Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le

Bonsoir à tous

@Le Soldat, j'ai pensé que le burn out était une bonne excuse auprès de l'entourage, je veux dire que c'est plus toléré que "bipolaire", en fait je ne connais pas le milieu des cadres mais j'ai entendu dire que tu peux difficilement te réorienter dans des fonctions à responsabilités moins importante pour le même style de raisons que tu viens de citer.

@Riddick, je dis pas que la fonction publique nous accueille "mieux" (j'ai eu la confirmation par Cap Emploi que c''était pareil)mais on y travaillerai mieux par rapport à ces exigences de rentabilité. Je suis en horaires variables (semaines de 30 à 40h), du lundi au samedi de 8h à 21h (bientôt 22h et le dimanche) mais j'ai un aménagement par la médecine du travail pour travailler à horaire fixes 20h. Oui une amie travaillant comme inspecteur des impôts m'a parlé de cette notion de rentabilité même dans le secteur public...

@silefy: as-tu eu des traitements le long de ta carrière avant ta mise en invalidité merci de ton témoignage

bon courage

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le

Pour ma part j'ai réussi une licence en psycho puis un Master psycho orientation recherche. A l'époque, insomniaque hyperactive et angoissée, j'ai tout misé sur mes études et suis arrivée major de promo en 2ème année de Master (pour laquelle j'ai obtenue la bourse du mérite). Ce classement m'a permis d'accéder à une thèse financée par l'état (tjs en psycho) et à un poste d'enseignement aux licences de psychologie, pendant 3 ans. Malheureusement pendant ces années de thèse il y a eu le revers des investissements trop couteux des années de Master et par période j'étais obligée de m'arrêter et voilà 5 ans que je suis en thèse et même si elle devrait être soutenue en fin d'année, j'ai toujours peur qu'il y ait de nouveaux rebondissements. Car j'ai été reçu cette année en parallèle ds un M2 pro psycho et j'ai été arrêtée deux fois, tous mes plans tombent à l'eau; une fois on a mis fin à mon stage, et là actuellement je n'ai plus de nouvelles de mon encadrant de mémoire et je ne peux pas commencer sans lui (tout ça parce que je suis désorganisée, j'ai de gros troubles de concentration, organisation et qu'une thèse à rédiger+ un mémoire (cette année je devais travailler avec des patients schizophrènes) càd expériences + traitements stat+ rédaction, et un stage à temps complet... c'est juste trop). Je passe maintenant pour qqn qui fait les choses à l'arrache, qui a du retard, des excuses que je ne peux leur expliquer... Alors que j'étais une étudiante modèle sur laquelle tous avaient misé. J'espère juste valider mon titre de psychologue cette année (mais il me reste deux mois pour faire le mémoire avec qqn qui est injoignable et semble mécontent de moi) et enfin celui de docteur en psychologie en décembre... Mais plus le temps passe plus ça semble impossible. J'envisage une demande de M2 en deux ans à la place d'une pour faire mon mémoire dans de meilleures conditions mais ça repousse tout d'une année, c'est un échec et en plus je suis hyper mal à l'aise de demander ce type de dérogation car j'ai peur qu'on me juge dans mon environnement d'études et professionnel... Pour être honnête, je me sens défaitiste même si je me donne plus qu'à fond cette année malgré tout le reste...

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le
Oh comme je te comprends hellokitty car j'ai été dans la même situation que toi en M1 de sociologie. Je travaillais en parallèle 30h/sem, j'ai eu droit à des moqueries de la part de ma directrice de mémoire parce qu'il y avait des fautes d'ortographe ou d'expression sur les travaux que je lui rendais. Ceci parce que je n'arrivais pas à me concentrer. J'ai fais un malaise en lisant en bouquin de socio sur mon trajet de travail puis j'ai été arrêtée, mise sous zyprexa puis silence radio de ma part...Heureusement ça coïncidait avec les vacances scolaires. Je suis passée en mi-temps thérapeutique. Au final j'ai eu la mention assez bien... J'ai fait une pause pendant 1 an (que boulot). J'ai été reçue en M2 deux ans après, le jury d'admission a dit ok à condition qu'elle vienne en cours. Puis je suis tombée enceinte. Dépression suite à l'arrêt du deroxat. Je ne voulais pas gâcher cette chance, j'ai alors demandé au service "handicap" de l université un aménagement, la Fac m'enverrais les cours à domicile, chose qui ne s'est jamais faite avant. Réponse: du mépris, que du mépris. Ma directrice de mémoire a cru que j'avais monté un coup exprès pour ne pas venir en cours. Elle a cru que je l'avais manipulée ou je ne sais quoi(c'est ma cousine qui est chercheur dans la même Fac qui me l'a dit). Suite à l'absence de réponse et de considération , j'ai écrit un mail en expliquant que j'étais dépressive chronique, d'où ma demande d'aménagement et que, quand un élevé ne donne pas signe de vie, on se demande d'abord ce qu'il a avant de critiquer. Bref je me suis grillée dans le milieu et à ce jour je n'ai plus les mêmes facultés de concentration. Je n'arrive pas à écrire, il faut que je le fasse en plusieurs fois et ça devient incohérent. J'ai fait un bilan de compétence qui m'a orienté vers un M2 pro dans les métiers du web (que j aurais du commencer en octobre si j'avais été jusqu au bout; j'ai l autorisation d'absence de l'employeur, le dossier d'admission et fongecif sont dans les tiroirs) mais je n'ai pas le courage. De plus je suis maman et je ne veux pas infliger à mes enfants mon instabilité psychique, donc j'ai opté pour la solution 0 prise de risque. Je dois trouver une autre solution de reconversion car mon métier est trop stressant. Sinon si ça peut te rassurer, ma cousine est restée 5 ans en thèse, parce qu' elle bossait et enseignait en plus de sa thèse+ elle avait 2 enfants. Elle n'est pas bipolaire mais elle menait plusieurs vies de front. Tout ça pour dire que tu n'es pas un cas isolé!!
Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le

Bonsoir à tous

J'ai été diagnostiquée bipolaire type 2 l'an passé après plus de 40 ans de dépression, de traitements, d'hospitalisation à ma demande en HP et cliniques. Salariée fonction publique depuis 1981, Préfecture puis Education nationale, j'ai travaillé non stop durant ces années à part un CLD d'un an et 6 mois.

Depuis trois ans, suite à un stress important, j'ai fait des dépressions sévères avec maints symptômes comme fatigue ... Mon psychiatre souhaite faire une demande de CLD mais le médecin conseil du Rectorat m'a dit que les demandes émanant de personnes de plus de 55 ans étaient refusées. Il m'a conseillé de continuer tant que je peux avec des arrêts maladie ordinaire jusqu'à 63 et 7 mois, âge auquel je ne serai pas soumise à une décote.

Je déplore la politique rectorale d'autant qu'avec la réforme des retraites, nous devons rester plus longtemps en poste.

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le
Bon conseiller

bonjour rose sèlavy,

ce n'est pas facile d’être un bipolaire  et la vie professionnelle s'en ressent . mon compagnon n'as jamais eut une vie professionnelle très stable. et en plus comme toi . il  a vecu plus de 40 ans sans savoir le nom de sa maladie . bon courage à toi

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le

Bonjour, Voilà un sujet interessant. Parcours scolaire et professionnel très chaotique. 1ere dépression à 14 ans...

Petits jobs et stage jusqu' a mes 29 ans. Puis 20 ans dans la même boite au même poste (secrétaire). A mi temps 3 ans, puis temps plein (à la mise en place des 35 h). Parcours jalonné de nombreuses hospitalisations ! Suite à ma dernière crise, mise en mi temps therapeutique, puis invalidité cat. 1.

Ces 7 dernières années ayant été bien (trop) jalonnées de "crises" up, le relationnel au travail s'est bcp dégradé... Depuis l’automne dernier en arrêt maladie, je ne me sens plus d'y retourner. Invalidité cat. 2 à l'horizon....

Agnès

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le
Bon conseiller

quand on est bipolaire la vie est très dur notamment la vie professionnelle. j'essaye d'aider le mieux que je peux mon compagnon. dernièrement il travaillait à temps partiel et maintenant il n'arrive plus à retourner au travail. bon courage à tous.   

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le

Bonjour à tous, je travaille chez le même employeur, cabinet d'expertise comptable, depuis plus de 22 ans.

Je souffre de boulimie depuis l'adolescence avec quelques phases de rémission. C'est très dur à vivre...J'ai 51 ans, me suis séparée de mon conjoint en 2008 et j'ai été diagnostiquée bipolaire en 2009 après ma première phase maniaque suivie d'une phase dépressive. je n'ai pas cru à ce diagnostic (déni) et j'ai souvent mis fin à mon traitement au lithium pensant pouvoir me débrouiller seule.... mais c'est une grave erreur. Je réalise à présent que je dois être suivie pour pouvoir vivre normalement. Mon patron avec lequel j'avais d'excellents rapports (presque amicaux) m'a prise en grippe suite à des erreurs de ma part dans le travail après qu'il m'ai nommée cadre en 2014 et je vis très mal nos rapports, le regard qu'il porte sur moi actuellement. J'envisage de lui avouer ma maladie afin d'apaiser la situation et de m'apaiser en espérant qu'il comprendra. Il sait que je souffre d'un gros manque de confiance en moi et ne suis pas à la hauteur de mon statut de cadre.... j'ai peur en l'avenir, je n'ai jamais refait ma vie, j'ai peur de ne plus voir ma fille de 12 ans que j'ai actuellement en garde alternée (1 semaine sur 2), si son père apprend de quoi je souffre. J'ai acheté ma résidence principale à crédit et je dois encore à ma banque plus de 16 ans d'emprunt. Je suis à découvert tous les mois, j'ai englouti toutes mes économies (crises de boulimie et phases maniaques où je vis au-dessus de mes moyens). Peu de personnes sont au courant de mon mal mais elles sont loin de moi. Je vis près d'Ajaccio loin de ma famille qui est sur le continent. Je passe mes weekends seule à ruminer lorsque je n'ai pas ma fille, à me consoler par des crises de boulimie que je renouvelle chaque soir de la semaine pour apaiser mes angoisses après mes journées de travail... que me conseillez-vous de faire? Amicalement

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le

Je te répond sur ton message car c'est plus rapide pour moi

Bonjour à tous, je travaille chez le même employeur, cabinet d'expertise comptable, depuis plus de 22 ans.

déjà si tu travaille dans la meme entreprise depuis 22 ans c'est que tu fais du bon boulot

Je souffre de boulimie depuis l'adolescence avec quelques phases de rémission. C'est très dur à vivre...J'ai 51 ans, me suis séparée de mon conjoint en 2008 et j'ai été diagnostiquée bipolaire en 2009 après ma première phase maniaque suivie d'une phase dépressive. je n'ai pas cru à ce diagnostic (déni) et j'ai souvent mis fin à mon traitement au lithium pensant pouvoir me débrouiller seule.... mais c'est une grave erreur. Je réalise à présent que je dois être suivie pour pouvoir vivre normalement.

Es tu suivi par un psychiatre a meme temps que ton traitement, car je pense que c'est très important de pouvoir parler avec un professionnel, les médicament seul c'est pas suffisant. Enfin c'est ce que je crois. Il n'y a que quelques semaines que j'ai été diagnostiqué bipolaire légére donc c'est sur que c'est moins grave que toi mais j'imagine ta grande souffrance.

Mon patron avec lequel j'avais d'excellents rapports (presque amicaux) m'a prise en grippe suite à des erreurs de ma part dans le travail après qu'il m'ai nommée cadre en 2014 et je vis très mal nos rapports, le regard qu'il porte sur moi actuellement.

A mon avis s'il t'as nommé cadre c'est que tu le méritais et ça arrive a tous le monde de faire des erreur meme a ceux qui ne sont pas bipolaire

J'envisage de lui avouer ma maladie afin d'apaiser la situation et de m'apaiser en espérant qu'il comprendra.

Je pense que c'est peut etre pas une bonne idée de lui dire car c'est pas sur qu'il comprenne donc tu prend un risque, sa pourrai même aggravé ta situation

Il sait que je souffre d'un gros manque de confiance en moi et ne suis pas à la hauteur de mon statut de cadre....

Puisqu'il connaît tes point faible pourquoi t'aurait il nomé cadre alors ? a mon avis tu vois tout en noir car tu dois etre en phase dépressive, je suis sure que tu es a la hauteur de ton statut sinon il ne t'aurai pas mis cadre, alors reste calme et ne prend pas de décision trop rapide

j'ai peur en l'avenir, je n'ai jamais refait ma vie, j'ai peur de ne plus voir ma fille de 12 ans que j'ai actuellement en garde alternée (1 semaine sur 2), si son père apprend de quoi je souffre.

Puisque tu es séparé, tu n'as pas besoin de lui dire, ça ne le regarde pas, si ta fille est heureuse de cette garde alterné ya pas de probléme

J'ai acheté ma résidence principale à crédit et je dois encore à ma banque plus de 16 ans d'emprunt. Je suis à découvert tous les mois, j'ai englouti toutes mes économies (crises de boulimie et phases maniaques où je vis au-dessus de mes moyens). Peu de personnes sont au courant de mon mal mais elles sont loin de moi. Je vis près d'Ajaccio loin de ma famille qui est sur le continent. Je passe mes weekends seule à ruminer lorsque je n'ai pas ma fille, à me consoler par des crises de boulimie que je renouvelle chaque soir de la semaine pour apaiser mes angoisses après mes journées de travail... que me conseillez-vous de faire? Amicalement

Comme je te l'ai dis plus haut fais toi suivre par un psychiatre, si tu en as déjà un, change car peut etre qu'il ne te convient pas et qu'il ne te conseille pas comme il faut. il faut voir plusieur psy avant de trouver celui qui nous convient !  je te souhaite bon courage et tien nous au courant ...

Bipolaires, comment avez-vous fait pour vos études et votre vie professionnelle?


Posté le
Bon conseiller

j'ai 59 ans bipolaire depuis 37 ans marié, 3 enfants et 7 petits enfants , je suis en temps libéré chez ORANGE pour 4 ans une sorte de pré-retraite , j'aime un atelier dessin depuis 15 ans et je suis bénévoles et membre depuis 3 ans d'une association ADN VIES qui vient en aide aux personnes"stabilisées"atteintes de maladies psychiques en leurs proposant des activités diverses      

C'est une drôle de maladie , que j'ai depuis 37 ans, elle ne se guérit pas et se soigne avec des traitements aux effets secondaires importants et même avec un traitement adapté, on n'est pas à l'abri d'un dérèglement de notre humeur , cette maladie a modelé notre caractère elle fait intimement partie de nous, la seule chose qui peut tout changer est l'image que l'on a d'elle, c'est à dire de nous, il nous faut vivre le moins mal notre maladie, éviter l'isolement et ce forum sur Carenity nous offre une merveilleuse opportunité, celle de découvir d'autres parcours, celle aussi si on le souhaite, et je le recomande vivement,de parler de soi de verbaliser nos craintes et nos espoirs, les témoignages de remerciements que j'ai reçu et qui m'ont beaucoup touchés,pour avoir simplement raconter mon histoire et même des choses que je n'avais évoquées ni dites à mon psy, je ne recommencerais pas à répéter mon parcours,je dirais juste que j'ai 59 ans et ai commencé ma vie d'adulte par 4 ans d'HP (ancienne formule)en 1979 je travaille depuis 27 ans (dont 18 sans rechute chez ORANGE je suis reconnu travailleur handicapé et suis en temps libéré (80%de mon salaire sans travailler (TPS)), je vais fêter mes 24 ans de mariage( à la St Valentin), tout ça pour dire que rien n'est irrémédiable, mon caractère optimiste m'a aidé à surmonter, l'opération d'une tumeur au cerveau (neurinome) en 1990 et une pleurésie et infection bactérienne en 2006 qui étaient un peu plus grave, mais j'ai eu de la chance d'avoir en 4 ans de courtes hospitalisations ( de 10 à 45 jours) elles m'ont permis d'écrire sur ma maladie, de rechercher dans mes souvenirs des clefs permettant de comprendre le pourquoi de ma maladie avec un regard sans concession sur moi-même, et écrire sur soi, sur sa vie permet en verbalisant ses douleurs de s'accepter tel que l'on est, regardez toujours les petits progrès même infimes que vous faites ,ils vous aideront à avoir une meilleure image de vous-même, n'hésitez pas à parler de vous, on n'est pas là pour vous juger, votre histoire pourra redonner espoir à certains...et ce n'est pas rien l'espoir

(07/10/16) tout ce chemin pour m'amener à aujourd'hui , avec une perceptive d'avenir...être heureux en regardant demain , c'est simplement peut-être ça le bonheur , je ne voudrais rien à changer à ma vie tellement le présent me comble , certes il y a eu des moments très durs arrivant presque au bout du chemin....HP pendant 4 ans en ancienne formule pas du tout les cliniques psy d'aujourd'hui , attaché sur mon lit sans toilettes, piqures jusqu'à induration, rejets familiaux de la part de mes parents, j'étais le vilain petit canard....sans avenir...invalide 2ème catégorie sans pouvoir travailler j'ai travaillé en bureau d'étude à Orléans en intérim en dormant à l'asile pendant 2 mois...puis j'ai passé des concours seul de la région Centre a l'avoir réussi...j'ai été opéré d'une tumeur au

Discussions les plus commentées