Psychothérapie et dépression

Pour que le traitement de la dépression soit un succès, un traitement d'accompagnement doit être mis en œuvre. Tel est le cas de la psychothérapie.

En accompagnement d’un traitement médicamenteux pour la dépression, il est fortement recommandé au patient de suivre des entretiens cliniques de soutien auprès d’un psychiatre, voire des séances de psychothérapie. Celles-ci permettent d’identifier et comprendre le ou les facteurs dépressogènes, de gérer la maladie, de réduire les symptômes, voire d’en venir à bout. Plusieurs séances sont nécessaires en fonction du profil de personnalité du patient, de la sévérité de la dépression et de l’action des médicaments. Les psychiatres et les psychologues aptes à assurer cette prise en charge proposent un cadre particulier et des modes d’intervention différents : reformulation des problèmes exposés, interprétations, exercices individuels.

Bénéfices de la psychothérapie sur l'état dépressif

Il est important d’informer le patient des bienfaits des antidépresseurs mais aussi de la psychothérapie. Le malade dont l'histoire personnelle et les souffrances psychologiques ne sont pas prises en compte risque fort de se retrouver livré à lui-même, isolé et anxieux devant ses boîtes de médicaments.

Selon le cas, une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut être envisagée, avec ou sans antidépresseurs. L’objectif du thérapeute est alors d’analyser les situations ou les symptômes qui accompagnent la dépression. Il repère ainsi les pensées et automatismes dévalorisants comme l’angoisse et les phobies. En s’appuyant sur une grille d’analyse, le patient travaille tous les sentiments négatifs qui l’assaillent. Le thérapeute convient avec lui d’un calendrier de tâches progressives qui lui permet d’appréhender la situation autrement et de se libérer peu à peu de ses pensées dépressogènes. Au fur et à mesure des séances, le patient cerne de mieux en mieux les problèmes sur lesquels il agit directement. Les TCC permettent des progrès rapides qui renforcent la personnalité et rendent moins sensibles aux accès dépressifs.

Article rédigé sous la supervision du Dr. Isabelle AMADO, médecin psychiatre, praticien hospitalier Service du Professeur Olié au CH Sainte Anne à Paris, Coordinatrice du Centre d’Evaluation et de Recherche Clinique (CERC) et Responsable du Centre Référent en Remédiation cognitive et Réhabilitation Psychosociale.

Sources :
- OMS
- France Dépression

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire