Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/epilepsie.jpg

Patients Epilepsie

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

Je viens de tomber sur un article intéressant issu de "Allo Docteur" :

Arrêt des crises pour 30% des patients : Les thérapies cognitivo-comportementales efficaces dans les crises non épileptiques psychogènes, par le Dr Irène Drogou (le 04.03.2019)

Les crises non épileptiques psychogènes (CNEP), la troisième cause de malaise avec perte de connaissance, entraînent une stigmatisation et une forte anxiété anticipatoire chez les patients concernés. 

Pourtant, des solutions existent, comme s'en est fait l'écho le colloque « Épilepsie et émotions: prendre le contrôle de ses crises » à l'Institut du Cerveau et de la Moelle (ICM) le 18 février.
« Avoir fait une Crise Non Epileptique Psychogène (CNEP), et non une crise épileptique, est une bonne nouvelle, a insisté la Dr Coraline Hingray lors du colloque Épilepsie et émotions à Paris. L'annonce du diagnostic est déterminante pour la suite, près de 30 % des patients ne font plus de crises. Il faut arrêter de stigmatiser et changer de regard sur les CNEP ».

Des ressources* (sites internet, plaquettes de la réponse du psy, guides) existent pour expliquer et faire connaître cette pathologie méconnue des médecins, y compris des spécialistes. « La psycho-éducation et les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) donnent des résultats solides », a-t-elle souligné.

Une approche structurée, la méthode de Curt La France reconnue sur le plan international, s'est révélée efficace dans des essais randomisés : diminution de la fréquence des crises, qualité de vie, amélioration de la dépression et de l'anxiété et du fonctionnement psychosocial. Deux guides*, l'un pour le patient, l'autre pour le thérapeute, sont disponibles en France.

 3e cause de malaise avec perte de connaissance

Les CNEP ressemblent à l'épilepsie à s'y méprendre : 

- crises convulsives, perte de connaissance, perte d'urine. 

C'est la 3e cause de malaise avec perte de connaissance. 3/4 des patients sont des femmes. Le diagnostic est difficile à poser et nécessite un enregistrement EEG d'une crise. 

La pathologie touche 100 000 à 150 000 patients en France

« L'atteinte est fonctionnelle mais pas lésionnelle, a expliqué la psychiatre du CHRU de Nancy. C'est un trouble dissociatif paroxystique brutal où le cerveau déconnecte. Près de 75 % des patients rapportent un stress post-traumatique ».

Pour illustrer l'atteinte fonctionnelle, la psychiatre nancéenne utilise l'image d'une table de mixage où les boutons de réglage sont tournés au maximum. Le mécanisme dissociatif, qui est un mécanisme de préservation, va se déclencher de manière chronique et pathologique, à la faveur d'un stress ou d'émotions auxquels le patient ne peut pas faire face.

 Lutter contre l'anxiété anticipatoire

Alors que les médicaments ne sont d'aucune utilité, l'imprédictibilité des crises peut finir par « grignoter la vie » par anxiété anticipatoire envahissante, qui pousse petit à petit le sujet à se couper du monde. « Les patients sont renvoyés de neurologues en psychiatres sans réelle prise en charge, a déploré Coraline Hingray. Ce sont des patients ping-pong ». Pour la psychiatre nancéenne, le traitement doit avant tout être émotionnel. « Il s'agit de travailler sur les facteurs et émotions prédisposants, précipitants et perpétuants de ces crises », a-t-elle expliqué. La méthode LaFrance, notamment à l'aide d'un agenda des crises, aide les patients à identifier les émotions et les facteurs déclenchants, par exemple des difficultés relationnelles, des souvenirs de violences subies, des stress quotidiens.

Les patients sont également invités à identifier leur aura précise et à mettre en place des stratégies. 

 Différents exercices pour reprendre le contrôle de ses crises peuvent être mis en place : augmenter sa vigilance et son attention, - par exemple en comptant à l'envers ou en se concentrant à taper sur l'ordinateur -, ou encore des techniques d'autohypnose, - par exemple visualiser les boutons des émotions, la jauge d'énergie, le bouton d'alerte - ou des exercices d'ancrage d'ici et maintenant.  

« Les patients doivent s'entraîner à éviter d'éviter, a insisté Coraline Hingray. Il ne faut pas se faire voler sa vie par la peur ».

Traiter les crises (non) épileptiques. Guide pour le thérapeute. 
Prendre le contrôle de vos crises (non) épileptiques. Guide pour le patient. 
W.Curt LaFrance et al. Traduits par Corlaine Hingray et Wissam El-Hage. 
Les crises non épileptiques psychogènes. Savoir pour guérir. La réponse du psy. Dr Coraline Hingray.

Dr Irène Drogou

Dans l'épilepsie aussi, des thérapies non médicamenteuse

Les liens entre épilepsie et troubles psychiatriques sont bi-directionnels et les émotions peuvent jouer un rôle dans la survenue des crises.  Comme pour les CNEP, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC), dont la méthode Curt LaFrance, peuvent être proposées dans l'épilepsie. Les résultats sont positifs mais moins probants que dans les CNEP. « Il ne faudrait pas culpabiliser les patients qui n'y arrivent pas », met en garde le Pr Philippe Derambure, neurologue au CHRU de Lille. Certains patients semblent capables de contrôler la survenue de certaines de leurs crises mais« cela ne convient pas à tout le monde », indique-t-il.

Les TCC aident à améliorer la qualité de vie et les symptômes anxiodépressifs. « Le sentiment d'imprédictibilité et de manque de contrôle est quelque chose de très difficile à vivre », souligne le Dr Jean Arthur Micoulaud, psychiatre au CHRU de Bordeaux.

D'autres approches non médicamenteuses sont à l'étude dans l'épilepsie, comme - la méditation pleine conscience,- le biofeedback. 

Cette dernière méthode testée à Marseille consiste à apprendre au patient à faire baisser le seuil épileptogène, via le contrôle de sa conductance cutanée. 

« Les premiers résultats sont surprenants", indique Iliana Kotvas.  "Le contrôle effectif des crises n'a pas changé, mais la qualité de vie est meilleure, de même que le contrôle perçu et un sentiment d'auto-efficacité ». 

La neuro-stimulation (rTMS, tDCS) est une autre piste intéressante en développement dans l'épilepsie focale 

Source : Le Quotidien du médecin n°9729 
PAR Dr Irène Drogou

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

Bonjour, je suis touché par plusieurs sortes de crises sans compter les migraine toute la journée je ne sais plus quoi faire et ou j en suis mais c'est un désastre surtout quand je dois expliquer ma situation à mon neurologue comme hier matin jusqu au soir malgré la prise de mon traitement et 1 doliprane 1000 impossible de calmer la migraine mon appareil se déclenchait continuellement ma gorge contracté ainsi que mon cerveau si quelqu'un peut me rassurer ou me guider merci 

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

@samia.y‍ je dirais qu'il y a 3 ou 4 médicaments principaux pour traiter les migraines. Franchement, on ne traite pas une migraine par un Doliprane 1 000 ! Il faut prendre le traitement pour la migraine que vous a prescrit votre neurologue, au plus tard 1/4 d'heure après les premiers signes. Donc il faut TOUJOURS en avoir un comprimé sur vous.

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

juste une précision @samia.y‍ il n'y a AUCUN rapport entre la migraine et l'épilepsie, vous n'êtes pas migraineuse parce que vous êtes épileptique, et vous n'êtes pas épileptique parce que vous êtes migraineuse.

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

Si justement souvent après une crise pour moi personnellement c'est une des séquelle parmi d'autres 

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

@samia.y‍  C'est vrai qu'il n'y a pas 2 épileptiques semblables ! c'est tout ce qui fait la richesse de cette pathologie !

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

@samia.y‍ après chacune de mes crises, j'ai toujours été à la masse, dormant dans les 10 h non stop !

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

On me donne rien pour les migraine j ai juste le droit au doliprane j ai pas le choix malheureusement 

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

@samia.y‍ ben alors,  autant faire l'économie du DOLIPRANE, parce que pour les migraines, ça fait vraiment QUE DALLE !

Mieux comprendre l'épilepsie : quelles sont les différentes crises ?


Posté le

Moi, pour les migraines, on m'avait prescrit du Profémigre. Ce qui m'a valu 4 ulcères à l'estomac et une anémie à 3.8.  Donc les urgences à l'hôpital avec transfusion de 4 culots de sang. Mon médecin traitant m'a carrément dit : "Je ne pensais pas te revoir."

Discussions les plus commentées