Traitements des troubles bipolaires

Il existe des prises en charge impliquant des dispositifs multiples permettant de gérer la maladie bipolaire.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Les traitements médicamenteux visent à réduire les symptômes les plus aigus et à assurer un traitement de fond pour réguler l'humeur et prévenir la survenue de nouveaux épisodes. Le traitement comporte classiquement deux phases correspondant aux moments de la maladie : le traitement de l'épisode aigu (de l'accès dépressif ou maniaque) et le traitement de fond, dont le but est de stabiliser l’humeur, puis de prévenir les récidives.



Les traitements préventifs du trouble bipolaire sont appelés thymorégulateurs ou régulateurs de l’humeur. Ces traitements permettent de réduire la fréquence, la durée et l’intensité des épisodes et d’améliorer la qualité des intervalles libres. Leur efficacité ne peut être évaluée que dans les premiers mois de traitement et seront actifs pour prévenir les rechutes dans les 6 mois.

Le lithium, principal traitement de la bipolarité

Le traitement de référence du désordre bipolaire est le lithium. Il permet de limiter très fortement la survenue des accès dépressifs et maniaques et de réguler l’humeur. C’est un traitement prescrit depuis les années 1960. Il est d’un maniement complexe et est réservé aux spécialistes, c'est-à-dire aux psychiatres. Sa toxicité éventuelle et ses effets secondaires nécessitent d’éliminer certaines contre-indications avant de le prescrire au moyen d’un bilan médical précis combinant un examen clinique, des bilans sanguins et urinaires et un électrocardiogramme. Les effets toxiques du lithium concernent essentiellement le rein et la thyroïde. D’autres thymorégulateurs peuvent être prescrits en fonction du profil de trouble de l’humeur du patient.

Lors de la survenue d’épisodes dépressifs ou maniaques échappant à l’action du lithium, on utilise les antidépresseurs et les anxiolytiques. Le choc électrique est parfois utilisé dans les formes rebelles à la thérapeutique médicamenteuse, ou en cas d’accès dépressif très sévère avec un risque vital.

Lors de la survenue d’épisodes dépressifs ou maniaques échappant à l’action du lithium, on utilise les antidépresseurs et les anxiolytiques. Le choc électrique est parfois utilisé dans les formes rebelles à la thérapeutique médicamenteuse, ou en cas d’accès dépressif très sévère avec un risque vital.

Article rédigé sous la supervision du Dr. Isabelle AMADO, médecin psychiatre, praticien hospitalier Service du Professeur Olié au CH Sainte Anne à Paris, Coordinatrice du Centre d’Evaluation et de Recherche Clinique (CERC) et Responsable du Centre Référent en Remédiation cognitive et Réhabilitation Psychosociale.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 167 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme