https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

19 réponses

231 lectures

Sujet de la discussion

3

Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

Cela commence par un petit coup de déprime rapidement suivi d’une phase d’exaltation dite «maniaque». Entre les deux, un calme plat, du moins, en apparence. En réalité, chaque émotion ressentie déclenche chez les personnes atteintes d’un trouble bipolaire un «tsunami», une «épilepsie mentale», des «incendies émotionnels».

Un peu plus tard, la dépression revient, s’installe des semaines, des mois, avant de laisser de nouveau place à l’euphorie. «Une personne atteinte de troubles bipolaires est en proie à une très grande instabilité émotionnelle et à un manque de communication entre les émotions et la raison», explique le Dr Daniel Souery, psychiatre au centre Psypluriel à Bruxelles.

Les troubles bipolaires, qui touchent près de 1% de la population française, sont fortement héréditaires. Si les deux parents sont atteints, l’enfant a un risque sur deux de développer la maladie

«On estime que les facteurs génétiques contribuent pour 60% à l’apparition des troubles bipolaires, affirme le Dr Stéphane Jamain, de l’Institut Mondor de recherche biomédicale de Créteil (Inserm). Plusieurs études ont montré que les mêmes gènes peuvent être impliqués dans plusieurs pathologies psychiatriques». Stéphane Jamain et son équipe sont actuellement en train de décrypter l’ADN de personnes avec un trouble bipolaire et celui de personnes avec une schizophrénie. «Le but est de redéfinir la cartographie des maladies psychiatriques à partir de marqueurs génétiques, et non plus seulement sur la base d’un entretien clinique», explique-t-il.

À quoi servent les gènes identifiés? «Il s’agit notamment de gènes qui codent des molécules ayant un rôle essentiel dans la fonction des neurones», rapporte le chercheur. D’autres sont responsables du bon fonctionnement des circuits de neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine ou encore le glutamate. «Il est communément admis que l’origine des troubles bipolaires réside dans des anomalies de structure et de fonctionnement de circuits cérébraux impliqués dans le contrôle et la gestion des émotions, explique Daniel Souery.

Traumatismes de l’enfance

Cependant les gènes ne sont pas les seuls responsables. Des événements survenant très tôt dans la vie de l’individu ont également un poids important dans le déclenchement de troubles bipolaires. «Des études montrent que les personnes qui ont été exposées à des traumatismes dans l’enfance sont plus vulnérables, explique le Dr Bruno Etain, médecin psychiatre responsable du centre expert trouble bipolaire Fernand-Widal (AP-HP). Attention, nous ne concluons pas que les parents de personnes souffrant de bipolarité ont été maltraitants!», insiste le médecin.

«Ces facteurs vont entraîner, durant le développement de l’individu, des perturbations subtiles au niveau du cerveau ; ce dernier, fragilisé, va décompenser une fois confronté à des facteurs environnementaux proximaux (proches de la maladie) qui vont déclencher la première phase thymique à proprement parler», explique le Manuel du bipolaire*.

La période entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte est également déterminante. Le trouble bipolaire apparaît pratiquement toujours avant 30 ans, aux alentours de 25 ans. «Entre un tiers et la moitié des jeunes patients qui entrent dans la maladie sont des consommateurs réguliers de cannabis ou d’alcool», rapporte le Dr Etain. D’autres études ont montré que les personnes ayant un sommeil irrégulier pendant l’adolescence ont un risque plus important de développer des troubles bipolaires. Enfin, il est clairement établi que le stress et l’anxiété, même mineurs, participent au déclenchement de la maladie.

Source : http://sante.lefigaro.fr/

Début de la discussion - 22/06/2017

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

bonjour,ma mère était alcoolique et me frappée,je ne parler pas ou très peu,j'ai était diagnostiquer a 26ans,cela illustre bien l'article.je ne suis a 49 ans ,toujours pas stabiliser

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
Membre Carenity
Posté le

moi j'ai juste un truc a dire j'en ai ras la casquette de cette maladie et tous ces medocs ki me bouffent la vie; j'etais dynamique et je suis devenue une loque

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
2

Membre Carenity
Posté le

Bonsoir à toutes et à tous, je viens de lire l'article il devient fort intéressant de savoir expliquer scientifiquement notre maladie car même si nous ne pouvons qu'être stabilisés et pas toujours !! Nos enfants et petits enfants pourront être soignés et cela est important. J'ai bientôt 60 ans diagnostiquée à 52 ans et c'est bien tard me dit mon psychiatre mais j'ai passé des années chez des psychiatres a être bombardée d'anti dépresseurs et même lorsque je n'étais pas en down j'allais les voir et leur disait mes problèmes d'hyperactivité de sommeil très court mon côté up avec l'argent !!! Alors il est temps que la recherche puisse enfin nous aider. Cette maladie a perturbé toute mon existence mais j'essaie de prendre tous les bons moments de la vie. 

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

 mon compagnon a la même expérience que vous . il a  maintenant 57 ans et cela fait un peu pres dix ans qu'il a été diagnostiquer et plein de moment de galère avant . bien trop tard surtout qu'il consulter des tas de psychiatre donc un très renommé . et après avoir réfléchi sur ces parents , il a conclu que son père était peut être bien un bipolaire non diagnostiqué. 

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

bonjour,je pense que ma mère était bipolaire,et elle buvait ça n'as rien arranger,moi aussi suis une vraie loque humaine

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

l'alcoolisme cache souvent d'autres maladies dépression, bipolarité etc... Je suis bipolaire et je ne voulais pas avoir d'enfant car je pressentais que c'était héréditaire, ma mère était atteinte de psychose maniaco-dépressive mais on me disait que j'étais juste dépressive, j'ai fait 2 enfants dont le dernier en 2000 et c'est en 2001 qu'on m'a diagnostiquée bipolaire, j'étais furieuse contre les psychiatres et je me faisais beaucoup de souci et je me fait toujours beaucoup de souci pour eux, ils ont 19 et 17 maintenant.

Même si de mon coté j'ai guéri avec la psychogénéalogie et le régime sans gluten, sans lactose et sans sucre, j'ai peur qu'ils ne veuillent pas faire ce régime, ma fille depuis qu'elle est partie pense que je ne suis pas guérie et que je lui cache mon état car elle sait que c'est facile quand on habite plus avec la personne, mon fils me parait plus convaincu, j'espère qu'ils se nourriront correctement sans passé par l'alimentation actuelle, car l'industrie agro-alimentaire détruit notre santé...

Je garde l'article pour le montrer à mes enfants, de toute façon ma fille ne veux pas faire d'enfants naturels elle veut adopter, c'est qu'elle na pas encore compris que l'alimentation peut tout changer, (le cordonier est toujours le plus mal chaussé) j'espère que mon fils arrivera à la convaincre. On a forcément une fragilité pour ce genre de maladie, mais en le sachant on peut prendre ces précautions en prenant une nourriture saine et bio, dans mon cas je ne peux pas mais ils sont jeunes ils pourront réussir leur vie et manger sainement...

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

la bipolarité n asrien a voir avec l'alimentation

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
1

Membre Carenity
Posté le

Je suis d'accord avec ayla55 les troubles bipolaires n'ont rien à voir  avec l'alimentation  je suis bipolaire j'ai 66 ans j'ai galere pendant des années on a decouvert que j'étais bipolaire en 2007 seulement et quand j'y reflechis je devais avoir 25 ou 28 ans que je l'etais déjà  je pense que je  tiens cela de mon père il etait alcoolique  mais pas du tout méchant .Decouverte un peu tard j'ai du mal à  me stabiliser mais je m'accroche . Bon courage à  tous?

Troubles bipolaires : l’hérédité en cause
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

C'est dommage que vous ne compreniez pas ça... Renseignez-vous sur la disbiose, et le livre sur l'intestin le deuxième cerveau, vous comprendrez peut-être que l'humeur dépend de ce que l'on mange.

Vous avez un outil formidable "internet" alors utilisez le à bon escient, tapez sur google "les 100 maladies misent sous silence grace au régime Seignalet"

Je fais le régime sans gluten, sans actose et sans sucre rapide depuis 2 ans et demi et j'ai arrêté l'anti-depresseur que je prenais depuis 20 ans, je suis diagnostiquée bipolaire depuis 2001 et j'ai arrêté progressivement tous les psychotropes grace à le psychogénéalogie, mon psychiatre à l'époque m'avait dit qu'il avait connu un bipolaire qui avait guéri et on a conclu un contrat pour diminuer mes médicaments et de 2008 à 2013 j'ai arrêté tous mes psychotropes, donc voilà ça existe, si vous avez envie de guérir vous pouvez trouver une soltuion grace à internet, si vous ne voulez pas guérir eh bien, gardez vos idées qui vous empêchent d'avancer...

Pour moi ce n'est pas un problème si on ne veut pas me croire, car c'est votre vie, ce qui me chagrine c'est que ma fille ne me croit car elle, je l'aime et je ne lui souhaite pas cette maladie, elle a une solution devant son nez mais elle ne veut pas y croire et ça c'est dommage.

Vous pourrez être une vingtaines à me dire que l'alimentation ne soigne pas la bipolarité, ça ne me fera pas changer d'avis puisque de mon coté je ne prend plus rien, je suis juste hypersensible, les choses me touchent et me toucheront plus fort que les autres mais je n'ai plus besoin d'être anesthésiée par les psychotropes qui m'ont fait beaucoup, beaucoup grossir (60 kg) et qui m'ont provoqué d'autres maladies chroniques (diabète, apnée du sommeil, hypertension) et tout ça guéri grace au régime youpi !!!

J'espère que vous trouverez votre chemin vers la guérison ou pas... C'est votre chemin de vie, je ne peut rien pour vous, mais je ferais tout pour que ma fille n'est pas cette maladie

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 192 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme