https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

8 réponses

61 lectures

Sujet de la discussion


Posté le

Après deux tentatives d anti dépresseurs aucun ne fonctionne, anxiolitique sans effet comment sortir d une depression sans médicament et quel autre solution

Début de la discussion - 25/09/2020

Arret des anti depresseur

Posté le

Bonjour vous pouvez essayer le griffonia c'est la seule plante qui augmente le taux de sérotonine sans pour autant avoir recours aux anxyolitiques et anti dépresseurs, personnellement j'aurai aimé qu'on me conseille cela avant même de prendre des médicaments qui m'ont ruiné le cerveau.. ça n'a pas marché sur moi mais essayez ça ne coute rien 

Arret des anti depresseur

Posté le

Bonjour, ça fait 6 jours que j ai arrêter la.sertraline 50 prise que 20 jours , je vis un calvaire crise d  anxiété angoisse nausée ssns sevrage un calvaire je ne sais pas combien de temps sa va durer un vrai poisons  obliger de prendre des anxiolique tellement je ne dort plus a tu connu sa aussi merci pour aide 

Arret des anti depresseur

Posté le

Oui j’ai connu et je connais encore ça a plus faible dose mais je te comprends très bien je peine encore à sortir de ce cercle infernal par contre de mon côté je ne souhaite absolument pas replonger dans les médicaments car c’est ce qui a créé mon état actuel (antidépresseur paroxetine pendant 8 mois). Les anxiolytiques créés encore plus de dépendances vraisemblablement. Est-ce que tu es suivi ? Dirige toi vers les plantes ce sera plus long mais ce sera un traitement de fond et non un pansement c’est le problème de ces merdes. Ne perds pas espoir le pire c’est de ne pas dormir crois moi je te comprend très bien j’ai vécu ce calvaire du mois de mai jusqu’à quelques semaines encore (2h par nuit en général de 6h30 à 8h30) et j’ai l’impression de replonger encore ce qui empêche de fonctionner normalement évidemment .. 

Essaie la valériane (perso c’est la seule chose qui a eu un effet sur moi) tu peux pas rester comme ça (dis quelqu’un qui n’est pas dans un état dans lequel on est supposé rester tiens..!) Bref tiens moi au jus 

Arret des anti depresseur

Posté le

J’ai eu une psychiatre qui avait la main lourde au niveau des ordonnances, entre les AD, les anxiolytiques, les neuroleptiques, les somnifères, j’ai fait ce qu’elle appelle une «  cure de sommeil@ de ... 18 mois. 1 an et demi abrutie, sans me lever sinon pour avaler ses médoc et un peu de nourriture ou des briques protéinées. Et avec cela, aucun mouvement. Même pas prescrit pour la circulation, des piqûres pour éviter des Phlébites, œdèmes ou autres pb circulatoires alors qu’en cas de fracture d’une jambe, c’est imposé tous les jours d’immobilisation. Du coup, les problèmes se sont multipliés, mon corps a vieilli en accéléré. On me donnait facilement 10 ans de moins, maintenant, mon âge m’a rattrapée.

Je n’ai jamais été vraiment triste ou avec des idées noires. J’étais juste épuisée. Et peu à peu , vu mon état qui se dégradait ( parodontie car moins bonne hygiène buccale à cause de la glossodynie qui m’a transformée en dragon), j’ai perdu ma joie de vivre.

Je sentais  que cette psy ne m’était pas bénéfique , mais Je n’ avais pas la force d’en chercher une autre car mon Généraliste  n’en connaissait pas.
J’ai tenu plusieurs années, plus ou moins abrutie. Presqu’une décennie de vie gâchée.

Puis j’ai renoncé à me faire accompagner par elle,le confinement de  l’épisode Covid m’a permis de couper les ponts et depuis, j’ai arrêté le Cymbalta, la douleur est ni plus ni moins élevée. Quand trop forte, je vais me coucher. Mais au moins, je n’ai plus aucun effet secondaire. 
je fais le vide dans ma tête, essaie de me rassurer en disant que je la maîtrise di je ne lui donne pas de l’espace dans ma tête, je « négocie » avec moi-même et la parole interne , c’est en tous cas plus efficace que les AD pour moi. A l’hôpital, il appellent cela «  apprivoiser » la douleur. 


La Psychomotricité a aussi des effets positifs, même si de courte durée , toujours bon à prendre mais 60€ la séance. On doit refaire les mêmes mouvements chez soi, mais sans guide, pas assez concentrée, disciplinée, sauf quand douleur trop forte mais presque trop tard car difficulté encore plus grande de concentration.

j’avais peur d’arrêter Cymbalta mais sur 1 mois progressivement, pas souffert . Et suis heureuse de ne plus me polluer actuellement. Et le moral plutôt au beau fixe. 
Les douleurs neuropathiques, psychologiques, il faut se donner du courage pour les supporter et au plus haut, s’allonger et attendre que ça passe. 
je crains même - mais improuvable -que ce sont les diverses molécules d’AD sur le long terme qui ont dégradé ma santé et provoqué des troubles divers car, avant, j’avais une santé en béton, càd avant l’erreur de diagnostic  de dépression au lieu de surmenage professionnel ( au boulot, 12 à 16h/ jour).

Regardez sur la 2 les émissions de Faustine, « Ça commence aujourd’hui », en replay sur les erreurs de diagnostic et les erreurs médicales et vous réaliserez que la médecine n’est pas une science exacte, surtout quand elle est assurée par des apprentis sorciers, qui se trompent mais refusent d’en démordre malgré toutes les preuves de leurs erreurs, ceux qui reprennent l’erreur de leur confrère/consœur et par solidarité ne remettent pas en question le diagnostic et ceux qui sont tellement suffisants qu’ils n’avoueront jamais leur insuffisance. Ce qui aboutit à une grande errance médicale et un découragement qui va de pair .


Heureusement que d’autres sont consciencieux et qu’aucun mobile ( argent, pouvoir domination...) négatif ne vient entraver leur volonté d’écoute, de soulager, voire  de guérir. Ceux/là ne mettent pas en doute la perception du patient, d’on ressenti car qui connaît le mieux le patient, sinon lui- même. Le praticien doit s’adapter à chacun, la médecine , ce n’est pas du « prêt à faire: avaler Etc  »,

Ce doit être du sur-mesure, en fonction de chaque cas. Tout ça pour vous dire, attention aux médicaments, qu’en tout dernier recours. La phytothérapie, plus lente à agir mais moins violente pour l’équilibre du corps ou de la tête.( ex : sommeil > Tisanes ou gélules de camomille, aubépine, valériane, mélisse .., plus magnésium et horaires réguliers et au 1er bâillement, se coucher dans le noir,  avec une couverture  assez lourde , car cela calmerait  l’anxiété et la tête ( si chauve, bonnet de nuit) et les pieds au chaud ,chaussons de lit ).

 Si on pouvait leur inculquer cela sur les bancs de la fac : ne pas mépriser la parole du patient, même s’il est réputé non-sachant, car il sait Mieux que quiconque, certaines choses le concernant.

Arret des anti depresseur

Posté le

J’ai eu une psychiatre qui avait la main lourde au niveau des ordonnances, entre les AD, les anxiolytiques, les neuroleptiques, les somnifères, j’ai fait ce qu’elle appelle une «  cure de sommeil@ de ... 18 mois. 1 an et demi abrutie, sans me lever sinon pour avaler ses médoc et un peu de nourriture ou des briques protéinées. Et avec cela, aucun mouvement. Même pas prescrit pour la circulation, des piqûres pour éviter des Phlébites, œdèmes ou autres pb circulatoires alors qu’en cas de fracture d’une jambe, c’est imposé tous les jours d’immobilisation. Du coup, les problèmes se sont multipliés, mon corps a vieilli en accéléré. On me donnait facilement 10 ans de moins, maintenant, mon âge m’a rattrapée.

Je n’ai jamais été vraiment triste ou avec des idées noires. J’étais juste épuisée. Et peu à peu , vu mon état qui se dégradait ( parodontie car moins bonne hygiène buccale à cause de la glossodynie qui m’a transformée en dragon), j’ai perdu ma joie de vivre.

Je sentais  que cette psy ne m’était pas bénéfique , mais Je n’ avais pas la force d’en chercher une autre car mon Généraliste  n’en connaissait pas.
J’ai tenu plusieurs années, plus ou moins abrutie. Presqu’une décennie de vie gâchée.

Puis j’ai renoncé à me faire accompagner par elle,le confinement de  l’épisode Covid m’a permis de couper les ponts et depuis, j’ai arrêté le Cymbalta, la douleur est ni plus ni moins élevée. Quand trop forte, je vais me coucher. Mais au moins, je n’ai plus aucun effet secondaire. 
je fais le vide dans ma tête, essaie de me rassurer en disant que je la maîtrise di je ne lui donne pas de l’espace dans ma tête, je « négocie » avec moi-même et la parole interne , c’est en tous cas plus efficace que les AD pour moi. A l’hôpital, il appellent cela «  apprivoiser » la douleur. 


La Psychomotricité a aussi des effets positifs, même si de courte durée , toujours bon à prendre mais 60€ la séance. On doit refaire les mêmes mouvements chez soi, mais sans guide, pas assez concentrée, disciplinée, sauf quand douleur trop forte mais presque trop tard car difficulté encore plus grande de concentration.

j’avais peur d’arrêter Cymbalta mais sur 1 mois progressivement, pas souffert . Et suis heureuse de ne plus me polluer actuellement. Et le moral plutôt au beau fixe. 
Les douleurs neuropathiques, psychologiques, il faut se donner du courage pour les supporter et au plus haut, s’allonger et attendre que ça passe. 
je crains même - mais improuvable -que ce sont les diverses molécules d’AD sur le long terme qui ont dégradé ma santé et provoqué des troubles divers car, avant, j’avais une santé en béton, càd avant l’erreur de diagnostic  de dépression au lieu de surmenage professionnel ( au boulot, 12 à 16h/ jour).

Regardez sur la 2 les émissions de Faustine, « Ça commence aujourd’hui », en replay sur les erreurs de diagnostic et les erreurs médicales et vous réaliserez que la médecine n’est pas une science exacte, surtout quand elle est assurée par des apprentis sorciers, qui se trompent mais refusent d’en démordre malgré toutes les preuves de leurs erreurs, ceux qui reprennent l’erreur de leur confrère/consœur et par solidarité ne remettent pas en question le diagnostic et ceux qui sont tellement suffisants qu’ils n’avoueront jamais leur insuffisance. Ce qui aboutit à une grande errance médicale et un découragement qui va de pair .


Heureusement que d’autres sont consciencieux et qu’aucun mobile ( argent, pouvoir domination...) négatif ne vient entraver leur volonté d’écoute, de soulager, voire  de guérir. Ceux/là ne mettent pas en doute la perception du patient, d’on ressenti car qui connaît le mieux le patient, sinon lui- même. Le praticien doit s’adapter à chacun, la médecine , ce n’est pas du « prêt à faire: avaler Etc  »,

Ce doit être du sur-mesure, en fonction de chaque cas. Tout ça pour vous dire, attention aux médicaments, qu’en tout dernier recours. La phytothérapie, plus lente à agir mais moins violente pour l’équilibre du corps ou de la tête.( ex : sommeil > Tisanes ou gélules de camomille, aubépine, valériane, mélisse .., plus magnésium et horaires réguliers et au 1er bâillement, se coucher dans le noir,  avec une couverture  assez lourde , car cela calmerait  l’anxiété et la tête ( si chauve, bonnet de nuit) et les pieds au chaud ,chaussons de lit ).

 Si on pouvait leur inculquer cela sur les bancs de la fac : ne pas mépriser la parole du patient, même s’il est réputé non-sachant, car il sait Mieux que quiconque, certaines choses le concernant.

Arret des anti depresseur

Posté le

Cc moi les anti depresseur pris deux fois mon bousiller , j essais les plantes valériane magnésium et milleterpuis , je suis épuisé j ai des angoisse permanente et des envie suicidaire , 4 mois de bataille et ces pas fini les anti depresseur doivent vous aidez mes vous détruise le cerveau , juste dormir ne plus avoir peur revivre comment Tomber aussi bas , j ai arrêt la setraline il ya 15 jours qui mon donner envie de me jeter par la fenêtre quel est la solution attendre que ton cerveau redevienne comme avant quel souffrance 

Arret des anti depresseur

Posté le

J’ai beaucoup lu de la littérature médicale et je fais des suggestions à  mes médecins pour que tous les médicaments sensés calmer le cerveau ( douleur neuropathique, angoisse, Insomnies, stress post-traumatisaient, ruminations, colère , ...) ne le détruisent pas à petit feu avec tous les effets secondaires qui figurent dans les notices produites par les labos qui ainsi se déresponsabilisent puisque le risque est annoncé et donc, le médecin comme le patient, prescrit ou avale les molécules en connaissance de cause. Attention particulièrement aux benzodiazepunes, effets extrêmement délétères, très déconseillés au delà de 3 mois . Devraient même être interdits vu risques graves avérés de neuro dégénérescence du cerveau avec l’apparition de maladies telles Alzheimer, Parkinson....

Faites de la psycho-motricité, séances de mouvements physiques Qui permettent de connecter les 2 hémisphères du cerveau et soulagent la douleur pendant et qqs heures après la séance. On peut le faire, une fois appris les gestes, chez soi sans payer de nouvelles séances (60€). Mais accompagné, c’est plus facile car la thérapeute guide, encourage  et quand on est en souffrance, on en a besoin De ce soutien, de cette émulation.

Arret des anti depresseur

Posté le

Oubli : voir avec votre médecin et suggérer de prendre du Rubozinc 15 mg/ jour pour les neurones, ou du ginseng biloba.