Aider un dépressif à sauter le pas vers la consultation

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

3 réponses

38 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonjour.

je reviens vous ennuyer avec la même question qu'il y a quelques mois espérant trouver un conseil judicieux.

Ma femme est dépressive. Une opération chirurgicale esthétique touchant à sa féminité lui a rappelé un traumatisme qui a du conditionner (en tout cas je crois qu'elle le pense...) en partie son attitude, ses choix de vie etc. (Aucune expérience bonne ou traumatisante n'est neutre).

Sauter le pas de la consultation est pour le moment visiblement trop lourd, trop douloureux pour elle. Elle semble effrayée par ce qui va en découler. Selon ses propos, des choses irréversibles se passeront alors.

Peut-être pense t'elle que notre couple pourrait voler en éclat, qu'elle ne sentirait plus mère que....(c'est ce que je crois deviner/interpréter de ses non-dits....). Je ne sais pas, je ne sais plus.

Mes tentatives d'approche sont toutes maladroites. Elles se terminent en crises de larmes. Elle rejette mon aide de toutes ses forces.

Elle a tous les signes de la dépression mais sa bouée aujourd'hui est son travail. Et elle y excelle (comme dans presque tout ce qu'elle entreprend lorsqu'elle peut aller au bout).

Elle est cependant moins disponible pour nos enfants, voire agressive/cassante. Elle se mure parfois dans des attitudes figées inquiétantes. Elle a confié à sa sœur que sans les enfants elle ne serait plus là.

Je me sens impuissant, sur la touche. Mon orgueil de mâle tout puissant en prend un coup puisque je ne suis plus rien du tout mais surtout, je vois le train dérailler au ralenti. Je suis pétris de culpabilité/doute...(je sais qu'il faut pas, que ça sert à rien, que, que....mais c'est comme la loi de la gravité, je ne parviens pas à y échapper)

Son généraliste l'a orienté vers une psy (elle a réussit à faire cette démarche, à demander des noms...). L'une de ses amies lui a proposé de l'aider. Sa sœur tente de l'aider aussi.

Ma bouée à moi étant l'action (j'arrive au fait, désolé pour cet étalage...il est là, c'est impudique mais je le laisse) je cherche la meilleur stratégie à adopter.

Comment l'amener à sauter le pas pour se retrouver (ou se trouver...).

Désolé pour ce texte que j'espère pas trop larmoyant...

Début de la discussion - 13/11/2014

Aider un dépressif à sauter le pas vers la consultation


Posté le

Bonjour. Votre texte n'est pas du tout larmoyant, je vois que vous aimez votre femme et que vous cherchez un moyen de l'aider. C'est bien qu'elle ait demandé une liste de noms, cela prouve qu'elle n'est pas totalement fermée à l'idée de consulter un ou une psy. Peut-etre sa réticence est-elle due au fait qu'elle pense qu'une consultation fera tache d'huile sur sa réputation. Vous pouvez essayer de la rassurer en lui disant qu'elle n'est pas folle, il n'y a pas que les fous qui consultent un psy. Ce n'est pas non plus une marque de faiblesse mais plutôt la force d'aller chercher des ressources extérieures pour aller de l'avant. Elle a peut-être peur aussi que le psy la mette en arrêt maladie mais si elle trouve de l'apaisement ou de la considération dans le travail il y a fort à parier que le psy voudra préserver son exercice. A-t-elle peur de s'ouvrir à un inconnu, de trouver certaines réponses difficiles à gérer ? Souvent on rechigne à remuer le passé mais c'est bien dans le futur que le psy l'aidera à se projeter. De toute façon, aller à la première séance n'engage à rien, si ce professionnel ne lui convient pas elle ne sera pas tenue aux séances suivantes. J'ai du mal à voir ce qu'elle considère comme irréversible. Le temps n'est pas figé dans la dépression, même si elle n'en a pas l'impression en ce moment elle ira mieux et retrouvera une qualité de vie satisfaisante. Dites-lui que vous serez là quand elle voudra parler, que vous accompagnerez ses silences quand elle ne le voudra pas, que vous l'aimez et que cela n'est pas prêt de changer. Je ne sais pas si quelque chose dans mon discours pourra vous aider mais j'aurais au moins essayé. Le soutien familial est important dans la lutte contre une dépression.

Aider un dépressif à sauter le pas vers la consultation


Posté le

Bonjour Adrien-k et merci pour ce sympathique message. Je pense qu'il y a un petit peu de toutes les hypothèses dans ce que vous évoquez, plus l'impression de sa part (subjective, forcément...) d'avoir fait des choix à partir du trauma qu'elle à vécu et en fonction de celui-ci... Elle pense donc quelle risque de remettre en question ces choix...

Aider un dépressif à sauter le pas vers la consultation


Posté le

Bonjour, pas facile de se remettre en question effectivement mais cela peut pourtant être très constructif. Il ne faut pas qu'elle ait peur de l'introspection. J'ai moi aussi fait des choix en relation avec un trauma et avec l'aide de certaines personnes je vois maintenant que c'était pour la plupart de mauvais choix. Je ne regrette pas ce que j'ai fait car on apprend tous les jours de ses erreurs, mais je choisis maintenant des voies différentes dans lesquelles j'ai plus de chances de m'épanouir. Je souhaite que votre femme bénéficie elle aussi d'un mieux.

Discussions les plus commentées