https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/epilepsie.jpg

Patients Epilepsie

7 réponses

60 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
Bon conseiller

Bonjour. Comment s’est passée l’intégration scolaire de votre enfant ? Avec les profs ? Avec les autre élèves ? N’hésitez pas à partager votre expérience !

Début de la discussion - 01/08/2012

L'intégration scolaire


Posté le

bonjour !

pour ma part c'est pas "mon enfant" mais c'est moi....

depuis ma 6ème ma scolarité à été un peu chaotique... j'ai commencé à faire des crises, j’étais absente pendant des semaines au collège avec une montagne de boulot à faire pour rattraper mon retard, j'avais quand même de très bonne moyenne de 15 à 19 de moyenne général jusqu'en 2de où ça à dégringolé. en 4ème l’hôpital où je suis allée dans l’Oise à commencé à me dire que je faisais ma crise d'ado... je l'avais très mal pris, j'avais quand même beaucoup d'aide par rapport à mes prof, ils étaient très compréhensifs, me photocopiait les cours que je ratais me faisais rattraper mes contrôles parce qu'ils savaient que j'étais capable... j'ai eu le droit à un ordinateur le jour de mon brevet. sinon par rapport au élèves certaines de mes "amies" me reprochaient le faite que "je ne sois jamais là et que pourtant j'avais toujours de bonne notes" elles me reprochaient mes absence en général. "t'es pas là pour manger avec nous l'midi", "tu m'as laissé toute seule" bref.

J'ai déménagé en Bretagne et pour ma "première seconde général" on m'avais diagnostiqué l’épilepsie partiel pendant l'été précédant l'année du coup j'ai commencé mon traitement au lamictal, j'ai eu un premier petit groupe de "copines" qui à ma première crise au lycée m'ont dit "personne t'as vu j'espère ?" je les ai très vite laissé tomber pour mes "nouveau vrai amis" qui m'ont du coup connu directement avec cette pathologie là ça c'est plutôt bien passé ils ont tous été géniaux venaient me voir à l’hôpital, m'accompagnait dès que ça allait mal... pour les prof ça à été beaucoup plus compliqué certains étaient vraiment très sympa et conciliant, d'autre un peu moins et d'autre pas du tout, une de mes professeur d'espagnol m'as pris en grip et passais son temps à me dire que je devais laisser mes problèmes de santé à la porte de son cours ou chez moi... comme si je pouvais réellement faire ça.. -_-' les surveillants et la CPE m'ont autorisé à sécher son cours délibérément. arrivé à la fin de l'année il m'ont demandé de redoubler malgré ma moyenne général de 13 parce que j'avais été trop absente pendant l'année... malgré que je sois très triste j'ai accepté.

pour ma deuxième année de seconde, ça s'est passé un peu près pareil j'avais des profs très sympathique, plus la même prof d'espagnol les même amis... et arrivé à la fin de l'année ils ne voulaient toujours pas me faire passer en 1ère Littéraire à cause de mes absence répété, il y'a donc eu négociation, pour que j'aille dans une école spécialisé pour les épileptique, je ne voulais pas, on m'a proposer le CNED (cours par correspondance) où je serais en 1ère L comme je le souhaitais mais chez moi, et le proviseur m'avais arrangé un emploi du temps au lycée très léger pour que j'ai quand même une vie sociale... j'y allais du coup le lundi matin, mercredi matin et jeudi après-midi ça se passait plutôt bien avec le proviseur et le reste du corps lycéen. sauf la proviseur adjointe qui m'as convoqué en novembre à 14h  qui m'avais sorti en plein milieu d'un cours de français je suis donc allé dans son bureau avec mes affaires, m'as dis que je prenais le lycée pour un moulin que je n'avais rien à faire là, que je venais trop souvent... et qu'il fallait que je rentre chez moi en sortant de son bureau, je n'avais un car qu'a 17h45... j'ai appelé ma maman du coup pour qu'elle vienne me chercher, j’étais en pleure... Bref je ne suis pas retournée au lycée depuis.

j'ai du refaire encore une deuxième année de 1ère L avec le CNED du coup et ça n'as toujours pas collé j’étais vraiment mal toute seule chez moi à devoir travailler j'avais quand même envoyé quelque devoirs où j'ai eu de très bonne notes (16,17,5 ,19,...)  ça, ça s'est donc passé en juin dernier ils n'ont encore et toujours pas voulu me laisser passer en terminale du coup j'en suis à être aujourd'hui à ne pas savoir quoi faire en septembre...

travaille pour passer un DAEU dans deux ans ? ou une réorientation scolaire ?

désolé pour le pavé =p j'aime bien raconter ma vie ^^' bye !

L'intégration scolaire


Posté le

La période du collège s'était plutôt bien passée; tout le monde était très compréhensif (prof; élèves; personnel...) ; c'est au lycée que ça s'est gâté: les élèves étaient supers compréhensifs; c'était les profs qui ne voulaient pas comprendre! De 2006 à 2010, j'étais scolarisée dans un lycée pro'; donc il y avait de la pratique; je préparais un CAP Service Aux Personnes; il y avait de la pratique; mais j'avais beaucoup de difficultés de mémoire; de lenteur et les profs étaient toujours derrière moi; me disaient d'aller plus vite et ça me stressait énormément. J'ai quand même eu mon diplôme!  De 2008 à 2010, je préparais un BEPA Services Aux Personnes; mais en 2ème année, je faisais des crises pratiquement tous les soirs en internat; le lendemain: beaucoup de fatigue; peu de concentration, alors j'ai décidé d'arrêter les études; mon père et le proviseur n'acceptaient pas mon choix.

L'intégration scolaire


Posté le

Bonjour,

Pour notre fils ainé de 12 ans l'intégration c'est toujours bien passée. Bien sûr la mise en place du premier PAI à la maternelle a soulevé quelques craintes de la part du corps enseignants et notamment de l'injection du valium intra-rectal. nous sommes tombés sur un directeur d'école compréhensif car ce geste est normalement interdit en milieu scolaire et le directeur nous a assurés que c'est lui même qui le ferait. Heureusement, il n'a jamais eu à le faire car nous connaissons et anticipons parfaitement les auras et les prémices des crises. De même, nous avons toujours rassuré les enseignants sur le fait qu'il était très peu probable qu'il fasse des crises en classe.

L'intégration avec les autres éléves c'est aussi très bien effectuée depuis la maternelle jusqu'à aujourd'hui, en 6ème. Au contraire, les nombreuses abscences de notre fils pour hospitalisation ont succité la curiosité des enfants et il recevait souvent de la part de ses copains des lettres d'encouragement.

D'un point de vue scolaire, les enseignants nous ont toujours rapporté leur étonnement de voir notre fils reprendre et rattraper avec une grande facilité les cours qu'il avait manqués.

Aujourd'hui la question ne se pose presque plus car, il a intégré un centre spécialisé pour enfants épiléptiques en Bretagne, le centre de Toul Ar C'Hoat sur la commune de Châteaulin. Ce centre comporte des classes depuis le CP jusqu'à la 3éme et les enseignants sont donc sensibilisés et habitués aux crises. Il est en internant pendant 15 jours et revient un week-end sur 2, chez nous, chez lui à Paris.

L'intégration scolaire


Posté le

Pour moi ça a été très compliqué étant donné que quand j'ai commencé à avoir mes crises je venais d'entrer au lycée. Cela m'a coûté énormément d'absence, des difficultés à me concentrer, à être attentive, à mémoriser les choses, & ça m'a surtout coûté deux redoublements (La 2nde & la 1ere, mais je l'ai refusée) car les profs ne comprenaient pas que je devais aller régulièrement voir ma neurologue & parce que je n'ai pas pu faire les voyages de classe, qui étaient importants dans l'année. Maintenant que ça va un peu mieux j'ai moins de rdv médicaux donc mes absences diminuent :) Mais dans mon malheur j'ai de la "chance", pour le bac je bénéficie d'un tiers temps (du temps en plus) afin de pouvoir passer mes épreuves sereinement, sans trop de pression. 

L'intégration scolaire


Posté le

moi mon fils  a 9 ANS

c'est la catastrophe,il arrive plus a tenir  il trouvait tous difficile,en plus son professeur elle a traiter d'un retarder et elle a mis a l"ecart et seul , alors je vous raconte se qui s'est passer apres , maintenant il veut plus aller a l"ecole .c'est un vrai cauchemar quand vie chez moi .

L'intégration scolaire


Posté le

Mes crises ont débuté au lycée donc rendez-vous fréquent chez la neurologue, j'arrivais à gérer les cours. En dernière année de Bac, mes crises ont été plus fréquentes donc absente en cours et beaucoup de rendez-vous, pour rattraper les cours ce la fut très difficile. La directrice m'a proposé le tiers-temps pour l'examen et cela fut très utile. Puis je suis rentrée en BTS et je ne voulais pas évoquer devant la classe que j'étais épileptique  mais j'aurais du car j'en ai fait une et les élèves ont paniqué. Maintenant les élèves sont au courant ainsi que les professeurs et ils savent comment réagir.

L'intégration scolaire


Posté le

j'ai fait ma 1 ere crise en cm2. j'en ai refait qqs unes en 6eme puis je n'en ai fait aucune pdt  plus de 2ans et demi. ça a repris en 3eme et j'en ai fait de plus en plus juskà mon operation environ 4ans plus tard. bizarrement c pdt le college ke je me suis sentie le plus mal, je n'avais pas d'amis,je me sentais seule,isolée alors ke je n'avais pas de difficultés à l'ecole et ne faisais pas de crises. puis c qd les crises ont repris ke g reussi à avoir des amis, une vie sociale alors ke je faisais des crises regulierement qui m'epuisaient, qui provoquaient ds troubles de la memoire. auj, je ne suis tjrs pas guerie malgré mon operation mais néanmoins g l'impression que ma vie sociale evolue, j'arrive mieux à aller  vers les autres malgré l'epilepsie et ls crises d'angoisse frequentes. evidemment, ça demande qd meme ds efforts d'ailleurs, je vois une psychiatre depuis 2ans et demi. c surement ce travail et l'age qui me font evoluer. je pense d'ailleurs qu'il aurait été bien que je commence une therapie plus tot ms à l'epoque je ne voulais pas en entendre parler.

Discussions les plus commentées