/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Infarctus du myocarde

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Bonjour mymylm,

A vous lire, je pense que la première des choses à faire serait d'apprendre à vous relaxer, à respirer profondément lorsque l'angoisse monte, pour la calmer. Il vous faut reprendre un peu de maitrise sur votre vie.

Rassurez vous, on ne meurt pas forcément d'un infarctus, j'en ai fait un à 43 ans et j'en ai aujourd'hui 73. Il m'a fait bien peur aussi et il m'a changé un peu, beaucoup ..

Qu'est ce qu'un atharax ?

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Au mois de Mars dernier, je pensai être guéri de mes angoisses avec la pratique sportive qui m'a fait du bien (voir réponse faite à @Marghaux plus haut). Aujourd'hui je crois que tout recommence.

Je continue à faire du sport (sans angoisse), dans mon bureau pas d'angoisse, dès que je sors de mon bureau pour aller voir une installation ou que j'aille acheté du pain, c'est parti, sensation de déséquilibre permanant, les jambes qui tremblent, mal de tête bref une "bonne" crise d'angoisse. je me demande si ce n'est pas la peur d'avoir des vertiges qui me donne cette angoisse qui n'a que pour effet d'augmenter la sensation de vertige (non rotatoire)!!!!

Si une personne se reconnait et qu'elle a réussi à s'en sortir je suis preneur.

Pour information, je pratique le Qi Qong, la méditation, j'ai une activité sportive régulière et je suis hélas sous Xanax et pourtant je n'arrive pas à me contrôler. Suis je un cas désespéré ??? 

Merci pour vos conseils

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Bonjour;

Le 25 novembre 2015 je suis allé à l'hôpital dans le cadre du traitement de ma Sclérose En Plaques. L'infirmière me dit en arrivant qu'elle va me faire passer un ECG à titre préventif. Je n'avais jamais eu de problèmes cardiaques mais bon. Les résultats arrivent, je faisais un infarctus. On me garde à l'hôpital et je subis un quadruple pontage coronarien. J'y reste un mois seul: opération, soins intensifs, rééducation cardiaque. Etant divorcé, c'est ma fille qui vient me porter mes vêtements. Tout le monde me disait: "vous avez eu de la chance!!!". J'ai découvert ce que j'avais subi lorsqu'en rééducation on me l'a expliqué. Je suis sorti pour Noël et tout le monde pensait plus aux fêtes. J'ai du me ménager et me reposer. Cela m'a permis de soulager ma jambe et d'éviter de devoir subir une opération de la tête fémorale qui était prévue à cause des nombreux médicaments que je prends pour ma SEP. Bilan, j'ai bien vécu cet infarctus car je me suis toujours dit: "Dans ton malheur tu as de la chance; l'heure de quitter ce monde n'était pas encore venue" . Maintenant je relativise beaucoup et prends la vie du bon coté....

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Bonjour, mon mari a fait un IDM a 44 ans le 26 mars 2018. Nous avons deux enfants de 5 et 7 ans. Il a eu la pose de 7 stents. Cet été, il a repris un peu de sport. Avec l'arrêt de la cigarette, il a pris du poids. Cet été, le moral semblait aller un peu mieux mais depuis la rentrée, il se désintéresse de tout : enfants, vie de couple, amis. Le médecin lui a donné un anxyolitique mais il ne veut pas prendre plus de médicaments. Il a vu un psychologue mais il me dit que cela ne sert à rien. Comment puis je l'aider ?

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué pour aider un malade il faut que celui-ci accepte d'être aidé… sinon autant pisser dans un violon il n'y aura pas de résultat…  Il faut penser qu'il a sans doute peur qu'il lui arrive encore un problème donc il faut le rassurer…

J'ai fait plusieurs infarctus (le 1er en 2002) je déménageais mon fils qui rentrait en fac et en portant un matelas dans les escaliers il a fallu que je stoppe, je ne suis pas rentré chez moi (200 km) j'ai dormi chez fiston et le lendemain j'ai repris la voiture j'allais mieux c'est une prise de sang qui a fait dire que j'avais eu un infarctus et pose de 3 stents… j'en ai refait un quelques années plus tard (2007) dans un supermarché, je les senti venir… je suis sortie en laissant panier et course, je me suis assise dans ma voiture et là j'ai vomi pendant plusieurs heures sans que personne ne viennent à mon secours (une pocharde ont-ils dû penser) En rentrant chez moi je me suis arrêté chez le toubib qui m'a fait hospitalisé nouvelle pose de stents… après ? j'ai continué comme avant : jardinage, promenade avec le chien, natation en piscine chaude… j'ai même rencontré un compagnon et ai déménagé à 800 km… je suis bien moins vaillante aujourd'hui car depuis j'ai fait un œdème pulmonaire et là j'ai vraiment cru mourir, j'ai ensuite perdu mon compagnon et ai dû dormir avec la lumière tant je paniquais… aujourd'hui ? 1 an après, j'ai relativisé, j'éteins la lumière pour dormir et lorsque le petit vélo me trotte dans la tête (la nuit) et bien je prends un bouquin et je lis jusqu'à ce que le sommeil revienne... ou pas, j'écoute de la musique classique "relaxante" et ai pris un temps des granules homéopatiques "gelsemium 15 CH" psychosomatique ou pas je vais beaucoup mieux bien qu'en me couchant chaque soir je n'oublie pas de prendre le téléphone sur la table de nuit car je vis seule et c'est rassurant de penser que l'on peut appeler les secours…..Je continue la piscine, la tonte de mon hectare, l'entretien de la maison, la taille de ma haie mais je ne fais plus de potager pour moi seul ça ne vaut pas la fatigue ressentie… je travaille 1/2 heure et je me repose autant en lisant ou en tricotant !!!

Ma vie est pavée de "jamais plus" mais je trouve que pour mes 75 ans ma vie n'est pas si mal que ça… Il est vrai que je suis une femme qui veut voir grandir ses petits enfants (13) et qui ne s'écoute pas plus qu'il ne faut… je prends soin de moi et avale avec courage toutes les petites pilules qui sans doute me maintiennent en assez bonne forme… Il faut prendre les choses comme elles viennent.

Courage vous trouverez avec vos petiots de quoi donner à votre mari l'envi de vivre et de faire quelque chose de sa vie car elle n'est pas finie ni même foutue…. après un infarctus fait à 50 ans mon grand père a vécu jusqu'à 91 ans !!!!!

Amicalement

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Je vous remercie du fond du cœur @elocinycarf pour votre témoignage. Je vais m'armer de courage et de patience alors. Même si je pense que les femmes sont plus faites pour communiquer que les hommes. D'après ce que vous dites, votre vie semble être "une réussite". Au plaisir. Annabelle

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué bonjours ta pas de séquelle de ton infarctus moi j ai 20% nécrose hs infusiance cardiaque gauche donne moi des nouvelles merci bon courage 

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

Mon mari des qu,il a su qu,il etait atteint d,un infarctus du myocarde s,est effondre et pire alors qu,il etait en unites de soins intensifs cardio il a refuse net l,examen coronarien avec debouchage d,artere et pose de steint .Je n,etais pas la pour le convaincre car dans ce genre de service la famille n,a pas trop de regard sur le malade..toujours est rsil qu,il est decede  2 jours  apres son hospitalisation.Le cardiologue, dans l,interet du malade n,aurait il pas pu pratiquer cet examen? je suis tres triste et sideree  mickeymyriam

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué  ton premier infarctus du myocarde a que l âge 

Choc psychologique à la suite d'un infarctus
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué j' avais 58 ans !!! et aujourd'hui j' en ai 75 passé !!!

Rien n' est foutu… juste allé à son pas !!!