Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

27 réponses

395 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Salut tout le monde !

Ça fait un moment que je n'étais pas venue sur le forum, je suis très contente de lire vos conseils et suggestions à propos de la bipolarité.

Je me suis dit, avec le recul, que finalement, peut-être qu'accepter sa maladie serait la clé de la réussite. Qu'en pensez-vous ?

Malheureusement, on sait très bien que c'est difficile de parler de sa maladie car ça reste un sujet tabou. Par exemple pour ma part je ne l'ai toujours pas dit à mon copain, mais bon je me suis dit qu'un jour je vais devoir le faire si on vit ensemble...

N'hésitez pas à donner vos avis sur ce sujet, que vous soyez bipo ou non.

Au plaisir de vous lire

A bientôt

Début de la discussion - 07/07/2014

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le

Je pense que c'est important, oui, mon père en ce moment est un peu haut, et selon lui, il est guéri... pas facile à vivre au quotidien quand on entend ce genre de propos et qu'on sait qu'on va devoir assurer derrière, sans le vexer parce qu'en plus ce sont des moments où il est très susceptible...+ se manger les reflexions des gens qui n'y connaissent rien et qui nous disent "laissez-le se démerder, elle a bon dos sa maladie"... enfin! C'est une maladie généreuse, elle touche le patient et ses proches aussi ^^

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le
Bon conseiller

Accepter demande du temps, mais il reste toujours des moments où la peur de tomber nous tenaille même si nous nous croyons stabilisés, et comme l'espoir fait vivre ...

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le

je pense qu'on peut accepter sa maladie que lorsqu'on est plus ou moins stabilisé. Je sais que dans mes bonnes périodes, j'en parle sans tabou et en rigolant des épisodes rocambolesques de mes phases maniaques...alors qu'en dépression j'en reviens toujours à me dire que c'est trop dur et injuste de passer par là! j'accepte de prendre le traitement qu'il faut à vie mais pas les descentes en enfer imposées par la maladie sans qu'on y puisse rien! je pense que trop accepter cette souffrance serait masochiste et tendrait à se laisser aller dans la dépression en se disant que c'est la maladie, on y peut rien, c'est comme ça. après c'est qu'un ressenti personnel....

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le

Bonjour à tous  

Je reviens pour ce micro-sujet... la stabilité ne peut tenir que par un rejet radical de la psychiatrie, et de tous ses tenants, la stabilité s'obtient avec la haine de ce système, et de ses représentants, la haine pure.. pour ma part presque 10 ans, en Février 2015, cela fera 10 ans que je me tiens éloignée de ces choses, je vis, et je vis bien sans eux, et c'est ma haine à leur égard qui me sert de sol et de stabilité, oui ma haine et mon dégoût de ce qu'ils sont, sans aucune distinction.. je les hais au plus profond de moi.. le dégoût que j'éprouves pour ces gens là n'a aucune limite.. accepter ?! accepter quoi ?! accepter d'être considérée comme une merde par des crétins qui passent leur temps à regarder la paille que les autres ont dans l'oeil sans vouloir regarder la poutre qu'ils ont dans le leur ?! mais savez vous au moins comment vont leurs propres enfants ? savez vous qui ils sont ? et comment ils mènent eux-mêmes leur vie privée ? j'en doute..

accepter la maladie ?! non il s'agit surtout d'accepter qui l'on est.. et de faire le ménage autour de soi afin d'éradiquer tous les parasites qui nous font souffrir, et produisent des symptômes.. s'accepter soi-même pour ce que nous sommes, voilà le début de la guérison..

Bisous à tous et à toutes..

Belle nuit

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le

bonjour chantre,

quand tu dis que tu te tiens éloignée de toutes ces choses, cela signifie que tu n'a plus de traitement depuis 10 ans?

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le

Bonjour

Oui c'est tout à fait cela.. absolument.. je suis sans traitement et sans suivi.. et très heureuse de cela

en 2003 et surtout 2004 jusqu'à Février 2005, j'en ai chié des ronds de chapeau pour le dire un peu vulgairement..

et je le dis ces gens là tout ce qu'ils ont fait c'est de risquer ma vie le plus simplement du monde, sans aucune moralité, sans aucune conscience, ils ont failli détruire ma vie, et me détruire.. et je les hais pour cela... oui je les hais.. aucune concession parce que si j'y avais laissé plus de plumes, je sais très bien ce qu'ils auraient dit ces gens là pour se dédouaner de leur responsabilité : c'est la maladie, parce que la maladie a bon dos, c'est le bouc émissaire de leurs erreurs mortelles, de leur incompétence, de leur cynisme, de leur sadisme, de leur nullité, de leur médiocrité.. 

le bonheur se situe le plus loin des psychiatres et de leur discipline qui donne la mort sur ordonnance.. et le début du bonheur c'est d'accepter avant tout d'être hors normes, et ensuite de fréquenter des personnes qui nous aiment dans notre mode singulier d'être au monde.. élargir son horizon et s'apercevoir qu'il y a bien plus malheureux et souffrant que nous.. tu voudrais vivre à Gaza ? tu voudrais vivre ce qu'ils vivent ? crois tu sincèrement que les psychiatres sont les mieux placés pour juger de la folie des hommes ? 

tout ce qu'ils font, ils ne le font que pour l'argent, que pour gagner sinistrement très bien leur vie en vivant comme des parasites sur la souffrance humaine... la misère des uns fait la richesse d'autres.. pendant qu'ils enferment des individus dans la maladie et l'invalidité et la pauvreté, condamnent à tout de bras de jeunes personnes en vulnérabilité ponctuelle, eux perçoivent un revenu net mensuel en comptant leurs prestations publiques et privées entre : 8000 et 15 000 euros par mois.. voilà mon point de vue et il est définitif..

Bisous

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le

je t'envie pour ton détachement par rapport à la maladie et le corps médical...j' ai réussi à vivre également 8 ans sans traitement ni suivi médical et malheureusement j'ai subi 2 phases maniaques depuis et à l'heure actuelle j'ai trop peur de faire de si grosses rechutes alors je me tiens à mon téralithe et les psy qui sont les seules personnes qui veulent bien m'écouter me plaindre.

je sais, c'est un peu pathétique et égoïste de se morfondre dans ce système, surtout après avoir vécu des moments d'une extrême intensité émotionnelle et humaine, mais je crois que chez moi la dépression me transforme en enfant fragile ayant besoin de palliatifs et incapable de réagir par lui même...

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le
Bon conseiller

lecombatordinaire j'en suis arrivée moi aussi à bien connaitre mes faiblesses et j'accepte maintenant le traitement tout en sentant que je dois faire attention à moi dans les situations compliquées. Pas de solution miracle c est la seule solution pour épargner ma famille mais c est pas le top; c est juste vivre correctement, c est mieux que vivre mal. 

Accepter sa bipolarité, serait-ce le début du bonheur ?


Posté le
Bon conseiller

Chantre c est ton choix de vivre sans médicaments et je le respecte. BISOUS

Discussions les plus commentées