Thermoplastie bronchique : soigner l'asthme sévère avec de la chaleur

S'inscrire pour participer à cette discussion
https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/asthme.jpg

Patients Asthme

2 réponses

45 lectures

Sujet de la discussion

1
anonymous avatar Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

La thermoplastie bronchique fait son chemin en France pour prendre en charge les patients asthmatiques dont le traitement est au maximum et que son efficacité n’est pas optimale. Des publications scientifiques ont prouvé l’efficacité de cette technique innovante dans la diminution de la fréquence des crises d’asthme, et du nombre d’hospitalisations.  

respirer

L’asthme est une maladie respiratoire due à une inflammation des bronches. La fréquence et l’intensité des crises varient d’un individu à l’autre et selon les personnes, l'asthme peut se manifester de manière intermittente, où les symptômes sont rares et déclenchés lors d’une exposition à un facteur favorisant (pollens saisonniers, virus). Mais il peut aussi se manifester toute l'année (asthme chronique) et chez ces malades, il est alors indispensable de prendre un traitement de fond tous les jours, en plus du traitement de secours.

Le niveau de sévérité de l’asthme est défini par l’importance de ce traitement de fond (nombre de médicaments et doses) nécessaire pour le contrôler. En France, l’asthme sévère, le dernier stade d’asthme, touche environ 6% des personnes asthmatiques selon l'Assurance maladie. "Il se définit par un mauvais contrôle permanent malgré un traitement optimal associant plusieurs médicaments depuis au moins six mois à un an", explique-t-elle.

C'est à destination de ces patients que les CHU pratiquent de plus en plus une technique innovante qui demeure peu connue: la thermoplastie bronchique. Contrairement aux Etats-Unis, celle-ci est en effet encore peu pratiquée en France, comme l'explique dans un communiqué le CHU de Lillequi vient d'annoncer sa mise en place. Le principe est simple : sous anesthésie générale, l'intérieur des bronches est chauffé à 65 degrés environ.

Moins de crises donc moins d'hospitalisations

Ce dispositif permet de chauffer les tissus en vue de réduire le volume et la contractilité du muscle lisse bronchique, limitant ainsi la capacité des voies aériennes à se rétrécir. "Cette technique se réalise sous anesthésie générale, sans aucune incision chirurgicale, grâce à une petite électrode qui s'ouvre à l'intérieur des bronches. Cela nécessite trois séances à trois semaines d'intervalle", explique le Dr Clément Fournier,  chef du service d'endoscopie respiratoire à l’hôpital Calmette du CHU de Lille.

Des publications scientifiques évoquent son intérêt en ce qui concerne une diminution du nombre d’hospitalisations. Car si les patients traités ne se débarrassent pas de leur asthme, le nombre de crises annuelles est réduit de manière importante et leur fonction respiratoire est améliorée. Il faut néanmoins rester prudent quant à son efficacité à moyen et long terme, même si les études médicales rapportent des résultats qui se maintiennent durant les cinq années qui suivent le traitement en cas de succès.

Mais cette pratique demeure confidentielle car réservée aux adultes en impasse thérapeutique. "Les patients concernés sont ceux qui, malgré les traitements de fond proposés comme la biothérapie, souffrent d'un asthme dont le contrôle n'est pas considéré comme satisfaisant et qui ont une mauvaise qualité de vie", ajoute le Dr Clément Fournier. La thermoplastie bronchique n'a pas par ailleurs pour objectif de se substituer aux corticoïdes utilisés le plus souvent sous forme inhalée (aérosol-doseur ou inhalateur de poudre).

Une pratique chère et pas (encore) remboursée

De fait, seul un infime pourcentage de patients est éligible. "Même pas 1% des adultes souffrant d'asthme sévère est concerné, donc à peine trois à cinq mille malades", selon le Dr Fournier. Ce sont des centres spécialisés disposant d'une compétence dans la prise en charge des asthmes sévères qui sont chargés d'effectuer la sélection (hôpital Américain, hôpital Bichat AP-HP, hôpital Nord de Marseille, CHU de Nantes, Strasbourg, Toulouse et Lille).

Actuellement, le CHU de Lille a pratiqué cette technique sur deux cas, un autre est en cours, et un quatrième cas a été sélectionné, et une centaine d'opération de ce genre ont été réalisées en France. Reste que la thermoplastie bronchique n'est pas remboursée par l'Assurance maladie, pour un prix estimé "entre douze et quinze mille euros par malade", selon le Dr Fournier. Les centres experts sont donc dans l'attente de savoir si elle pourra bientôt bénéficier d'une prise en charge.

"Le dossier est en cours, mais je n'ai aucune idée quant au délai de réponse. Ce qui est sûr, c'est que l'avantage médico-économique de cette pratique peut être important", conclut le Dr Fournier. En 2015, la Haute Autorité de santé a publié un rapport dans lequel elle estime que "la thermoplastie bronchique constitue une modalité thérapeutique considérant le besoin non couvert pour ces patients". A condition que cette technique s’accompagne d’un encadrement spécifique et que le patient soit informé sur le faible recul des données disponibles.

Source : Santé Magazine

Et vous, que pensez-vous de la thermoplastie bronchique ? 

Début de la discussion - 21/11/2017

Thermoplastie bronchique : soigner l'asthme sévère avec de la chaleur

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le

CE QUE J’AI COMPRIS ET RETENU C’EST QUE LES RAYONS SOLAIRES FAVORISENT LA RÉSISTANCE AUX CRISES D'ASTHME. JE NE ME SEPARE JAMAIS DE MON FLACON DE VENTOLINE EN ALLANT FAIRE LE SPORT PENDANT LA SAISON PLUVIEUSE

Thermoplastie bronchique : soigner l'asthme sévère avec de la chaleur

anonymous avatar Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

BJ

Vivre avec un asthme persistant sévère stade 4 n est vraiment pas facile à gérer surtout quand on travaille dans un entrepôt. Le temps pluvieux et humide m'affaiblit beaucoup un simple rhume devient une catastrophe actuellement je suis à l'arrêt avec antibiotic cortisone ... et j'ai du mal à m'en remettre  et surtout à rester plus de 10 minutes debout sans déclancher une quinte de toux. Le soleil est bénéfique pour nous asthmatique mais bon dans le nord c'est bien difficile

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 150 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme