https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/epilepsie.jpg

Patients Epilepsie

10 réponses

86 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonsoir

Pourriez vous me dire si nous avons obligation de signaler  une crise d'épilepsie au service médicale de notre préfecture? mon métier étant d'enseigner la conduite,ma première crise a été révélatrice d'une tumeur cérébrale je me suisfait opérer il y a 2 mois mais je reste sujet à risque,merci

Début de la discussion - 01/08/2012

Permis de conduire


Posté le

je ne sais pas si on doit le signaler, mais pour ma part je n'ai toujours pas le droit de passer le permis...

Permis de conduire


Posté le
Bon conseiller

L'épilepsie fait partie des pathologies qui sont tenues d'être déclarée à la Préfecture, c'est la loi. Un épileptique peut conduire mais avec une autorisation préfectorale. Si vous ne vous déclarez pas, votre assureur peut légalement refuser de vous prendre en charge en cas de problème. Tant qu'il n'y a pas de dégâts corporels...mais le jour où il y a un problème, vous ne serez pas couverts. En fait ceux qui conduisent sans autorisation préfectorale payent leur assurance voiture pour rien, en cas de gros pépins, l'assureur ne vous couvrira pas. Vous n'avez rien à déclarer à l'assureur, il n'a pas droit d'accès à vos données médicales mais vous devez le faire auprès de la Préfecture. Vous passerez devant une commission médicale dans les 2 mois. Si vous êtes stabilisé(e) dans votre pathologie, vous obtiendrez cette autorisation. Si vous ne faites pas la démarche, vous êtes dans l'illégalité (comme beaucoup, qui préfèrent ne rien dire de peur de perdre leur permis). Bon courage pour ces démarches qui nous stygmatise, sachant que si vous êtes déclaré inapte, rien ne vous sera proposé pour vous aider dans votre quotidien...à pied !

Permis de conduire


Posté le

Moi, le fait de ne pas pouvoir passer le permis de conduire, est un gros handicap; je prends le bus tous les jours et je vois autour de moi des jeunes qui sont au volant...On me pose sans cesse cette question: "Anna, pourquoi tu peux pas passer ton permis?". Je dis qu'il est très important de signaler l'épilepsie à la commission pour passer le permis. Apparemment, il faut passer 1 an sans faire de crise.

Permis de conduire


Posté le

Si on s'en tient à la loi, il faut aller se déclarer à la préfecture et passer devant la commission de permis de conduire. 

Il faut tenir compte des 2 situations, je suis épileptique et je dois passer le permis ou j'avais déjà le permis et je suis devenu épileptique.

Ce qui n'est pas évident c'est que cette commission peut selon sa composition le jour de votre passage vous donner un permis temporaire mais avec le même dossier médical et une composition différente, vous serez retoqué et là finito, plus de permis

C'est un problème de responsabilité pour les membres de la commission. A Toulouse, un épileptique avait fauché 7 personnes devant un abribus, que croyez vous qu'il est advenu des dossiers suivants à la commission? 

Permis de conduire


Posté le

dans le fondamental, je crois que nous épileptiques, devont conduire le moins possible, cad le faire uniquement lorsqu'on ne peut pas faire autrement. 

Donc oui c'est pas cool de faire du covoiturage, de prendre les moyens de transport en commun, faire les courses avec un collègue, des amis etc mais  c'est le mieux. Même si je reconduis, je prends le train le plus souvent possible, ca me coute moins cher et ca me fatique beaucoup moins. Pour les courses, j'optimise les déplacements, j'attends d'avoir un certain nombre de truc dans différents magasins avant d'y aller.

Pendant des années, j'ai tout (ou presque tout) fait mes déplacements en bus ou en train quitte à les enchainer. Ca peut être galère mais au moins, on limite le risque.

Permis de conduire


Posté le

Donc en tant qu'epileptiques, nous ne devrions pas conduire ?

Dans ces cas là, comment pouvons nous faire pour travailler ? Ou alors, autant se déclarer travailleur handicapé et vivre des allocations ? Je sais, cela peut paraitre extrême, mais personnellement, comme la plupart des épileptiques stabilisés, j'ai choisi de vivre ma vie normalement. Ce qui veut dire que nous devons concilier les effets secondaires des médicaments  avec notre vie sociale, familiale et professionnelle. Pour certains, plus de permis=plus de travail. Quand j'ai parlé à non neurologue du permis, il n'a même pas jugé nécessaire de me faire passer devant une commission.

C'est vrai que c'était il y a quelques années et les choses ont sans doute évolué, mais peut-être devons-nous arrêter de nous considérer comme des handicapés si nous voulons que les choses changent ?  En tant qu'adultes, nous connaissons notre maladie et nous savons quand et comment se déclenchent les crises. Nous savons si nous sommes capables de conduire; notamment par rapport à la fatigue souvent engendrée par les médicaments.

Après le débat est ouvert, et tout dépend bien entendu de la forme et de la gravité de l'épilepsie.  

Permis de conduire


Posté le

Bonsoir,

Je n'ai pas dit qu'un épileptique ne doit pas conduire, si ma mémoire est bonne il y a 500 000 épileptiques en France et la plupart des gens en âge de le faire le font et tant mieux.

Lorsque les personnes sont "raisonables" ie  ne conduisent pas si elles sont fatiguées, qu'elles prennent leur traitement etc etc pas de problème. le soucis c'est que tout le monde n'est pas aussi rigoureux.Dans le cas de toulouse (7 personnes fauchées, 2 morts)  le conducteur épileptique grand mal ne prenait pas son traitement, était sorti du parcours médical, sans permis et sans assurance.

Ensuite, certains ont l' "aura", on est averti de l'imminence de la crise, ce n'est pas le cas pour tout le monde.

Tout ce que je suggère c'est que nous pouvons tous utiliser au maximum les transports en commun quand ils existent évidemment, pour limiter la conduite au strict nécesssaire. Cela réduit les risques.

 Pour ce qui est du neurologue, c'est votre relation mais la loi ne dit pas que c'est au neurologue de vous faire passer devant la commission. la loi française est totalement hypocrite sur ce sujet, c'est au patient "de se déclarer", le médecin ne peut pas sauf circonstances exceptionnelles le faire à sa place pour respecter le secret médical. donc on se retrouve dans ce dilemne :soit je me déclare, je perds mon permis et je conduis sans donc je me retrouve "hors" la loi, soit je ne déclare pas, j'ai toujours mon petit papier rose (en cas de contrôle) et donc j'ai tout de même violé la loi puisque je ne suis pas passé par la préfecture. J'ai choisi la 2e solution en toute transparence avec mon généraliste (et même sur ses conseils puisqu'il faisait partie de la fameuse commision de permis de conduire, un comble!), mes neurologues, etc mais la première année , j'ai conduit 500km (je faisais 45000km/an), 1500 l'année après, 3000 etc, je tourne à 15 -17000km/an maintenant et quand bien même ma situation le permet, je privilégie le train pour aller bosser. Je doit conduire 10km pour aller à la gare, je fais donc 20km/j en voiture seulement au lieu de 70km si je faisais l'ensemble du trajet.

Je crois que là-dessus ce qui est important c'est la relation de confiance entre le patient et le médecin qui est le critère le plus pertinent.  

Permis de conduire


Posté le

Je corrige un peu mon message car il est un peu trop binaire pour la commission de permis de conduire, c'est pas parce qu'on y va qu'on se fait cisailler le permis à vie, dans mon cas au moment où j'aurais du le faire, c'était foutu. 2 ans après on était passé à 50/50, aujourd'hui je passerai (avis des spécialistes).

 Pour le délai, c'est 2 ou 3 mois il me semble après l'occurence de la maladie 

Permis de conduire


Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

Je relance ce sujet !

Discussions les plus commentées