Le diagnostic de votre asthme

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/asthme.jpg

Patients Asthme

Le diagnostic de votre asthme


Posté le
Bon conseiller

Depuis que je suis ici, je n'ai plus rien du tout, et même pas besoin de traitement en plus du xyzal que je prends toute l'année

Le diagnostic de votre asthme


Posté le
Bon conseiller

Venez à votre tour témoigner sur la façon dont on a diagnostiqué votre asthme

Le diagnostic de votre asthme


Posté le
Bon conseiller

Bonour Ninalyne,

Cette photo a été prise dans le Galibier ?

Le diagnostic de votre asthme


Posté le
Bon conseiller

J'ai vu que vous aviez mis un lien Carenity sur votre page, Merci à vous !

Le diagnostic de votre asthme


Posté le

En début d'année, j'ai fais une mauvaise grippe et ce jusqu'à mon hospitalisation en juin dernier, je faisais des bronchites à répétitions.

Après plusieurs examens, aucuns cancers ou autres maladies de ce genre n'a été décelé, mais par contre, le pneumologue m'a diagnostiqué un asthme tardif qui se serait déclenché inévitablement  un jour ou l'autre, étant donné que du côté de mon paternel, il y a plusieurs cas infectieux  : (oncles, cousins...)

Mon état s'est stabilisé moyennement on va dire suite à un traitement d'appoint qui m'a été prescrit, mais malgré cela, je suis toujours essoufflé dès que je fais la moindre besogne, et quand j'en fais trop, j'ai une de mes bronches qui enfle, je sens comme une boule. Cela me gêne et c'est sensiblement douloureux.

Je suis très vite fatigué également, je me couche plus tôt le soir, après toute une journée à faire les tâches ménagères quotidiennes, plus mon travail le soir de quelques heures, je ne me sens bien que dans mon lit.

Un test à l'effort  a été effectué et le cardiologue n'a  décelé aucune anomalie cardiaque mais  il m'a conseillé une rééducation respiratoire car mon diaphragme est complètement déboussolé.

Après 30 ans de cigarettes, je n'ai rien au coeur ni aux aux poumons, mais j'ai mes bronches très infectées.

J'ai arrêté la cigarette quelques semaines et j'ai grossis de 10 kilos car je compense en mangeant des gâteaux, mais ces derniers temps je refume occasionnellement.

Je revois le pneumologue fin Septembre et on verra ce qu'il décidera. Car avant ma sortie à l'hôpital, il m'a informé que si mon état ne s'améliorait pas plus que ça, je devrais être sous oxygène constamment. Et mon médecin traitant de rajouter que j'étais loin d'être tiré d'affaires. Rassurant, non ?...

Nous n'avons qu'une vie et la mienne n'est pas des plus réjouissantes, mais là je me tairais...

Alors je ne me prive plus, j'en profite. Au diable les préjugés sur la cigarette, l'alcool ou autres méfaits. Je reste dans le raisonnable quand même, je contrôle la situation.

Bonne chance à tous et à bientôt.

Amitiés.

Le diagnostic de votre asthme


Posté le

Bonjour à Tous

Je suis un papa divorcé d'un petit garçon Quentin, à qui la mère via ses réseaux médicaux a :
1. tout d'abord fait prescrire de la ventoline à mon fils, et ce de façon régulière, alors qu'il n'avait jamais eu de problèmes respiratoire, ni sifflement.
2. alors que je m'adressais à ce médecin prescripteur, généraliste pour qu'il justifie un tant soi peu cette ventoline, le médecin a envoyé mon fils - 5 ans à l'époque au CHU de Poitiers. Là et à ma plus grande surprise le médecin, cette fois-ci pneumologue a prescrit sur Quentin du symbicort !
3. j'ai réussi à avoir en ligne à 3 reprises ce médecin, qui après m'avoir pris de haut à accepté de me transmettre les courbes EFR.
4. Entre temps et sur conseils d'une cousine pédiâtre qui était stupéfaite, j'ai présenté mon fils à un pneumologue, au centre médical spécialisé de l'enfant ( car les poumons des enfants sont spécifiques car petits ). La spécialiste qui a ausculté mon fils sous toutes les coutures et entrepris des tests respiratoires était stupéfaite, car visiblement il n'avait rien !!! Néanmoins et eu égard à ce que l'on avait accoutumé mon enfant à ce produit, que c'était le début de l'hiver et qu'il fallait ménager la susceptibilité du service de Poitiers, il convenait de PROGRESSIVEMENT cesser cette prise de médicament. Ce spécialiste fit d'ailleurs un courrier en ce sens au CHU de Poitiers.
5. depuis, ce service - sans me fournir AUCUNE explications et justifications que je pourrais soumettre à d'autres experts - a poursuivi l'administration de symbicort, dont les effets sont très forts.

C'est dans ces conditions que j'ai notamment alerté l'ARS de Poitiers, qui ne m'a jamais répondu.
En définitive, je suis convaincu que c'est la mère qui, elle -même et durant de longues années sous psychotropes - a au départ a fait pressions sur la généraliste, qui devant ses erreurs a fait jouer son réseau. Si ceci était établi ce serait REVOLTANT. Mais déjà ne pas être mis devant le fait accompli par un médecin, au vu d'une seule ordonnance de médicaments, et sans jamais consentir à donner plus d'éléments sur ce qui l'a conduit a ordonner de telles prescriptions c'est époustouflant, si ce n'est pire.

En conclusion et pour l'anecdote, j'ai souhaité intervenir dimanche dernier sur M6, à l'émission Zone interdite. Le thème était : "ces médecins incompétents, Notaires et promoteurs véreux ... Je leur ai fait CONFIANCE !". En ce qui me concerne, je complèterai en disant que la quasi majorité de ces personnes font un travail magnifique. Le seul bémol c'est une certaine lâcheté, qui consiste à accorder une totale IMPUNITE à ces quelques minorités qui trahisse notre confiance et qui détruise au quotidien notre lien social. Un ancien Magistrat me confiait que c'était justement pour passer le message corporatiste en ce "qu'ils seraient justement intouchables ! " ....

Enfin et au besoin, je précise puisque l'on est encore dans un état de droit, que je détiens aussi l'autorité parentale sur mon fils.

Très Cordialement.

Mr [modéré par l'administrateur] François

Tel : [modéré par l'administrateur]

Le diagnostic de votre asthme


Posté le

Bonjour pour moi quelques jours avant la naissance de mon fils en 1986

Le diagnostic de votre asthme


Posté le
Bon conseiller

Bonjour et désolé d'avoir perdu de vue pendant quelques temps ce sympathique forum d'échange.

Pour ma part l'asthme a été détecté suite à une grimpette un peu pentue dans le Jura en 1993 et où, arrivé en haut dans le brouillard , je me suis écroulé sans pouvoir retrouver ma respiration. J'ai immédiatement consulté et on m'a détecté un "asthme d'effort". En réalité il s'agissait des premiers signe d'un asthme sans doute installé depuis longtemps puisque un praticien l'a qualifié de congénital. Depuis cette date il ne me quitte plus et je dois dire qu'il vient subitement de s'aggraver. J'ai subi une biopsie (peu agréable) qui a révélé une infection à base de pneumocoques. Un récent scanner à juste mis en évidence une bronchectasie et quelques troubles ventilatoires. Rien de grave donc ...mais une infection à maîtriser. J'ai 68 ans et je vis avec cette gêne sans m'obnubiler pour autant. Il a fallu une toux persistante dont j'avais moi-même constaté qu'elle était infectieuse pour que je m'inquiète. Je sais pourtant qu'il ne faut pas jouer avec l'asthme et les poumons car cela peut être gravissime...mais je reste optimiste et tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir

Le diagnostic de votre asthme


Posté le
Bon conseiller

Mylène 02 j'ai lu avec beaucoup d'attention ton témoignage car il ressemble au mien. Parents asthmatiques (mais à l'époque, par pudeur excessive, on n'en parlait pas aux enfants ce qui fait que j'ai dû le déduire de mes souvenirs au lieu d'être prévenu pour anticiper) et fumeur passif à l'époque où on n'interdisait pas de fumer dans le lieu professionnel (3 fumeurs invétérés autour de mois) ....résultat déclenchement de l'asthme à 40 ans alors que j'étais devenu moi aussi fumeur actif !! Moi aussi j'avais perdu une très forte partie de ma capacité respiratoire et j'étais à la limite extrême d'être sous assistance respiratoire permanente. Je me suis arrêté de fumer, j'ai fait un effort très difficile pour perdre du poids, j'ai pris très régulièrement mon traitement....25 ans après j'ai toujours de l'asthme et de la dysplasie bronchique mais je ne suis plus en incapacité respiratoire qui s'est très sensiblement amélioré. Je draine mes bronches avec une séance de kiné respiratoire par semaine, et je n'hésite pas à utiliser les  dès infection. Je puis dire aujourd'hui que je vis normalement avec de l'asthme et une bronchite chronique.

Je ne sais pas si le tabac a détérioré mon état dans la passé...mais je sais que si j'avais continué à fumer j'aurai terminé comme mon beau frère qui ne pouvait plus marcher sans étouffer !!

Alors je suis d'accord pour dire que chacun fait ce qu'il vaut de sa vie (sans oublier quand même qu'en France nous devons  le remboursement de nos soins à la collectivité nationale !!). C'est pourquoi je ne partage pas vraiment votre propos :"Alors je ne me prive plus, j'en profite. Au diable les préjugés sur la cigarette, l'alcool ou autres méfaits. Je reste dans le raisonnable quand même, je contrôle la situation."

Nous ne pouvons pas dire que ce sont des préjugés mais des informations scientifiques. On peut les traiter par l'indifférence, mais ne laissons pas croire à nos amis malades ici que ces informations prouvées médicalement sont des préjugés. Ne pas se soigner c'est s'exposer à ce que dit votre médecin "une assistance respiratoire" que nous pouvons éviter avec un peu de discipline. Aidons nos amis malades ici à trouver le courage des suivre un traitement pour améliorer la situation ...plutôt que de marcher vers une aggravation par insouciance. Le temps des regrets arrivent trop tard .... et avec violence !

Cordialement

Discussions les plus commentées