https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

10 réponses

162 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonjour à tous

je ne sais pas pour vous mais je considère ma maladie un peu comme une honte, ne surtout pas passer pour une folle aux yeux des gens en disant qu'on est bipolaire

pourquoi ne peut-on pas en parler librement aux autres sans avoir peur d'être jugé ?

Début de la discussion - 19/04/2012

Avoir honte de sa maladie


Posté le
Bon conseiller

Bonsoir cedsab34,

Je ne considère pas du tout ma maladie comme une honte. Nous sommes malades bien malgré nous et d'abord, de quoi faudrait-il avoir honte?? Nous sommes en 2012, la bipolarité est uen maladie connue et reconnue par tous (sauf quelques crétins de base qui résistent encore!). De nos jours les personnes ayant une maladie psychiatrique ne sont plus considérées comme étant" folles" (sauf pour les personnes citées plus haut). Si tu dois parler de ta maladie à quelqu'un qui ne la connait pas, explique lui tout simplement ce que c'est et comment tu la vis. Une explication simple n'a rien d'effrayant ni qui pourrait te faire passer pour folle. J'en ai beaucoup parler à mon entourage professionnel, j'ai bien expliqué les choses et tout s'est bien passé. Comme quoi, bien sûr que l'on peut parler librement aux autres, la peur d'être jugé dépend seulement de toi et de la façon dont tu te positionnes face à ta maladie.

Bonne soirée et bon courage.

Avoir honte de sa maladie


Posté le

bjr, Ernestine, vous avez bien de la chance d'avoir au sein de votre entourage professionnel et familial d'avoir pu parler de cette maladie, qui effectivement, commes vous le dites est maintenant mieux connue mais, hélas, pour la plupart des gens n'ayant pas de troubles psychiques, si l'on essaie d'aborder le sujet, les gens restent dubitatifs et nous prennent pour des fous... Alors que, je suis, tout comme vous, lorsque je ne suis pas en face maniaques et dépressives, travailler, faire des mots croisés, me passionner pour beaucoup de choses, pratiuqer le sport, nous sommes aussi plus dans la créativité puisque moi, j'adore le dessin, avoir  des enfants et même une famille (c'est vrai que pour moi, je n'ai pas eu la chance de tomber sur un conjoint compréhensif). Je n'ai absolument pas la peur d'être jugée mais la maladie psychiatrique rest encore très TABOU ! dites simplement à votre entourage professionnel, voire familial que vous avez fait de nombreux séjours en psy (sans forcémment avoir des résultats ! hélas) et vous remarquerez leurs réactions ! étonnant ! j'en ai fait l'expérience alors oui, moi je rejoinds cesda34 j'ai honte de ma maladie car je ne l'acceptes pas, j'ai encore du chemin à faire!!

cordialemennt claireobscure

Avoir honte de sa maladie


Posté le

vous avez pu rectifier bien sûr phases maniaques et je ne l'accepte pas.. Je déteste les fautes d'orthographe!!

Avoir honte de sa maladie


Posté le

chère ernestine

merci pour ce gentil message, j'ai perdu bcp d'année avant que l'on me détecte bipolaire et c'est vrai que j'ai l'impression pour moi que les gens compatissent plus facilement quand on leur dit "j'ai un cancer" que "j'ai une maladie psychiatrique"

mais j'y travaille !! mon plus grand soutien est mon mari merveilleux et ma famille et ça c'est déjà énorme !

à bientôt

Avoir honte de sa maladie


Posté le
Bon conseiller

@claireobscure

Mon entourage familial, ne m'a pas comprise ni soutenue. Ma mère m'a dit de ne pas en parler sinon les gens allaient dire que je suis folle, et mon frère m'a dit : "tu sais les médecins ils font vite ce genre de diagnostic...on est tous bipolaires". En gros dans ma famille c'était le sujet tabou, on sait que c'est là mais on n'en parle pas. Je dis "c'était" parce qu'il y a un mois, une de mes nièces de 17 ans a été admise en HP en état maniaque. Depuis on ne parle plus que de ça.....ou presque! Ça a eu le mérite de remettre les choses à leur place, même si c'est sûr que j'aurais préféré que celà se fasse dans d'autres circonstances, ou même pas du tout.

Bonne soirée, prends soin de toi.

Avoir honte de sa maladie


Posté le
Bon conseiller

Toujours délicat d'annoncer une patholgie psychiatrique à quelqu'un. Ma famille (parents) part du principe que les psys se trompent et que je suis "(sic.) très hystérique à tendance paranoïaque. Mon père est Professeur de Médecine et ma mère psychologue lacanienne. Ils refusent la nouvelle nomenclature psychiatrique de 1994 (sic : faite pour que les labos nous fassent ingérer leurs nouvelles salo*****). Ma mère influence mon père qui n'est pas calé en psychiatrie (N.B. : lui même bipo -je pense- car il en a tous les symptomes depuis ma naissance mais il préfèrera se pendre plutôt que d'aller voir un psy). Elle, elle veut que je fasse une psychanalyse et que j'arrête tout traitement (la bonne blague ).

Bref, d'après eux seuls les psychotiques peuvent être maniaco-dépressifs. Un bipolaire a forcément des hallucinations. Je n'en ai pas = je ne suis pas bipolaire !

Heureusement il y a le corps médical (mon psy, mon généraliste) et ma famille perso qui sait combien c'est difficile de se battre, qui voient ma difficulté et mes progrès (au quotidien)... et qui poussent les hauts cris à l'idée de me voir arrêter tout traitement (n'importe quoi).

Par conséquent je ne vois plus du tout mon père qui m'a frappée enceinte (entre autres de ses nombreuses périodes "up") et rarement ma mère qui en revanche garde contact avec mon fils tous les vendredis (il a besoin de voir sa grand mère pour son propre équilibre).

Voilà, j'ai le soutien du père de ma fille de deux ans et celui de mes enfants. Une ou deux amies et c'est tout. M''enfin mieux vaut la qualité à la quantité on me l'a déjà dit.

Cordialement à vous tous, prenez soin de vous !

Avoir honte de sa maladie


Posté le

Dès fois il vaut quand même mieux expliquer aux gens ce qui se passe sinon il font leur propre conclusion. J'habites dans une petite commune ou tout le monde ou presque se connait et c'est mon compagnon qui est bipolaire. Je me suis rendu compte en voulant prévenir certaines personnes de son état ( lors d'une crise maniaque) qu'elles étaient déjà au courant mais elles avaient fait des raccourcis déconcertants certainement à cause de ces rumeurs (effet bouche à oreille). Un nouveau voisin qui a emménagé dans notre quartier a aussi dit à mon compagnon qu'il avait entendu des choses atroces sur lui... Maintenant on préfère que les gens sachent, ça leur évite de dire des conneries... et puis le fait d'en parler donne l'impression que la maladie est assumée ce qui rassure les gens.

Avoir honte de sa maladie


Posté le

Difficile d en parler en effet quand on a entendu des gens traiter votre mère folle car elle était malade . Depuis le diagnostic de ma bipolarité il y a un an1/2 après des années d épisodes dépressifs et sûrement maniaques. Seul mon mari mes enfants et mon père le savent mais moi je commence seulement à accepter et intégrer ma maladie. Donc je pense qu il y aura encore du chemin à faire déjà que j accepte ce mal et surtout que les mentalités évoluent et ce n est pas gagné. J ai très peur que mes fils âgés de 25 23 et 18 ans n hérité de cette maladie je me sens coupable et donc je commence à leur en parler pour que s ils ne sentent pas très bien psychologiquement ils sachent ce risque de bipolarité et qu ils soient traités très précocement   contrairement à ma mère qui s est suicidée et à moi qui ai été suivie par des psy pendant 9 ans avant d être diagnostiquée . Merci pour vos commentaires .

Avoir honte de sa maladie


Posté le

Bonjour Havana,

Je comprends très bien que tu sois réticente à l'idée de parler de ta maladie.

Il faut que les gens soient très ouverts et qu'ils ne portent pas de jugement...mais je crois que certaines personnes n'en sont pas là d'autant plus si elles ne connaissent pas cette maladie qui est souvent déstabilsante pour l'entourage proche, alors les autres.... 

Combien de fois je n'ai pas entendu de fois de quitter mon compagnon car son comportement est "hors normes" et que j'en souffre beaucoup. Voilà le conseil des autres qui jugent trop vite ou qui n'essaient même pas de comprendre un peu. Au lieu de me soutenir ils pensent m'aider en me donnant des conseils bidons...

Je pense que toute vérité n'est pas bonne à dire, c'est juste mon opinion et qu'il faut choisir les personnes à qui en parler afin d'être soutenue et pas l'inverse.

Tu n'a pas à te sentir coupable de ta bipolarité et je trouve que tu réagis en bonne mère en parlant de cette maladie à tes enfants. Tu restes maman avant tout! Bravo pour ton courage et ne serait-ce déjà pas un grand pas pour l'acceptation de ta maladie si tu en parles à tes enfants?!

Si tu as besoin de parler un peu... Courage et accrohe toi!

Discussions les plus commentées