Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

15 réponses

188 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Certains d'entre vous ont ils des expériences à nous faire partager à propos de l'effet du sport sur leur maladie, en positif ou négatif d'ailleurs ?

Je suis actuellement hospitalisée pour perdre du poids avec une dose importante de sport quotidien et  la fatigue accumulée impacte le sommeil, la faim et le moral, le tout en positif pour moi.

Qu'en dites vous ?

Début de la discussion - 22/06/2016

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

Bonjour @PINPIN, très bon sujet. Pour ma part je ne suis pas du tout sportive malheureusement, néanmoins avant de basculer Bipo en 2013, je faisais de la zoumba, du step, du renfort musculaire, du vélo avec une amie. Puis j'ai eu des thymo qui m'ont fait grossir et le poids est très mauvais sur plusieurs plan y compris les genous et zumba et step c'est pas forcément bon aussi pour eux. Résultat fissure du ménisque et opération et kiné. Chez le kiné j'ai fais plein d'appareil de musculation et au début c'était pas facile mais en changeant de thymo (presque le seul qui ne fait pas prendre de poids, j'ai reperdu mes 15kg pris). Cela m'a donné envie de faire un sport doux (car en fonction du poids, de l'âge, de la condition physique il na faut pas faire n'importe quoi ni dans n'importe quelles conditions, il faut être encadré également). Donc à la rentrée, marche nordique une fois par semaine (entre 7 et 14 km) mais en groupe et encadrée cela peut être sympa, plus contact avec le grand air et la nature, sachant que la marche rapide fait travailler les jambes, la circulation du sang, les poumons, la respiration, les bras et la cage thoraxique par exemple.

Sans compter que cela doit être bon pour le coeur,le moral, la vie sociale et que le sport déclenche normalement des hormones (genre hormone du plaisir, dopamine etc dans le cerveau, que cela déstresse, détend et vide la tête. Après il faut rester motiver, c'est pasla quantité qui compte, c'est la régularité. Je fais aussi de la gym au sol et du renfort musculaire chez moi, à mon rythme (merci Youtube pour apprendre les mouvements et après les faire tout seul tranquillement sans forcer); les abdos aussi avec une appareilpratique et portatif et remonter que le haut du dos. Fini le temps ou on remontait tout de haut ça sert à rien etça fait mal donc ça peut-être dangerereux et faire l'effet inverse. Pour le sportne pas oublier de s'échauffer doucement et après de se détendre pour terminer.

Evidemment je vous renvoie à la discussion "motivons nous pour perdre quelques kg" car si on a pas une alimentation saine et équilibrée ben c'est pas top. Et beaucoup boire et manger une petite collation pour l'énergie et le sucre. Etre bien équipé etc

Goooo

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le

Merci Clash1973, nous sommes sur la même longueur d'onde. J'ai pratiquement terminé mon parcours de santé sous surveillance médicale et tout va beaucoup mieux. Je sens que mon corps s'est modifié, qu'il est à la fois plus résistant et souple et que le poids perdu et la silhouette modifiée lui doivent énormément. Aujourd'hui, je pratique du sport avec envie et non par obligation et je sais qu'en sortant je continuerai à marcher régulièrement, je ferai du vélo et poursuivrai des exercices d'assouplissement tels qu'enseignés ici.

La fatigue musculaire est même rassurante et facilite la perte de poids entamée grâce au régime alimentaire entamé ici.

Tous les exemples cités ci-dessus étayent le dicton "bien dans son corps, bien dans sa tête" et j'y mets enfin un sens aujourd'hui.

Si la maladie est une fatalité, on peut la vivre tellement mieux en mettant toutes les chances de notre côté !!!

A vos baskets.

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

@PINPIN 

Bonne continuation, il faut être acteur de son traitement, si possible ne pas prendre de médicaments qui font grossir. Ne pas faire de régime (je déteste ce mot à la mode, car en plus un régime peut être très mauvais pour la santé meme provoquer des maladies graves). Mais surveiller ses portions, manger équilibré, Reduire le sucre même caché, les aliments gras, les produits transformés etc y a une discussion d'ailleurs sur le site à ce sujet et c'est très intéressant.

Avec ma fatigue excessive malheureusement je ne peux pas faire autant de sport que je voudrais mais Apres on peut trouver des compensations d'adaptation.

Objectif, etre bien dans sa tete et dans son corps car l'un ne va pas sans l'autre et cela s'appelle l'équilibre.

La maladie m'a appris à relativiser, à mieux me connaitre, à m'entraîner à transformer les choses, les évènements négatifs en positif Etc

Une fois qu'on a le bon traitement et le bon spécialiste on commencê ã etre sur le bon chemin et à sortir la tête de l'eau.

Bonne route à tous.

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

bonjour clash et pinpin

Il faut manger équilibrer fait maison. 

bon courage à vous tous

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

Merci pour vos témoignages, 

Tu as raison Clash j'ai beaucoup de kg en trop (Depakote merci !!!! enfin c'est fini) mais il faut énormément de volonté et j'en manque. Je m'efforce toutefois à faire tous les jours vers 6 h du matin une petite marche rapide,ça fait du bien, c'est calme à cette heure là et après je me sens mieux et physiquement et psychologiquement.

La marche nordique j'aimerais bien essayer.

A bientôt !

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

Excellent thème de forum pour nous "les bipolaires" et pas seulement, pour tous et toutes,pour parler vrai. Pour ma part, j'ai choisi de me servir de ma voiture à minima pour faire un maximum de pas pour des besoins élémentaires comme faire les courses. C'est un peu ou beaucoup plus cher selon les articles mais j'ai choisi la superette du bout de la rue chez Brahim chez lequel je vais donc à pied que d'aller dans un Hyper dans une ZAC à cinq kilomètres en auto. Et je multiplie les sorties pour mes emplettes que de tout concentrer dans un caddie rempli à ras bord une fois par quinzaine. 

Pour mémoire, pendant mes presque deux années d'hospitalisation en hôpital de jour MGEN de 1998 à 2000, je me souviens des sorties hebdomadaires à la piscine olympique de Rouen avec le groupe de patients encadré d'un infirmier psychiatrique et de mes scores avec 2000m de brasse en moins d'une heure au point de l'inquiéter dans mes comportements excessifs de nageur lambda.

Quand à la randonnée pédestre, c'est presque terminé pour moi au-delà de 10km à cause de mon arthrose du genou gauche. C'est là que je constate qu'il n'y a pas que le psychisme comme facteur limitant dans l'activité physique pourtant bénéfique en soi mais que le physique avec l'avancée dans l'âge peut devenir à son tour un frein à l'activité physique.

Tous mes encouragements à toutes et à tous selon le slogan d'une célèbre marque de sports : "à fond la forme" !

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

Bonjour à toutes et tous,

Je suis bipolaire de type 2 avec des cycles courts. Ce sujet m'intéresse car j'ai toujours été un sportif dans l'âme. Je m'étais un peu laissé aller à la fainéantise ces dernières années, bien avant que le diagnostic soit posé et que la prise en charge médicamenteuse fasse son effet. J'ai aussi eu une longue période de consommation d'alcool et de cannabis à outrance, ce qui n'aide en rien à mettre ses baskets et à se bouger...

Je me remet au sport depuis quelques mois : course à pied, vélo et un peu de piscine de temps en temps. Et ça me fait un bien fou ! Sur le plan purement physique, mon corps se retend. J'ai retrouvé une belle silhouette. Et au niveau mental c'est un pur bonheur. Le fait de me voir dans un miroir avec de nouveau des formes, ça regonfle le moral. Et quand je fais un effort assez dur (d'endurance ou de sprint) je fais forcément travailler le mental en me disant : "allez Stef tu vas tenir, encore un petit effort". Le sport libère également plein d'endorphines alors après une bonne séance de course à pied par exemple je "plane" un petit peu. Je me surprend même à penser certaines fois que je suis à peu près dans le même état que quand je fumais un joint, sauf que je ne me détruis plus la santé !

Bref, tout ça pour dire que le sport est vraiment salutaire pour moi. Je le conseille vraiment à tout le monde, selon ses capacités bien sûr. Quand j'ai repris, j'ai voulu y aller trop fort d'un coup et je me suis fait une déchirure du mollet...aie ! Dans le cadre de ma réinsertion professionnelle (oui, je dois travailler sur tous les plans en même temps) j'envisage de passer un BPJEPS d'éducateur sportif pour enseigner aux enfants comment faire du sport. Je pense que c'est une merveilleuse école de la vie le sport.

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

Bonjour du tout petit matin Stouf70,

Donc l'exercice physique t'es extrêmement bénéfique. J'ai bien conscience pour ma part que je suis vraiment sédentaire et que plus je vieillis (bientôt 60 ans) plus mon corps se plaint de mille maux faute de me bouger au lieu de passer mes journées sur le canapé à bouquiner. Tous mes médecins, soignants, proches me conseillent également de "bouger" pour me sentir mieux au lieu de ne compter que sur les médicaments. Je sais qu'ils ont raison mais je me sens tellement fatiguée que c'est difficile de trouver la motivation.

Donc j'essaie, dans la mesure du possible, de faire une petite marche rapide très courte (30  minutes environ) tous les matins je très bonne heure. Mais ce n'est pas suffisant. Souffrant d'un surpoids dû aux divers et variés psychotropes j'ai pris 20 kg en 12 ans à peu près ! D'une stature très, très mince (tellement nerveuse que mon métabolisme brûlait tout ce que j'ingurgitais) je me déteste en "grosse" et c'est même devenu un tel problème qui m'empêche de sortir de plus en plus à cause du regard des autres. Je suis pourtant loin d'être obèse mais je suis en surpoids et ça me dégoûte.

J'ai donc décidé de me mettre à la gym douce à la rentrée et d'acheter un vélo d'appartement. Je ne peux plus en effet faire du vélo sur route ayant perdu complètement l'équilibre à force d'avaler des médicaments et de marcher davantage petit à petit.

Merci pour ton témoignage et super ton projet de passer un examen pour faire éducateur sportif !!!!

Impact des activités physiques sur les troubles bipolaires


Posté le
Bon conseiller

Bonjour @cathy091, 

Je suis heureux de lire toutes ces bonnes résolutions. C'est bien de vouloir se prendre en main !

Tu as fait ta petite marche au frais ce matin ?

La marche est très bon pour la santé, c'est reconnu alors je t'encourage à effectivement en faire un peu plus. Fais quand même attention aux grosses chaleurs en ce moment... pourquoi pas en rajouter une petite digestive après le dîner dans un premier temps ?

Je pense qu'aller à la gym douce sera très bon pour toi. Non seulement tu vas pouvoir travailler sur ton corps, mais cela va aussi te permettre de rencontrer de nouvelles personnes et ça c'est bon pour le moral. Dans le même style d'activité il y a le yoga, je ne sais pas si tu as déjà essayé ?  Moi personnellement,  je ne suis pas fan car j'ai besoin dun effort un peu plus intense, mais ça aide aussi à recentrer ses énergies donc c'est un bon compromis entre le travail physique et psychique.

Le vélo d'appartement peut être aussi très intéressant. Ça t'offre la possibilité d'en faire par tous les temps. Etant donné tes problèmes d'équilibre, je te conseillerais simplement de faire attention à la transition  quand tu descend de ton vélo. Tu pourrais être prise de vertige après l'effort. Pour pallier à ça, à mon avis le mieux c'est de pédaler encore 1 ou 2 minutes après ta séance, à un rythme vraiment doucement et quasiment en roue libre, cad au niveau le plus facile. D'une part ça fera disparaître l'acide lactique accumulé dans les jambes ce qui évite le phénomène des jambes lourdes et d'autre part cela annonce à ton cerveau que c'est fini. Tu le prépare en quelque sorte à la retrouver le terre ferme.

J'ai aussi envie de te conseiller un matériel très simple d'utilisation, que j'utilise tous les jours. Je ne sais pas si j'ai le droit de mettre ici un lien commercial... mais cela s'appelle tout bonnement un élastique de renforcement musculaire, disponible à moins de 15€, à fond la forme... en tapant ces mots clés dans Google tu trouveras facilement. Les exercices avec ce produit sont quasiment infinis. Il y a plusieurs résistance possible, pour toi je pense que la plus simple, celle à 5kg, serait la mieux adaptée. Avec ça tu peux retendre ton corps de manière très efficace. Et vu que c'est quelque chose d e pratique à transporter tu peux, par exemple, le mettre dans la poche. Aller marcher dans un parc et t'en faire une petite séance. Tu feras des envieux.

J'espère que ça pourra t'aider un peu dans tes démarches, n'hésites pas aussi à demander des conseils à ton prof de gym pour refaire les exercices à la maison. En général on pene que c'est inné et on reproduit les exos seul à la maison mais avec de mauvaises postures mais cela peut vite entraîner des douleurs au niveau du dos notamment. Et n'oublies surtout pas les étirements, c'est super important pour ne pas avoir de courbatures.

Bonne journée à toi, au plaisir de te lire.

Stef

Discussions les plus commentées