https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

1 réponse

12 lectures

Sujet de la discussion


Posté le

Bonjour, je ne sais pas trop comment m'y prendre mais voilà, j'aurais une question. Avant de la poser, il faut que je mette le contexte. Je ne peux pas dire en étant sur à 100 pourcent, sans me tromper que je souffre de dépression car je n'ai jamais vue de psychologues ou psychiatres pour être diagnostiquée. Je ne sais pas si cette information est importante mais je pense être hyper sensible aussi, suite à une amie l'étant et m'assurant que j'ai l'air de l'être aussi. Je me suis renseignée autant que possible et je dirais qu'il est fort possible que je sois hypersensible mais encore une fois, je ne peux que le supposer. 

Pour commencer dans le vive du sujet, je vais vous parler de la première fois que je me suis auto mutilée. J'étais en 5 ème (12-13 ans) et je me sentais assez mal dans ma peau (j'avais beaucoup d'acné à l'époque), niveau amour, même si j'étais très jeune, ça n'allait pas. Je le sentais effroyablement seule et mes parents étaient sur le point de divorcer. Ça geulait tout les soirs à la maison et je suis apparement très sensible aux conflits. Je tiens à dire que pendant cette période, je suis allée dans une colo ou ça c'est assez mal passé (aucuns amis et harcelée par les autres car j'étais la plus jeune). J'ai donc un soir pris un coupas pour me faire des lignes sur le bras. Je je savais pas trop ce que je faisait, mes souvenirs restent très vagues, mais je pense que c'était plus pour évacuer le stress, la colère et la tristesse que je ressentais. Je suppose que j'esperais aussi inconsciemment que quelqu'un le remarque et m'aide. J'ai du le faire 3 où 4 fois et ça ne me soulageait pas vraiment mais ça me permettait de m'exprimer. Je l'ai refait une fois après un soir où les parents criaient au haut. J'étais extrêmement triste et sûrement en colère. Je ne l'ai jamais dit à personne, j'ai toujours été très discrète. Pendant plusieurs années, je n'étais pas forcément "bien" mais ça allé. Je ne m'appréciais toujours pas réellement. Puis, récemment (il y a 2 mois et demis à peu près) j'ai commençais à me sentir très mal, déprimée et vide (c'est toujours d'actualité). Je venais de sortir d'une période de crise de nerfs (j'en ai fait 4 et le soir où j'ai commencée à me sentir mal je venais d'en finir une). Il y a un peu plus d'un mois, j'ai eu pour la première fois de ma vie un sentiment d'indifférence à la vie. Je me disait que se serait mieux que je parte, que j'abandonne. Récemment, il y a quelques jours, j'ai lu un article d'un personne qui se mutilais. Elle disait que ça soulageais. Apres avoir pleuré un long moment, j'ai pris des ciseaux et je le suis griffés avec. Je n'ai absolument rien ressenti. J'ai réessayé mais rien. Puis hier, j'ai eu une dispute avec quelqu'un qui m'a dit quelque chose qui ma touché. Je suis donc restée dans la Chambre pendant quelques secondes à regarder dans le vide pendant que mes larmes montaient. J'ai fondu en larmes et j'ai pris d'autres ciseaux (plus coupants cette fois) et j'ai griffée. Et là, ça m'a fait comme une sortes de délivrance. Vous savez quand on est triste, toute notre cœur et notre poitrine semble peser lours, on dirait qu'un poid est présent sur tout le haut, eh bien la c'est comme si les ciseaux avaient brisé une armure et j'avais l'impression d'aller vraiment mieux. J'ai donc continué et ça a stoppé mes pleuts. Je l'ai refais aujourd'hui et pareil. Est ce normal de ressentir ça ? Pourquoi j'ai cette sensation ? 

Je l'excuse pour le pavé, j'ai juste écrites écrit sans m'arrêter. Merci d'avance pour votre réponse et bonne journée. 

Ps : J'ai 17 ans et suis en première. 

Début de la discussion - 11/04/2020

Auto mutilation

Posté le

Bonjour anonyme 12345

jai lu en vitesse votre message et je vous conseille d’en parler très vite à votre médecin traitant qui vous dirigera vers un psychologue et vous prescrirai des médicaments qui vous calmerais votre nervosité. 
moi aussi sous traitement depuis plusieurs années, j’ai ressenti une grande nervosité à cause des problèmes familiaux non résolus. 
et en faisant des recherches sur internet, j’ai trouvé un médicament miracle, la Rhodiole en pharmacie, c’est du naturel, essayez , votre humeur va changer et votre manière d’aimer la vie aussi, en tout ça j’ai ressenti les bienfaits au bout de 2/3 jours de prises de Rhodiole, 3 gélules à prendre par jour, 2 le matin et 1 à midi et surtout du magnésium marin le soir et vous verrez votre mental s’améliorer déjà. En même temps, il faut voir un professionnel, il existe des centres gratuits aussi dans chaque quartier. 
je vous souhaite beaucoup de courage et courrez à la pharmacie, et prenez soins de vous !