Rupture indigeste et dépression

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

1 réponse

28 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonjour,

Je suis restée quelques mois avec un homme qui, après s'être montré sous son meilleur profil, s'est avéré être un menteur, infidèle, instable et violent à tous points de vue. Notre histoire s'est terminée pathétiquement, il n'a pas pris la peine de me quitter, il s'est contenté de me dégoutter de lui ...

Cela fait maintenant un mois, mais je n'arrive plus à voir le bout de mon mal-être. D'une part j'ai été profondément détruite par son attitude avec moi, d'autre part je l'aimais et étais dépendante affective de lui. Et souffrant de dépression, cette expérience a décuplé les effets négatifs de la maladie.

Je n'ai goût à rien. Le travail me pèse, je ne suis pas productive, et en dehors je suis seule et ne m'occupe en rien. Je rumine et ressasse sans trouver d'issu possible. Je prends normalement du prozac mais je ne vois aucune amélioration depuis des mois ....

Début de la discussion - 29/06/2013

Rupture indigeste et dépression


Posté le

Bonjour petitelunerose,

Je suis un homme et j'ai vécu une histoire amoureuse avec une femme instable et violente qui a duré presque 3 ans, jalonnée de fausses ruptures, de suspicion à mon égard, de jalousie, crises de rage, pas de communication possible, ect...

Moi aussi je l'aimais. Et moi aussi j'ai vécu une espèce de dépendance affective.

Ces relations sont toxiques et destructrices. Je ne juge pas nos ex partenaires. Paradoxalement, nous et d'autres en redemandons, malgré les souffrances infligées. Rien à voir avec du masochisme, c'est bien plus subtil que ça.

Je n'ai pas de recette miracle, je suis à peine séparé depuis 3 semaines (moi elle m'a lâché par mail). Mais il y a une chose en laquelle je fais confiance, c'est le sport. Habituellement je suis coureur amateur, et je n'ai cessé d’interrompre cette activité à cause de cette aventure amoureuse qui me mettais régulièrement au plus bas. Mais pour l'occasion je me suis remis à la piscine. Je nage une heure quasi tous les jours, c'est pas cher, ça fait travailler tous les muscles, pas traumatisant, l'eau est un élément qui t'enrobe et qui fait du bien. Vas y aux heures creuses ou bien trouve une piscine pas trop fréquentée. Et ça donne envie de se coucher tôt (moi j'ai des problèmes de nuits trop courtes). Et suite à l'effort tu crées des endorphines qui modifient ta perception des choses et t'apaisent. Tu retrouves un peu d'appétit.

Voilà, c'est une idée le sport. C'est une sorte d'antidépresseur naturel. N'attends pas d'y aller accompagnée. Généralement les autres ne suivent pas et finissent souvent par décourager à force de décommander au dernier moment.

J'espère t'avoir donné une bonne idée, certes c'est pas le remède miracle, mais celui là il ne faut pas compter dessus...

Cordialement,

Silentkey.

Discussions les plus commentées