Vivre avec des troubles bipolaires

Dans le cas de la maladie bipolaire, le patient doit devenir son propre baromètre : c’est lui qui petit à petit apprend à sentir s’il est normathymique, ou dans un moment dépressif ou maniaque débutant.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Les épisodes, s’ils viennent à se répéter, permettent au patient de détecter les signaux annonciateurs de ses rechutes. Il peut alors lui-même attirer l’attention de son médecin et discuter avec lui de la réponse à apporter : repos, arrêt de travail, ajustement du traitement médicamenteux ou hospitalisation. Il prend aussi conscience de l’importance de respecter les conseils d’hygiène de vie : sommeil, rythme, stress, etc.



Souvent le patient préfère être dans une phase légère d’excitation où il sera plus enjoué, même si cet état peut lui être préjudiciable. Au-delà du caractère épuisant pour l’entourage, cette phase comporte aussi des risques de dépenses incontrôlées et il faudra alors veiller à protéger les biens du patient et de son entourage.

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire