Que sont les troubles bipolaires

Autrefois appelée psychose maniaco-dépressive, la maladie bipolaire est un dérèglement de l’humeur. Il s’agit d’une maladie chronique qui, dans sa forme typique, comporte deux phases : la phase maniaque et la phase dépressive
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

D’où la dénomination historique de maniaco-dépression. Entre ces épisodes qui caractérisent ces troubles de l’humeur, le sujet retrouve un état normal appelé « euthymie » ou « normothymie ».



De façon imagée, l’humeur fonctionne comme un « thermostat » qu’il convient de maintenir stable et constant. Chez le bipolaire, les variations de l’humeur sont importantes : à la hausse (hyperthymie), on observe une excitation du sujet et à la baisse (hypothymie), apparaît un moment dépressif.

Un dérèglement du « thermostat » de l’humeur

La phase maniaque est un épisode d’excitation pathologique. Le sujet est hyperactif, euphorique, inhabituellement volubile et fait de multiples projets. Il peut présenter divers troubles comportementaux, perdre toute inhibition sociale, ou engager des dépenses inconsidérées.

La phase dépressive est le miroir de la phase maniaque. Les épisodes dépressifs sont marqués par des symptômes observés dans les autres formes de dépression : tristesse extrême et permanente, perte d’intérêt pour toutes choses, irritabilité, troubles du sommeil, manque d’énergie, troubles de la mémoire ou de la concentration, troubles de l’appétit et parfois idées de mort. Les formes les plus sévères sont qualifiées d’accès «mélancolique». Le danger principal de cette maladie est le risque de suicide.

Différents types de troubles bipolaires ont été identifiés :

- Le trouble bipolaire de type I : alternance d'épisodes maniaques et d'épisodes dépressifs. Il représente la forme la plus « typique » de la maladie bipolaire ;
- Le trouble bipolaire de type II : association d'un ou plusieurs épisodes dépressifs et d'au moins un épisode hypomaniaque ;
- La cyclothymie : fluctuations de l'humeur évoluant depuis au moins 2 ans avec alternance de nombreuses périodes hypomaniaques et dépressives ;
- Le trouble bipolaire dit « non spécifié » : symptôme insuffisamment spécifique pour être classées en type I ou II.

L’observation de l'évolution de la maladie permet de déterminer le type de trouble bipolaire dont le sujet est atteint.

Article rédigé sous la supervision du Dr. Isabelle AMADO, médecin psychiatre, praticien hospitalier Service du Professeur Olié au CH Sainte Anne à Paris, Coordinatrice du Centre d’Evaluation et de Recherche Clinique (CERC) et Responsable du Centre Référent en Remédiation cognitive et Réhabilitation Psychosociale.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 174 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme