https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

4 réponses

55 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

je pense que cette maladie peut avoir un seul versant, notamment le versant dépressif.Qu'en pensez vous?

Début de la discussion - 13/11/2015

Monopolarité


Posté le

Bonjour Isabel

D'après ce que j'ai pu lire, on peut être bipolaire et ne faire quasiment que des épisodes dépressifs. 
C'est mon cas. Parfois j'ai des accès pouvant faire penser à une phase up (énorme colère, agressivité disproportionnée) mais ça ne dure jamais. Les phases down sont beaucoup plus longues et prononcées (insomnies énormes, pas d'appétit, envie de rien, pleurs etc)

Monopolarité


Posté le

bonjour, 

Merci pour ta réponse, mes humeurs noires dans ma dépression m'ont alertées mais je n'ai pas trouvé d'écrits sur cette question. J'ai demandé à ma psy de me prescrire un régulateur d'humeur et miracle, ça marche.  depuis que je le prends, je revis : pourvu que cela dur. mes neurones refonctionnent ,lol. je retrouve mes colères sociales, alors que je pensais ne plus pouvoir bosser ( je suis travailleur social dans un quartier difficile ) et je ne voyais que mes échecs pro. Par contre, je suis une insomniaque et je le reste. Bref, cela fait un an que je suis en arrêt maladie et là, depuis quelques jours je vois un peu le bout du tunnel.

Au plaisir de te lire et d'échanger si tu le souhaites

ps: je suis une personne qui ne pleure jamais, qui ne cries et je n'extériorise quasiment rien et c'est ma nature

Monopolarité


Posté le

Bonjour Isabel54, je t'ai posté un message de bienvenue

Monopolarité


Posté le

Je suis bipolaire type II, y'a pas de monopolarité au sens strict, les bipo dépressifs ne sont pas à l'abri: c'est à 53 ans que j'ai fait une phase hypomaniaque, j'ai adoré jusqu'à ce que je plonge en 3 mn dans une dépression suicidaire; en fait j'avais eu de petits déclics précédemment, mais tellement discrets que c'est moi-même étant médecin qui suis allée demander à un psy non borné de me prescrire du lithium, ce qui a changé ma vie (à 35 ans)

Le pessimisme et le fatalisme (penser que ce qui arrive devait arriver, et que la vie n'est pas une obligation d'être heureux), ne m'empêchent bizarrement pas de soigner avec enthousiasme, je pense que la maladie fait partie de la vie, comme la mort, et je tiens à ma place auprès des autres vivants.

Citation de Chateaubriand pour illustrer ma posture: le /...., on m'infligea la vie

Discussions les plus commentées