https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le

Pourquoi faire long quand on peut faire court. je n'ai eu que deux psychiatre qui m'ont très bien suivi le premier dans le 79 qui me recevait le vendredi  à l'heure du déjeuner il y avait un restaurant tenu par les patients pour recevoir les familles,je déjeunai avec lui et on terminait la consultation dans son bureau.Quand je suis parti dan le 49 j'ai ètè reçu par celui qui m'avait été conseillé par le précédent qui lui  avait communiquer une partie de mon dossier. C'était un monsieur chef d'un service dans un grand HP et qui plus est professeur à la faculté de médecine, la dernière qui a été formée a Angers par le second a purement et simplement transmis mon traitement à mon médecin référent. j'estime avoir été et etre très bien suivi.   

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le

Bonjour à tous, je viens de parcourir ce forum dans lequel il ya tout et son contraire et des exposé d'une telle longueur qu'ls ne peuvent satisfaire que l'auteurr car ils sucitent que peu de cntradictions. La bipolarité a une existence reconnue,mais parfois méconnue par certains médecins....Le problème devrait etre facilement simplifié Tintin est malade il a des hauts et des bas, la pleine lune l'empéche de dormir,il fume trop,il ne boit pas il piccole.Bref comme tout malade il consulte son généraliste qui ne dispose que d'un qaurt d'heure pour établir un diagnostic et lui prescrit un traitement en lui disant de revenir dans deux semaines et à la consutation suivante il linterroge un peu plus et conseille à Tintin de voir psychiatre et c'est la que le bat peut blesser. Poussé par ses amis il y va et il serait à moitié sauvé. Jai une "Amie"dans Carenity qui avait vu de nombreux médecins dont un ps qui ne l'a pas déclaree bipolaire. Au message précédent j'ai exposé mon cursus. Vous pouvez vous dire que j'ai eu de la chance, sauf qui a fallu plus de quaranet années pour que je sois stabilisé,iy a eu rupture de traitements TSet réanimation. Depuis ce jour j'ai continué monn métier de technico commercial, puis chomage,puis emploi à la vlle des Sables d'Olonne.A 65 ans retraite,achat d'une maisi tout prés de la mer et des commerces. Amicalement. Jean-pierre      

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le

J'ai vécu un "gag" avec une psy, elle faisait des hypersomnies pendant que je parlais et me réclamait le prix de la consultation, quand elle parlait, c'était très injonctif et m'assénait de vérités toutes faites. J'ai changé très vite et j'ai une psy bienveillante et très pro

Relations entre le psychiatre et son patient
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

bonjour !

j'avais en premier lieu , consulté un psy recommandé par mon généraliste ,( c'est ce dernier qui avait pris le rendez vous )

j'étais incapable de le prendre moi même ... il m'a donné un traitement qui ne m'arrangeait pas :

toujours cette sensation d'avoir été " bernée " par mon généraliste

qui m'avait gardé plus d'heure en consultation alors que je n'arrivais pas à parler de mes ressentis ... c'est lui qui parlait à ma place ... qui s'est rendu compte par la même occasion que nous avions des points communs en ce qui concerne notre personnalité . même goûts vestimentaires et bien d'autres choses encore ... j'étais accro à ce médecin et je ne me sentais pas capable d'en changer ( transfert ) 

j'ai donc continué avec le psy qu'il m'avait indiqué , les neuroleptiques prescrits ne me convenaient pas , en tous cas , pas après la crise aiguë ( hallucinations auditives et asthénie )  

pendant des années , j'ai souffert de mon mal être , j'allais consulté mon généraliste qui continuait à me dire , ce référent au psy , qu'il n'y avait que ça pour me soigner ...

je grossissais et j'étais mal , ma famille me conseillait de changer mais je ne pouvais pas ... le généraliste avait une grande emprise sur moi ... je ne sais comment un jour , je lui ai demandé , qui je pourrai voir , ma relation avec le psy ne me convenant pas ...

il a fini par "abdiqué " me donnant quelques noms , par la suite j'ai pu avancé , prendre rendez vous avec un autre spécialiste !

qui  , depuis me suit , me convient très bien , il m'a rajouté un traitement de fond , et m'a bien dit qu' avec les seuls neuroleptiques , 

c'était sûr que ça ne pouvait pas allé !! 

depuis , je suis nettement mieux soignée , j'ai confiance en lui ... 

il reste neutre , mais me conseille quand je risque de faire " n'importe quoi " je crois avoir trouvé le " bon " ...

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le

Trouver un bon psy n est pas évident , j en ai trouvé un bon mais je ne le vois que tous les 2 mois et pour moi , ce n est pas suffisant . Sinon , l ´ intérêt avec lui c'est qu il ne me gave pas de médicaments . Mais j 'aimerai le voir tous les 15 jours . Ça me semble pertinent car j ai beaucoup de rechutes . 

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

J'ai changé de psychiatre quand j'ai vu qu'il ne me servait pas à grand chose. Je passais ma vie avec un diagnostique de dépression. J'allais mieux puis bam dépression (un cor au pied : allez événement déclencheur, on augmente le traitement!). Cette année était très différente, j'allais bien et sans qu'aucun événement n'arrive, je dors 15h par nuit, mon cerveau fonctionne à 2 à l'heure, j'angoisse pour pas grand chose et je décide de changer de psychiatre parce que ça me saoulait d'entendre les mêmes conneries à longueur de temps. Je change, il me déclare bipolaire de type 2 (mais oui, j'ai tous les critères, et ça depuis mon adolescence, je passe de 40 kilos à 51 en fonction des saisons, je passe le capes pépère alors que j'étais angoissé comme pas possible pour mes concours blancs qui n'engageaient à rien, je passe du gros baggy et du pull informe à la minijupe et les talons aiguilles) et là délivrance. Mais comme il me bouscule trop au point de me créer des crises d'angoisse, je vais en discuter avec lui pour savoir si je devrais pas être suivi par un autre psychiatre.

Quand vous sentez que votre psychiatre vous fait plus de mal que de bien, changez-en. Pour les symptômes secondaires, je vous dirige vers les notices qui les décrivent tous et où ils conseillent d'en parler au psychiatre en question. Si le psychiatre fout rien alors que vous vous en plaignez sincèrement, c'est qu'il est nul et vous en changez immédiatement. Les aphtes dans la bouche, la prise de poids, les abcès sont les symptômes secondaires de certains molécules qui ne vous conviennent pas. Si le mec décide de persister dans sa connerie, ça le regarde mais vous n'avez pas à en pâtir. On va en voir un pour s'en sortir, pas pour s'enfoncer. Ma mère qui est aussi bipolaire a pris beaucoup de poids à cause des médocs et maintenant elle a une tendance boulimique à cause des effets secondaires alors qu'elle voit une nutritionniste. Elle est malheureuse et n'ose pas sortir de chez elle parce qu'elle se sent laide. Je la tanne pour lui dire de casser les burnes à son psychiatre pour qu'il comprenne que ouai, c'est cool de stabiliser mais que si c'est pour prendre 100 kilos et devenir agoraphobe c'est pas très utile. Moi comme effet du lamictal, je me tape de l'acné. J'ai fait deux fois des traitements à base de roaccutane pour m'en débarrasser et je me retouvre comme une adolescente devant mon miroir. Bon psychologiquement, je gère bien parce que j'ai un psychothérapeute qui m'a permis de dépasser mes angoisses liés à mon physique mais quand j'étais ado, c'était l'horreur, je passais ma vie à cacher mes boutons derrière des franges démesurées. Je sais que mon expérience,c'est pas grand chose par rapport à ce que d'autres ont vécu et qui témoignent ici mais n'hésitez pas à les envoyer paître parce que merde on les paye pour aller mieux, pas pour s'enfoncer davantage. Ce qui aide pas mal pour ne pas avoir l'impression de dépendre de lui, c'est de coupler avec une psychothérapie. Je parle de mes psychiatres à mon psychothérapeute et il m'aide à mettre en mots sur ce qui ne me convient pas dans sa façon de faire. Hop, une fois les mots mis dessus, j'en parle au psychiatre et je lui demande de me rediriger vers un de ses confrères.

Ne vous laissez pas faire, un psychiatre, c'est pas un gourou, c'est juste un mec qui a fait médecine et qui comme tout être humain peut se planter dans les grandes largeurs!

Courage et grosses bises à tous!

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le

Salut Saturnienne, tous d'abord je voulais te dire que j'adore ta façon de raconter ton histoire, simplicité et une pointe d'humour !!

Comme toi j'ai beaucoup changé de psychiatre pas parce qu'ils étaient mauvais mais parce que j'allais mieux et puis quelque temps après comme toi "bam dépression" en fait pendant des années aucun de mes psychiatre n'avaient compris que j'étais bipolaire et me soigné uniquement pour mes dépression a coup d'anti dépresseur et jamais d'anxiolytique  quand j'étais en phase maniaco, vu qu'ils ne s'apercevaient pas que j'étais justement en phase up !! Ils n'y a que depuis quelques semaine que ma derniére psy qui me suit depuis un peu plus d'un, qui vient de me diagnostiquer bipolaire légére mais a surveiller pour me donner le traitement adapté.

Par contre tu parle de psychiatre et psychothérapie mais pour moi c'est la meme chose ??? un psychiatre te prend en séance de psychothérapie non ?? Explique moi la différence s'il te plais.

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

Je ne sais pas si mon post intéressera quelqu'un et si certains partagent mon vécu.

Je viens d'avoir 49 ans, et je consulte des psys depuis l'âge de 22 ans. Au départ, c'était pour mon mal-être.

27 ans plus tard, mon mal-être est toujours là, j'ai vécu plusieurs phases de dépression, jusqu'à ce que finalement je me retrouve diagnostiqué bipolaire. Depuis 1999-2000, je prends régulièrement des anti-dépresseurs, des anxyolitiques, et depuis 2005 des thymorégulateurs.

Au cours de cette période, j'ai eu sous traitement AD+anxyolitique, un accident de voiture qui aurait pu être très grave, j'ai été licencié suite à une crise maniaque induite par un AD, et je végète depuis 6 ans, avec une reprise d'emploi qui s'est soldée par un échec.

Tout cela pour dire, que je ne vais pas mieux aujourd'hui qu'il y a 27 ans, et qu'au lieu de m'aider à essayer de résoudre ou au moins atténuer mon mal-être et adapter ma vie à mes besoins et ma nature, j'ai vu quantité de psys qui m'ont refilé des médocs avec des effets parfois désastreux. Quand je fais le bilan, je me pose beaucoup de questions, j'essaye de comprendre, et je me fais beaucoup de souci quant à mon avenir et ma capacité à reprendre une vie "normale".

Je sais que je ne suis pas le seul à avoir cette réflexion. Il ne s'agit pas pour moi de rejeter la médecine. Tant mieux si elle est utile pour beaucoup. Mais je me pose la question pour moi même. Or, je n'ai personne à qui en parler.

Mon entourage n'est pas très réceptif et je doute que le milieu médical m'encourage dans une autre voie.

Il faut le dire, j'hésite à arrêter tout traitement. Je ne retrouverai pas mon boulot de toute façon, et je ne reviendrai pas en arrière. Mais depuis des années que je prends des thymorégulateurs, je ne vois pas de changement, à part que je suis apathique.

Certains sont-ils aussi aux prises avec ces questionnements ?

Bonne journée !

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour la vie à mis sur mon chemin un excellent psychiatre égyptien très humain qui malgré son agenda charge à bloc a accepté de me traiter pour les envies suicidaires.il m a sauvée et je le vois ts les 15j. Les infirmières psy n étaient pas suffisantes pour me guérir. Depuis je revis il a mm baisse le traitement.

Relations entre le psychiatre et son patient
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué Je comprends bien ce que vous éprouvez, pour ma part ma psy est totalement dépourvue d'ampathie. la première fois que je l'ai vue en salle d'attente, il y avait une personne qui l'ainterpellée parcequ'elle n'arrivait pas à la joindre. J'aurais du sortir de suite car je me doutai que çà ne se passerai pas très bien.

Les scèances se passent selon que j'ai ou non quelques choses à dire, pour ma part je vais chez le psy avec des questions et jamais elle ne m'a apporté la moindre réponse. A la question comment devient-on psychiatre, j'ai appris que ce n'est uniquement par dépit puisque les psy et les généralistes sont les derniers à choisir en fonction de leur classement, çà n'est donc même pas par vocation.Donc ceci explique cela, ils n'aiment pas forcément leur métier.

J'aimerai savoir ce que l'on peut attendre des psy, Marcel Rufo fameux psychiatre dans ses ouvrages expliques ses méthodes ses réussites et aussi ses échecs, il dit qu'il faut avoir essayer 3 ou 4 avant de trouver le bon, je suis parfaitement d'accord avec ce point de vue.

Il y a certainement des approches différentes selon les psy. A propos des chercheurs quelqu'un a dit il y a des chercheurs qui trouvent et des trouveurs qui cherchent?

Qu'est-ce qu'un bon psychiatre? Si quelqu'un a quelques idées sur la question je serai intéressé.