Dépression et acupuncture

L’usage des médecines alternatives, et plus particulièrement de la médecine traditionnelle chinoise, est de plus en plus répandu et son impact au niveau sanitaire est de plus en plus important.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

L’usage des médecines alternatives pour accompagner le traitement de la dépression est de plus en plus répandu.

L’acupuncture est une technique de médecine chinoise, qui est basée sur la notion de circulation d’énergie. Le corps humain y est considéré comme un ensemble dynamique, constitué d’un mouvement d’énergie harmonieux. La maladie apparaît lorsqu’il existe une rupture ou des obstacles à cette circulation. L’acupuncture, à l’aide de fines aiguilles déposées à des emplacements particuliers, permet de rétablir une circulation harmonieuse. Cependant, le traitement par acupuncture ne se limite pas à l'utilisation d'aiguilles, elle peut également inclure d’autres techniques, telle que la digitopression (on exerce une pression avec les doigts au niveau de points d’acupuncture). En France, l’acupuncteur doit obligatoirement être titulaire d’un diplôme de docteur en médecine. Il doit également suivre une formation adaptée afin de pouvoir exercer.

L'acupuncture peut être mise en place pour un nombre limité de pathologies et pour lesquelles le traitement par acupuncture s'est avéré utile et efficace.

Elle ne doit pas être utilisée dans le traitement de fond de la dépression. En effet, il n’existe pas aujourd’hui d’études démontrant l’efficacité de l’acupuncture sur la dépression. Toutefois, dans certains cas, elle peut être associée à un traitement antidépresseur classique, en thérapie complémentaire. De plus, toute suspicion de dépression nécessite un avis médical avant tout.

L’acupuncture, après consultation, peut également être utilisée dans le traitement de l’anxiété légère ou pour des « soucis excessifs » (préparation de concours, d’examens scolaires par exemple).

En savoir plus sur l'acupunture

Il n’existe pas de contre-indications absolues pour l’acupuncture. Néanmoins, pour des raisons de sécurité, dans certaines conditions et pour certaines pathologies, l’utilisation de l’acupuncture doit être évitée.

- la grossesse : l’acupuncture peut provoquer des fausses-couches et ne doit donc pas être pratiquée au cours de la grossesse ;
- urgences médicales et interventions chirurgicales ;
- tumeurs malignes ;
- troubles hémostatiques : l'utilisation d'aiguilles doit être évitée chez les patients présentant des problèmes de coagulation ou chez les personnes sous traitement anticoagulant.

De plus, malgré le fait que l’acupuncture ne représente pas un risque important pour la santé, il est important qu’elle soit réalisée dans de bonnes conditions et par des personnes compétentes. Il existe, au même titre que pour une injection intramusculaire ou sous cutanée, un risque d’infection. Ainsi, un certain nombre de règles d’hygiène concernant notamment l’environnement de travail, les sites de piqûres ainsi que le matériel utilisé doivent être respectées.

Avant tout traitement, il est indispensable de demander conseil à son médecin afin d’être orienté vers un professionnel de santé qualifié et possédant la double compétence médecin/acupuncteur.

Article rédigé par Antoine SCHUSTER, Pharmacien chez Carenity

Sources : OMS

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire