Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

117 réponses

1 359 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Nous sommes de nombreux malades atteints de Spondylarthrite ankylosante ou de Fibromyalgie, et nous aurions souhaité vous proposer un sujet qui aurait pu rapprocher nos communautés, si toutefois ce projet vous intéresse.

Nous ne voulons surtout pas nous imposer, mais à cause de nos maladies, de nombreuses personnes ressentent le besoin de consulter des spécialistes (psychologues....), et nous aurions vraiment souhaité échanger des idées avec vous, qui, malheureusement, connaissez et comprenez les problèmes psychologiques.

De nombreux malades atteints de ces pathologies, souffrent psychologiquement, souvent à cause de l'incompréhension de nombreux professionnels de santé, ou de leur entourage parfois; beaucoup en viennent inévitablement à la dépression!

Nous avions pensé à une idée de sujet, mais si vous acceptez ce projet, nous vous demanderions de nous guider pour savoir dans quelle section le mettre, puisque nous ne connaissons pas complètement l'organisation de votre forum.

Je me permets de vous proposer le sujet auquel nous avions pensé: "Plusieurs personnes souffrant de Spondylarthrite Ankylosante (SPA) ou de Fibromyalgie (Fibro) s'interrogent sur la nécessité d'un suivi psychologique"

Je souhaite de tout cœur pouvoir, au travers de cette discussion rapprocher nos communautés, ne serait-ce que pour mieux se soutenir les uns les autres dans nos malheurs respectifs...

Très amicalement

Début de la discussion - 01/10/2012

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le
Bon conseiller

Alfira

Merci beaucoup pour cette proposition de sujet, je trouve vraiment intéressant de pouvoir échanger sur ce sujet

C'est vrai que la dépression et les pathologies comme la SPA et la fibro, sont assez étroitement liées

Dans le cas de la fibro, il arrive parfois quelle soit déclenchée au cours d'une dépression ou à la suite d'un choc émotionnel violent

La dépression, vient à son tour aggraver la fibro et elle augmente beaucoup l'intensité des douleurs

Pour certaines personnes, effectivement, un suivi psy devient vraiment nécessaire car il permet d'évacuer les choses et de parvenir, petit à petit à accepter l'annonce du diagnostic

La fibro et la SPA, remette tellement en cause notre vie d'avant, que c'est un peu comme si le ciel nous était tombé sur la tête

A mon avis, ton post est au bon endroit et on peut continuer à échanger ici, si l'administrateur pense autrement, il le déplacera

Il serait intéressant que des personnes qui ne souffrent ni de fibro ni de SPA, viennent maintenant donner leur avis

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le

Bonjour les filles,

Excusez-moi de vous avoir fait faux bon hier soir, mais douleurs insupportables à 20 h et je suis allée au lit.....

Je pense moi aussi que ce sujet est important : je n'ai que la fibro, c'est déjà une chose invalidante, je n'ose imaginer les personnes comme dargent ou d'autres personnes qui ont en plus la SPA ...

Par contre, la dépression est arrivée bien avant la fibro chez moi, en 1979, 33 ans déjà !!!! Au début, évidemment, on me prenait pour une comédienne et que je le faisais exprès pour quitter le lycée, j'étais en 1ère année de BTS : mais j'ai été obligée de tout arrêter car j'étais dans un état lamentable !!!!!! des pleurs du lever au coucher, ou je voulais tout oublier et je dormais.....

Depuis cette dépression ne m'a jamais quitté, car avec les soucis, Dieu sait que j'en ai eus,  la discopathie opérée en 2002, puis les douleurs diffuses dans un premier temps, puis intenses avec des poussées : tout cela fait que les personnes atteintes de fibro, sont dépressives  Attention, ce n'est pas la dépression qui m' a provoqué la fibro !!!!!!! Pas du tout, j'ai eu des gros soucis à gérer, j'ai assuré le mieux que j'ai pu et les douleurs sont arrivées sans que je les demande , évidemment.....

A l'heure actuelle, j'ai essayé des tas de psy, et aucun ne me convient car aucune relation, aucune parole, que des traitements pour vous mettre KO, type valium, temesta et compagnie...

Par contre, j'ai rencontré une psychothérapeute au CAD de Marseille où je suis suivie qui est fantastique !!!!! L'inconvénient , c'est que je ne la vois que lorsque je suis en cure de 7 jours. C"est elle qui m'a permis de déverser tous mes probèmes et de trouver quelques solutions pour avancer dans ma vie et retrouver une sérénité perdue depuis bien longtemps !!!!!!!

Voilà ce que je peux dire sur mon cas personnel et j'invite d'autres personnes à venir témoigner de leur suivie et de leur thérapie : cela pourrait faire avancer ce problème qui représente une pathologie de plus dans la fibro, Amitiés

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le
Bon conseiller

Urphée

Merci pour d'être venue nous donner ton témoignage sur la façon dont la dépression impacte ta vie

Je vois que tu as eu un parcours très difficile pour parvenir à trouver un psy avec lequel tu puisses vraiment échanger, et ne pas avoir uniquement des médicaments

De mon côté, j'ai vraiment eu la chance de trouver une psychiatre vraiment super, elle m'a énormément aidée, grâce à elle, j'ai pu me sortir d'une dépression sévère qui a nécessité plusieurs hospitalisation, j'ai pu ensuite reprendre une vie normale

Elle ne se bornait pas à me donner des traitements, et même s'ils étaient par moments indispensables, on avait tout le temps un réel dialogue. C'est vraiment cet échange qui m'a aidée à me structurer

Par contre Urphée, je n'ai pas une SPA et une fibro, mais une fibro et de l'arthrose diffuse

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le

Excuse-moi, j'ai dû confondre avec quelqu'un d'autre, quoi qu'il en soit, l'arthrose diffuse n'est pas drôle du tout, non plus!!!!!

C'est super d'avoir trouver une psy compétente , je crois que c'est très rare, alors profites en , et laissse toi aller!!!

 on en a besoin dans des cas comme les nôtres, bonne journée, Amitiés

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le
Bon conseiller

Malheureusement, cette psy, j'ai dû la quitter lorsque j'ai déménagé

Je ne peux pas encore trop parlé de la nouvelle, car je ne l'ai vu qu'une seule fois

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le

Bonjours à tous, je pense qu'un psy j'en aurai eu réelement besoin de 10 à 28 ans, victime d'inseste, je n'ai jamais eu un comportement "normal" j'ai subis plusieurs crises de spasmophilie dans l'adolecence sous XANAX très longtemps avec un temperament tjs triste et bourré de trouble obsetionnels. Mais sans jamais avoir d'idées morbides etc .. Quand j'ai perdu mon beau père "le papa de mon mari" je pense que atteinte de nouveau psychologiquement je n'ai pas pu garder mon "secret" dans l'heure de l'annonce (j'avais 28 ans) ma maman m'a conduis chez notre doc "je n'arreter pas de "vomir" et ceci au moins pdt 3jours. Après m'avoir avoué "j'm'en douté' il m'a conseillé de consulter mais je pense qu'après avoir "craché le morceau" j'irai mieux et j'allais mieux. Ce sont + les dommages collatéraux qui sont pénibles "sale" d'où mes TOC et la maniaquerie "bonne à rien" "pas le droit de souffrir" "sembler parfaite"

La fibro je pense en souffrir depuis très longtemps j'ai été platrer bon nombres de fois, nb chutes, soif "3 l d'eau/jrs" au moins, terreur nocturnes, comme grippé tout le temps, etc mais j'ai tjrs mis ceci sur le dos de "l'inseste" qui m'avait détruite. Donc à longueur de journée je m'insulter "mais remus toi, si t'as mal c'est de ta faute etc .. je ne vous parle pas de mon agressivité envers les autres je passe du rire à la crise de nerf en 1 sec. Ma maman m'a avoué qu'elle avait l'impression d'avoir affaire à 2 personnes, une fois tendre et joyeuse, ou veritable tiran "ange et demon". Elle m'excuser en pensant que c'etait du aussi au passer (elle a un grand sentiment de culbabilité on comprend toute pourquoi !)

Maintenant que "la Fibro" est tombé je me sens comme libéré, difficile à avaler mais, libéré, Non je ne suis pas débile ni atteinte psychologiquement, je ne suis ni fénéante, ni méchante, Dans ma tête je suis heureuse, j'ai envi de vivre, je n'ai ni rancoeur, ni haine (pour haïr il faut aimer) je vie avec c'est tout. Je crois sincérement au jugement dernier. Non il ne m'a pas détruite, je vais bien, j'ai mal, mon corps à mal mais je vais bien. Il faut juste que je travaille sur mon comportement envers moi me laisser aller, et lacher prise, j'ai envi d'être serrer dans les bras, de mon mari, de mes parents "oui j'ai un papa de coeur, et grace à lui, je sais que la nature humaine n'est pas si terrible" mes enfants, mais j'ai si mal....

Donc pour moi la depression , c'est de ne pas arriver à mettre des mots sur ses maux, j'y arrive, je ne sais pas comment mais j'y arrive, encore faut il être bien entouré, depuis quelques jours j'ai beaucoup plus mal qu'avant, mais paradoxalement je me sens moin crispè, comme moins de poid sur les épaules je pense que j'avannce, je suis tout à fait d'accord sur le fait que le silence nous détruit qu'il faut à tout prix se "vider" que ce soit avec un proche, un ami ou avec un psy....

Si mon temoignage à pu vous aider, comme vous le faites depuis 1 semaine, j'en serrai ravi

encore merci à vous

amicalement sofi

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le
Bon conseiller

Fleur

Merci beaucoup pour ton témoignage émouvant

En le lisant on  peut voir à quel point tu as pu souffrir pendant la période où tu n'avais pas pu mettre des mots sur ce que tu avais

C'est vrai que la fibro fait vraiment beaucoup de dégâts

J'ai eu un parcours un peu comme toi, j'ai fait de la dépression avant d'avoir la fibro, il y a 10 ans j'ai eu de très grosses douleurs au niveau du dos, mais cela a été totalement nié par les med de l'époque et ils ont carrément dit à ma mère que tout était dans ma tête et que je n'avais rien

Au lieu d'être suivie correctement en rhumato, je me suis retrouvée en clinique psy

Je suis contente de voir que maintenant que tu sais ce que tu as, tu le vis beaucoup mieux malgré toutes les douleurs et tous les symptômes que tu as

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le
Bon conseiller

Bonjour à toutes et à tous,

Pour ma part, je ne suis pas heureuse dans ma tête car elle est toujours remplie de tellement de soucis qui ne se règlent que difficilement et en me "bouffant" énormément de temps et d'énergie.
Quand j'arrive à régler un problème, il y en a encore plein derrière et d'autres se greffent tout le temps et je n'arrête jamais d'essayer de trouver des solutions et cela m'épuise moralement en plus des douleurs physiques qui m'épuisent aussi.

J'avais trouvé, il y a quelques années, une psy qui était bien mais quand je m'en suis rendue compte ; c'était trop tard, elle n'avait plus de place pour moi.
J'ai fait la bêtise d'arrêter quand elle m'a dit que mes problèmes de santé provenaient de mon travail car je lui ai répondu que, étant seule, je ne pouvais pas faire autrement que de travailler (ce qui est d'ailleurs vrai, je ne vois pas comment je pourrai vivre sans travailler quand je vois les difficultés pour obtenir les prestations MDPH et Sécurité Sociale).

Celle que j'ai depuis février 2012 est pas mal mais je n'arrive à lui parler que de mon quotidien envahi de soucis et pas des attouchements que j'ai vécus par un autre enfant quand j'avais environ 9 ans puis par un groupe d'adultes quand j'avais 17 ans car je n'ai jamais le temps de lui parler de cela avant la fin de la séance.
Promis, je vais essayer de le faire demain soir quand je la verrai.

J'ai plutôt l'impression que ma fibro est plus importante pour moi et que je suis dépressive car je souffre beaucoup physiquement.
Depuis hier après-midi, j'ai une boule dans la gorge et mal au ventre et je pense que c'est à cause du fait que je veux parler à ma psy de ce qu'il s'est passé dans mon enfance
(je n'ai réussi à en parler qu'à 40 ans passé avec une dame avec qui j'étais restée plusieurs fois 3 heures à discuter, qui était magnétiseuse mais pas psy et c'est seulement à partir de là que j'ai réussi à en parler à mes proches mais jamais je n'ai réussi à en parler à une psy).

En plus, bien que je le sache, je n'arrive pas à me mettre dans ma tête que je ne guérirai jamais et que cela va être de pire en pire. J'espère encore bien que je sache que cela me fait plus de mal que de bien d'espérer mais je n'y arrive pas !!!

Amitiés.

Les problèmes dépressifs des malades atteints de spondylarthrite et de fibromyalgie


Posté le
Bon conseiller

Angelina

Comme toi, au début je n'arrivais pas du tout à accepter cette foutu maladie, lorsque le med m'a dit après avoir expliqué que j'avais une fibro, que c'était incurable, c''était comme si le ciel m'étais tombé sur la tête

Je suis resté dans le refus pendant pas mal de temps, et cela a aggravé ma dépression

Petit à petit en parlant avant ma psy, j'ai compris que tant que je n'aurais pas réussi à l'accepter, je serais toujours aussi mal et que j'aurais toujours aussi mal

Ce n'est qu'à partir du moment où je suis parvenue à lâcher prise, que j'ai commencé à être un peu mieux

La douleur était bien sûr toujours présente, mais elle était un peu moins vive

Cela n'empêche que je suis consciente que je ne peux pas me passer d'un suivi psy, car même si j'ai accepté la maladie en elle même, j'ai encore du mal à encaisser tous les effets dévastateur quelle a eu dans ma vie

Discussions les plus commentées