. Avec le recul vraiment j'me sens plus t'attaque.

bisous tous toutes