/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Infarctus du myocarde

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour tout le monde !! Mon infarctus n'a pas trop bouleversé ma vie ds la mesure, où j'avais bcp de crises d'angoisse, de bouffées de chaleur, de douleurs diffuses (fibromyalgie) que cela n'a fait que rajouté des médocs en plus, et un contrôle ts les 6 mois chez la cardio. Mais avec la canicule, je me sens plus essoufflée et plus fatiguée, alors je vais prendre rdv chez ma cardio avant de partir en cure, un mois donc à l'avance, si elle peut me poser un rdv !!!

Je constate que toi aussi @pseudo-masqué tu as des ressentis semblables !! Pas facile à dire si c'est vraiment le coeur, ou l'angoisse !!!

Bon week-end à vous tous !!!

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour @pseudo-masqué , décidement, le sort s'acharne j'espère pour toi que cela peut passer, moi, pas la grande forme en ce moment mais ilya pire, prends soin de toi et courage à toi.

@pseudo-masqué , c'est vrai que la chaleur n'a pas arranger les choses, j'espère que ta cure t'apporteras un soulagement aux niveau de tes douleurs bon courage à toi aussi.

@pseudo-masqué , as tu vu ton cardio ?

prenez soin de vous

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour à tous, 

Je relance ce sujet ! 

N'hésitez pas à répondre aux questions des autres membres et à partager vos conseils !

Julien

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
1

Membre Carenity
Posté le

Bonjour,

Ce qui m'angoisse le plus, c'est que j'ai fait un infarctus silencieux. Je faisait beaucoup de sport et mon cœur ne m'a pas alerté lors du bouchage de mon IVA. Ce qui fait que je n'ai pas ressenti de grosse douleur et donc je ne connais pas les symptômes d'un IDM. Donc toute douleur devient cardiaque et si je m'écouter je serais en permanence au urgence.

En ce moment même j'ai une douleur au niveau du Sternum, j'ai pris ma trinitrine et la douleur ne passe pas. Ce n'est donc pas cardiaque (pouls à 69) tension (13/8) mais je n'arrive pas à surmonter mon angoisse.

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

.

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
1

Membre Carenity
Posté le

Ma vie est un enfer !!!!!

au début en2000 1er infarctus il m'étais impossible de m'eloigner d'un périmètre qui dépasser une trop longue distance d'un point de secours caserne, hôpital ,  je devais me rendre chez des amis ou autres je chronomètre la distance et le temps d'interventions du SaMu invivable pour moi et mes proches ...

ensuite pendant huit ans j'étais relax sans angoisse j'vais une personne formidable à mes côtés je ne me sentais plus seule j'ai laissé tombé mes tocs des trajets...

le plus dur c'était les nuits je me réveillais et me réveille toujours d'ailleurs à 4h du matin heure fatidique où ma vie A Basculer, alors je m'assois sur le rebord du lit et j'attends jusqu'as 5h du mat cà me rassure car dans ce laps de temps rien ne se passe et je me rendors .

tous çe temps jusqu en 2014 j'avais des petites angoisses et quelque rituel debile m'apaiser 

mais depuis 2014 se sont crises de panique sur crise de paniques moral déprimés la peut de mourrir ne m'avais jamais quitté mais là elle est de plus en plus présente et je dirais même que je la sent arriver ... Je n'arrive pas à me projeter 

es nuits sont cauchemardesque quand je sent que je tombe dans le sommeil je me réveille avec sursaut cœur battant la chamade  et résiste à ne pas m'endormir, jusqu'où les journées sont infernales à cause des extrasystole et manques de sommeil alors le soir c'est cachet à dose de cheval pour dormir une nuit sans me réveiller.

j'ai sans arrêt peur de la mort et en même temps je me dit que je suis immortel, je n'arrive pas à m'imaginer de n'être plus la !

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué Bonjour,

Je me retrouve dans votre description avec l'angoisse perpétuelle de la mort.

Je ne sais pas si au niveau santé cela peut se faire mais voilà mon histoire de cette année passée.

Comme vous je mesurais la distance qui me séparai de l'hôpital le plus proche. Pendant mes voyages j'étais rassuré lorsque j'arrivais dans une grande ville et paniqué entre. A ce niveaux là le Qi gong m'a bien servi à calmer mes angoisses associé bien sur à du Xanax.

Il y a maintenant 1.5 an, je me suis mis à la marche nordique sur du plat au début autour de l'hôpital le plus proche avec un cardiofréquencemètre. Petit à petit je me suis éloigné du centre ville pour aller dans les collines environnantes au début de nouveau des angoisses à regarder sans arrêt si j'avais le réseaux sur mon portable.

Lors d'une crise de panique durant une randonnée, mon coach (infirmière en cardiologie) m'a donné en grand coup de pied aux fesses (pour ne pas dire autre chose), j'ai fini la randonnée en tête, fierté oblige. A la fin elle m'a pris à part et m'a demandé de comprarer mes débuts et ce que j'avais fait durant cette randonnée. Il n'y avait rien de comparable (10 km en moins de 2h00 avec 500m de dénivelé). Cela m'a boosté et j'ai continué à augmenter mes sorties et voir à chaque fois de quoi mon cœur était capable.

Depuis décembre afin de poursuivre ma rééducation, je me suis inscrit en salle de fitness. Je fais beaucoup de cardio (Rameur, vélo, marche) je fais travailler mon cœur entre 115 et 125 bpm en permanence durant 1 bonne heure. Maintenant je me suis remis à la musculation et à chaque séance j'essaye d'augmenté les poids. j'ai toujours mon fréquencemètre je ne veux pas non plus prendre trop de risque. Je fais 2 séance de 2h00 par semaine et une sortie en marche nordique de 10 à 15 km le WE

Aujourd'hui, je n'ai plus peur de ce qui peut arriver à mon cœur, je pense même qu'il est en meilleur état qu'avant mon infarctus et je pense beaucoup moins à la mort même si parfois la peur de l'IDM c'est transféré sur la peur de l'AVC. Mais pour ça aussi le sport m'aide beaucoup.

Je suis un anxieux et je pense que je le resterai toujour, mais ma reprise du sport m'a vraiment fais du bien au niveau mental. J'étais trop négativiste et le faite de comparer les résultats avant après m'a beaucoup aidé.

Dernier point, j'ai vu mon père (que j'aime de tout mon cœur) agonisé pendant plus de 15 ans et j'ai vu les dégâts que cela a fait sur notre famille et en particulier ma mère. Je n'ai pas voulu réitérer cela avec ma femme et mes enfants.

Aujourd'hui sans être totalement guéri, je vis beaucoup mieux ma maladie au point que mes proches oublient parfois mon IDM.

Juste un dernier point, comme beaucoup j'ai suivi un psychiatre qui m'a fait comprendre que ce n'est pas les médicaments que l'on prends qui on guéri mon cœur. Ils sont là pour le mettre dans les meilleures conditions mais c'est le corps qui s'auto guéri. Je ne dis pas ça pour vous faire arrêter vos médicaments, moi même je ne les oublie pas mais pour vous faire comprendre que c'est vous qui êtes seul maitre à bord.

Je ne sais pas si dans votre cas mon expérience peut vous aider et si votre santé vous permettrai de faire de l'exercice. En ce qui me concerne ce dernier semestre est l'un des meilleur que j'ai passé depuis mon idm et je n'ai pas l'intention de m'arrêter.

Je suis désolé d'avoir été long, mais il y a quelques années j'aurais aimé lire cette réponse sur les post que je consultais.

Cordialement

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

cher @jamafra66 ,

Votre témoignage m'as fais du bien, il est dis partout que l'activité physique est primordial pour la réparation pour le moral, sauf que je suis plus artistique que sportive, de 2008 à  2014 outre les petites angoisses je me sentais vivante malgré mon infarctus en 2000 j'ai pût monter un groupe de musique entre les repetes, les concerts´ de deplacement, à la composition et dernièrement en 2014 la sortie d'un ép 6 titres c'était une  forme de sport mais plustot melange d'adrénaline les soirs de concerts et beaucoup de fatigue À force de tirer sur la corde et bien elle c'est couper est depuis 2014 je ne fais aucune activités plus de chants j'ai tout abandonné plus la force je ne me sent plus vivant, je me fait littéralement chier !

je suis entrain de mettre en place dès solutions pour m'occuper et pour ne pas passer mon temps à m'écouter m'angoisses.... Je vais plutôt me tourner vers le théâtre et bien entendu me motivée pour faire de la marche 

au au plaisir mon cher et merci !

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
1

Membre Carenity
Posté le

Comme pour tout le trop est le mal du bien. Je pourrai aller à la salle tous les jours mais je pense que mon corps ne tiendrai pas.

L'avantage du sport est de créer de endomorphine et je dois l'avouer je commence à prendre du plaisir à être "shootée" par elle, mais là aussi il faut que je me méfie, il n'en faut pas trop non plus.

J'espère que votre activité de théâtre vous remettra sur les rails du bon moral. Et bien sur je ne peux que vous encouragez à faire de la marche.

Et bien sur, on a droit de se faire aider par des personnes autre que la famille proche.

Les 3 coups de bâton viennent de retentir, à vous de rentrer en scène.

Cordialement.

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Bonjour tout le monde .je suis nouvelle,  j'ai 26 ans et j'ai fait un infarctus du myocarde il y a un mois et depuis je suis engoisser comme pas possible. J'ai l'impression de refaire un infarctus à chaque douleur dans la poitrine. J'enchaîne les urgence . J'en peut plus . La nuit mon coeur palpite et je n'arrive pas à dormir par peur de ne plus me réveiller.  J'ai des atharax mais j'ai l'impression que sa me fait rien à part me fatiguer un peut plus , du coup je suis déprimée. J'en pleure tout les jours et pour mon mari c'est vraiment pas évident il ne sais plus quois faire à force .si vous avez des conseils je suis preneuse merci d'avance et courage à tous