Infarctus du myocarde et cholestérol

Lorsque les artères coronaires sont affectées par une accumulation de cholestérol, une obstruction complète peut se manifester et ainsi provoquer un infarctus du myocarde.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Le cholestérol est une substance grasse nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme. C’est pour cette raison que nous ne pouvons l’éliminer en totalité. En effet, s’il est vrai que le cholestérol en excès peut sérieusement menacer les artères et le cœur, il est aussi vrai qu’il joue un rôle important dans les fonctions biologiques et que c’est un composant des structures cellulaires et des tissus humains.

Il est donc plus qu’évident qu’on ne peut survivre sans cholestérol. Cependant, que ce soit le cholestérol endogène (qui appartient à l’organisme) ou même le cholestérol exogène (qui provient de l’alimentation), ils doivent nécessairement être métabolisés et stabilisés de manière à former un équilibre constant qui, s’il n’est pas respecté, engendre une accumulation dans le sang et par conséquence son dépôt dans diverses parties de l’organisme (en particulier sur les parois artérielles)

Cholestérol et infarctus

Lorsque les artères affectées par cette accumulation sont celles qui fournissent le cœur (les artères coronaires), une obstruction complète peut se manifester et ainsi provoquer un infarctus du myocarde. Le cholestérol et l’infarctus du myocarde sont donc deux conditions qui sont liées.

Ainsi, tenir sous contrôle son cholestérol aide à prévenir les infarctus du myocarde et peut aussi libérer les artères. L’incidence de la cardiopathie coronarienne est très élevée et les études épidémiologiques montrent qu’il existe une forte corrélation entre le taux de cholestérol de la population et le nombre d’infarctus du myocarde.

Cependant, même en cas de cholestérol élevé, il est possible de le faire diminuer, soit en respectant des mesures diététiques, soit, en seconde intention, par des traitements médicamenteux. Les mesures diététiques sont à associer à une activité physique régulière.

Un cholestérol normal doit être inférieur à 2g par litre. Il est conseillé de tenir son taux de cholestérol un peu inférieur à cet indice. Cependant, c'est le médecin qui est le plus à même d'indiquer au patient le taux "normal" de cholestérol, en fonction de son âge, d'autres facteurs de risque (tabac, hypertension artérielle, diabète...) ou d'antécédents familiaux.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & confidentiel