https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

39 réponses

438 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

Comment faire pour qu'une personne bipolaire puisse avoir une estime de soi satisfaisante.

Entre mégalomanie et dévalorisation chronique, ces personnes sont parfois difficiles à cerner et à suivre.

Dans une phase up, la personne va se voir telle qu'elle est (voire un peu mieux encore) dans une phase down, c'est tout juste si elle ne se considère pas comme la lie de l'humanité qui ne mériterait pas de vivre presque.

C'est extrêmement troublant pour l'entourage qui bien souvent doit composer avec cet égo en dents de scie, brutal et dont l'oscillation peut survenir d'un instant à l'autre.

La vérité, c'est que la personne semble être sourde à la perception que les autres se font d'elle comme si elle était frappée d'une forme d'hyper lucidité sur elle même et qui ferait qu'elle ne peut se voir comme quelqu'un dans la norme.

Si vous ajouter à ceci, une conscience morale exacerbée faisant que la personne ne se tolère aucun écart, ne se pardonne rien, versant parfois même dans une forme de masochisme (on dirait qu'elle prend plaisir à se faire souffrir) c'est difficile à gérer.

Début de la discussion - 06/02/2016

troubles bipolaires et estime de soi
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonsoir,

c'est sûr comment expliquer ces états que l'on a du mal à comprendre et/ou à admettre?

Personnellement je me suis toujours sentie différente des autres, dans ma bulle, n'ayant pas des amitiés de groupe mais plutôt individuelles, préfèrent lire, dessiner que jouer.

C'est vrai que nous pouvons être très rigides, tres pointilleux, ayant le souci du détail et pouvant même nous y perdre, avec des ambitions ou des objectifs démesurés, mettant sur nos épaules des choses trop lourdes à porter en fin de compte.

Nous appliquons également cela dans notre milieu professionnel et personnel.

Optimiste en phase down, charmeur, dynamique, humoristique, débordant d'énergie en phase up, nous finissons par le payer cher, épuisés, déprimé, replié sur nous même, souffrants moralement et psychiquement voir physiquement, en phase down, je ne sais pas si c'est plutôt la maladie qui nous torture plus que nous même puisque nous la subissons sans pouvoir lui échapper d'autant plus quand nous ne sommes pas diagnostiqués ni bien soignés médicalement.

C'est pour cela que nous nous devons de prendre notre médicament adapté et être indulgent envers nous même puisque nous ne sommes pas responsables d´être "malade"

J'espere avoir répondu au sujet et à le résumer brièvement.

Bonne soirée à tous

troubles bipolaires et estime de soi
3

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour à vous - j'ai été attirée par le sujet et vos impressions à toutes deux : moi-même Bipolaire - niv2 - diag. depuis 2oo4 et souffrant bien avant de hauts et de bas que je ne savais pas expliquer mais bien ressentir - moi aussi je me sentais différente - dans ma bulle - essayant d'aller au devant des autres en phases "up" et me mettant à l'écart totalement dans les plus nombreuses phases "down" ...  l'estime de soi n'est pas spécifique à notre pathologie - elle concerne tout'un chacun car nous avons tous notre (nos) histoire(s) depuis la petite enfance et le long chemin de nos vies ...  quand j'ai commencé à avoir un soutien psy (2oo4) c'est un point qu'on m'a souligné très vite et là j'ai commencé à revenir sur le Passé : bien obligé(e) pour comprendre et ne plus se "voiler la face" (ce que je faisais depuis des années comme on fait l'autruche pour ne pas voir ou se faire du mal - ou être encore plus en conflit avec soi ...).  Oui c'est complexe cette estime de soi - s'aimer en se faisant du bien - s'accepter tel(le) qu'on est - pouvoir se regarder dans la glace le matin sans regard fuyant (ça m'arrive encore - j'y peux rien ) et pourtant je sais que je plais, que j'attire le(s) regard(s) - même à presque 57 balais en fin de moi ...  j'ai aussi du charme, paraît-il ...  et au fond de moi ça me fait du bien par moment et je n'y crois plus à d'autres ... oui je confirme c'est destabilisant pour soi mais aussi pour l'entourage, proches ou amis, connaissances ....  bien souvent on donne le change quand on est stabilisé et même en phase haute ... mais ça bascule totalement et parfois brutalement quand on glisse à nouveau vers le bas, des fois très très bas ...  je pourrais en parler assez longuement car je travaille encore sur cette "estime de soi" ... je crois qu'en ce qui me concerne ce sera toujours un combat pour ne pas me perdre ni m'oublier (ça je l'ai vécu et je ne veux plus le vivre - ça fait mal - c'est par moment invivable et ça m'a fait sombrer à plusieurs reprises ).  Si j'arrêtais pour aujourd'hui ?? En tout cas j'espère que vous pourrez réagir à ce sujet et sur ce que j'ai partagé ici avec vous - Bien à vous - merci de m'avoir lue - @très plus - Bien à vous -amicalement à vous  Bipol13/Elisabeth  ** 

troubles bipolaires et estime de soi
4

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Moi je pense que les bipolaires surtout en phase dépressive ont tendance à écouter Pierre et Jacques sur leur façon de les voir. Le mieux c est le libre-arbitre, écouter son coeur, prendre conscience de ce que l'on est et s'améliorer petit à petit pour amadouer cette pathologie.

troubles bipolaires et estime de soi
3

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Je fais suite au commentaire de "verveine" et je ne suis pas contre ce qui a été commenté. Mais pour se retrouver soi et se sentir plus en confiance, il est vrai qu'avec n'importe quelle pathologie, il faut la connaître pour l'accepter et arriver à "vivre avec" le mieux possible. Je le dis parce que je l'ai vécu, comme d'autres, avec des doutes, des questionnements, des craintes au tout début. Un soutien psy et régulier est indispensable. J'ai fait partie d'une Association pendant presque dix ans, qui m'a permis de mieux connaître la pathologie et de faire de belles rencontres, patients, proches et soignants.  J'ai changé de secteur géographique et j'ai dû couper le lien - j'ai alors ressenti un très grand vide ...  Heureusement, internet m'a permis d'avoir un lien avec Carenity et depuis janvier dernier j'ai fait la démarche de m'y  inscrire, ce qui me permet de retrouver ce lien qui me manquait tant ... Bipol13-Elisabeth **  @bientôt

troubles bipolaires et estime de soi
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonsoir

C'est plus les conséquences et les répercussions de la maladie qui me gêne le plus au sujet de l'estime de soit 

troubles bipolaires et estime de soi
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

bon, je crois que vous avez tout dit sur l'estime de soi : il est vrai qu'elle est difficile à trouver, au plus profond de notre être sommes nous bipolaires, hyperfragiles, hypersensibles, hyperémotifs, hyper tout quoi.S iles autres ne nous renvoie pas une image positive de nous, nous perdons pied

troubles bipolaires et estime de soi
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Mais ça c était avant... Elojojonani ; maintenant, on se regarde dans le miroir et l'on se dit : je suis quand mm quelqu'un de bien! bisous

troubles bipolaires et estime de soi
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

merci à tous pour vos témoignage.

@pseudo-masqué je ne suis pas d'accord avec toi, l'estime de soi me paraît être le centre de la thymie changeante des exemples que j'ai autour de moi. Loin d'être à l'écoute des discours des uns et des autres la perception que ces personnes se font d'elles est comme au travers d'un miroir déformant un coup gros, un coup moins gros....

en revanche, ce qui est vrai, c'est que cette perception est très liee à la chimie du cerveau.

en fait, la psychiatrie moderne considère moins la psychee comme une manifestation de l'âme que comme la fumée qui s'échappe du tube à essai et le surplombe après une réaction chimique.

le tout est de réguler les dosages afin d'obtenir une réaction chimique équilibrée dont la fumée soit socialement acceptable.

En fait, il y a peu d'intérêt si ce n'est ne pas être seul à parler de ses expériences passées, de ses traumatismes à son psy... Qu'à prendre religieusement son traitement quand le bon a été trouvé.

la psychiatrie est plus une histoire de neurotransmetteurs que de psychee.

c'est beaucoup moins romantique certes (désolé pour le 14/02) mais en définitive, c'est la triste verité.

Ce qui me mène à considérer un autre aspect de nos existences : si dès lors que nous ne sommes que des résultantes de réactions chimiques, la morale est remise en question.

je m'explique : si nous ne sommes que des réactions chimiques, dès lors nous devons assumer ne rechercher qu'un état de béatitude qui découle de ces dernières.

aussi, il n'y a plus guere de règles morales autres que celles que nous nous imposons en tant qu'animaux sociaux pour permettre la vie en société.

je sais pas si je suis claire, mais en synthèse la perception de soi est centrale dans la bipolarité.... Et pour la réguler : trouver le bon ttt et le prendre sérieusement 

troubles bipolaires et estime de soi
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué 

Malheureusement pour nous je vous rejoins dans votre analyse et je trouve Cela terrible en constatant que certains on plus de chance que d'autre et que lorsque on a ce probleme on à peur de soit-même.

Moi qui pensait qu'on ne peut vraiment que compter sur soit Même, cette certitude est remis en cause. Cela est bien triste de devoir se méfier de soit  Même en redoutant une perception et une reaction parfois inappropriées que nous pouvons regretter Apres vu les conséquences mais c'est trop Apres c'est trop tard.

Tout Cela à cause d'un probleme de chimie? Qui peut accepter l'inacceptable?

Comment faire comprendre aux autres quelque chose qu'il vaut mieux cacher et qu'ils ne pourrons pas comprendre puisque nous Meme nous ne le comprenons pas?

Comment comprendre qu'il y à l'avant et l'après quand un jour la maladie enfouie fait basculer notre vie et devient impossible à gerer sans traitement adaptée.

Avec la chimie et le traitement on a l'impression d'être une machine, un robot, et c'est encore plus dur à supporter et à subir quand on en ait très conscient. 

Et ensuite qu'elle soit si triste et lourde à porter cette vie, je ne sais pas. Je ne sais même pas ce que peut apporter vraiment la stabilisation si ce n'est que d'éviter d'aggraver la catastrophe et de pouvoir faire juste ce que l'on a à faire.

J'aimerais bien que ceux qui ont passé ce cap puisse nous faire part de leurs expériences personnelle pour parler un peu espoir et être un peu plus positif sur le sujet.

Bonne journée