Crise d'asthme : que faire ?

La crise d'asthme est caractérisée par une respiration difficile et bruyante, accompagnée d’un sifflement et dans les cas les plus graves, d'une coloration bleuâtre des muqueuses. Que faire et comment aider le patient pendant cette situation ?
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

La crise d’asthme se manifeste principalement chez les personnes qui sont affectées de maladies chroniques de l’appareil respiratoire et qui souffrent de maladies allergiques.
C’est pour cette raison que ces personnes sont généralement préparées, psychologiquement mais aussi d’un point de vue médical, à affronter ce genre de situation.

Les principaux symptômes d’une crise d’asthme sont : une respiration difficile et bruyante, accompagnée d’un sifflement caractéristique durant l’expiration, une toux sèche, une anxiété, des sueurs froides et dans les cas les plus graves, la coloration bleuâtre des ongles et des muqueuses.

Dans ce cas-là, il est nécessaire d’aider la personne à maintenir la position la plus adéquate pour faciliter la respiration : il faut alors l’assoir avec le dos bien droit et les genoux repliés contre le dossier d’une chaise par exemple ; si l'endroit est clos, il faut ouvrir les portes ou fenêtres pour aérer la pièce ; il est aussi nécessaire dans la plupart des cas d’aider la personne souffrant d’une crise d’asthme, à prendre les médicaments qu’elle a à disposition contre ses crises d’asthme, et consulter un médecin si la crise perdure.

Que faire en cas de grave crise d’asthme ?

Une crise d’asthme plutôt grave et improvisée peut effrayer le patient et ses proches. Dans de nombreux cas, le médecin prescrit des inhalations d’un bronchodilatateur ou d’un stéroïde.

Dès le début des premiers signes de crise d'asthme (essoufflement, oppression thoracique, toux...), il convient d'effectuer deux bouffées (si le traitement est un aérosol-doseur) ou une inhalation (si le traitement est un inhalateur de poudre) d'un bronchodilatateur béta-2 mimétique d'action rapide, en même temps que de supprimer les facteurs déclencheurs éventuels: par exemple éloigner un animal dont les poils peuvent être responsables de la crise. 

Si cette première action est insuffisante, reprendre deux bouffées d'aérosol-doseur ou une inhalation de poudre. 

Un quart d'heure plus tard, si les symptômes n'ont pas disparu, on peut de nouveau prendre deux à quatre bouffées d'aérosol ou une à deux inhalation de poudre. 

Une crise simple doit normalement d'arrêter à ce stade. Si malgré cela, la crise résiste au traitement, il s'agit alors probablement d'une crise d'asthme dite "sévère", il faut alors appeler un médecin sans attendre, multiplier les doses de bronchodilatateur (un surdosage léger dans ce cas est généralement bien toléré et entraîne simplement des palpitations/tremblements) et prendre des corticoïdes en comprimés (dose adaptée à celle prescrite par le médecin). 

Si l'état de s'améliore toujours pas, ou si d'emblée le patient présente une véritable sensation d'étouffement, ou encore s'il est ou est devenu bleuâtre, d’une pâleur inhabituelle ou encore froid et transpirant; il faut considérer qu'il s'agit d'un asthme aigu grave et il faut une intervention à domicile: Il faut appeler le SAMU (15) ou les pompiers (18 ou 112) car une hospitalisation est nécessaire. 

Il est important que les proches d’une personne asthmatique connaissent les réactions à avoir face à une crise d’asthme, afin d’aider au maximum le patient affecté lorsque cela se produit.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 149 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme