https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

Echanger autour de la dépression ?
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué Bonjour - Tu es entrain de lancer un SOS - Pour ça nous pouvons t'aider un peu - As-tu un suivi médicale  un traitement  

@pseudo-masqué‍  & @pseudo-masqué‍  Pouvez-vous apporter diriger @pseudo-masqué‍  ? Merci à vous deux 

Echanger autour de la dépression ?
1

Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué non, je n'ai pas répondu au questionnaire. T3, T4 ...... c'est quoi ?

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le

alors voilà,  voilà.... tu me prends au saut du lit...  alors je fais un copié/collé =

Définition des hormones thyroïdiennes

Les hormones thyroïdiennes sont sécrétées par la thyroïde, une glande située au niveau du cou, et sont produites à partir d’iode et d’un acide aminé (la tyrosine). Elles sont nommées triiodothyronine (T3) et thyroxine (T4), et sont sous le contrôle d’une hormone hypophysaire appelée TSH (Thyroid Stimulating Hormon) ou thyréostimuline. Lorsque les taux d’hormones thyroïdiennes diminuent, ceux de la TSH augmentent et inversement.

La T4 représente environ 80% des hormones produites par la thyroïde. C’est une hormone inactive, mais elle peut se convertir en T3, qui elle est active, après déionisation dans les cellules cibles. On dit que la T4 est la pro-hormone de la T3.

Les hormones thyroïdiennes sont liées en forte proportion à des protéines de transport dans la circulation sanguine : la TBG, la TBPA, ou encore l’albumine. 
Les hormones thyroïdiennes exercent un effet sur tous les tissus en participant à la régulation de nombreuses réactions métaboliques. Citons par exemple : croissance et développement des tissus (développement du système nerveux central, fabrication et renouvellement des cellules sanguines (hématopoïèse), etc.)
métabolisation des nutriments
- thermorégulation
- régulation du système cardio-vasculaire
 

Pourquoi faire une analyse des hormones thyroïdiennes ?
Si le médecin soupçonne un dérèglement thyroïdien, il peut prescrit un dosage de la TSH et des hormones thyroïdiennes pour confirmer et évaluer l’ampleur du dysfonctionnement.

L’examen des hormones thyroïdiennes
En premier lieu, pour confirmer ou non la présence d’une atteinte thyroïdienne, le médecin prescrit un dosage de la TSH dans le sang veineux. Pour cela, il suffit de pratiquer une prise de sang, en général au niveau du pli du coude.

Si les valeurs de TSH sont anormales, et qu’il y a donc suspicion de trouble thyroïdien, le médecin peut prescrire dans un second temps un dosage de la T4 et/ou la T3 pour évaluer l’ampleur du dysfonctionnement thyroïdien. Le dosage se fait également à partir d’un échantillon sanguin veineux mais il n’est pas systématique. 

Quels résultats peut-on attendre d'une analyse des hormones thyroïdiennes ?
Les dosages des hormones thyroïdiennes permettent de mettre en évidence une hyperthyroïdie ou une hypothyroïdie (sécrétion excessive ou au contraire insuffisante d’hormones thyroïdiennes).

Le taux de TSH se situe normalement entre environ 0,2 et 4 mU/l (milli-unités internationales par litre). Si c’est effectivement le cas, la thyroïde est considérée comme fonctionnant correctement. Une valeur élevée traduit une hypothyroïde, alors qu’une valeur anormalement baisse suffit généralement à diagnostiquer une hyperthyroïdie.

Pour affiner son diagnostic, le médecin peut demander le dosage de T4 libre (T4L). Cela lui permettra de confirmer l’hyper ou l’hypothyroïdie et d’en évaluer l’importance. Plus le taux est élevé, plus l’hyperthyroïdie est prononcée. Plus il est faible plus l’hypothyroïdie est avérée.

Le médecin peut également demander une analyse de la thyroïde, par échographie, pour évaluer son état et sa taille (ce qu'on m'a fait, j'ai 2 nodules, c'est tout à fait banal)

Si le patient est atteint d’hypothyroïdie (ce qui est mon cas), il peut avoir les symptômes suivants :

prise de poids
peau sèche
constipation
intolérance au froid
fatigue
perte de cheveux
présence d’un goitre, c’est à dire une augmentation du volume de la glande thyroïde
ou encore irrégularité des menstruations chez les femmes

En cas d’hyperthyroïdie, les symptômes sont par exemple :

augmentation du rythme cardiaque
anxiété
perte de poids
difficulté à dormir
sensibilité à la lumière
ou encore des tremblements dans les mains

 

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le

bonjour @pseudo-masqué‍ si tu trouves que je ne respecte pas les C.G.U. de Carenity, tu appuies sur le rond noir avec un point d'exclamation blanc, en haut à droite, et la modération avisera ! ils sont payés pour ça ! tu me considères comme un homme ? voilà qui vaut un j'aime ! donc la discussion "appartiendrait à " à vous, puisque tu écris NOTRE discussion ?  à qui précisément selon toi ?

Ce site appartient à un diplômé de l'EDHEC et de la London School of Economics, il me semble...

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le

comment tu fais pour ne pas manger de sucres lents @pseudo-masqué‍ ?  tu as un enfant malade ? comme c'est triste... ne pas lui faire manger de gluten, ça doit être dur pour lui...

Echanger autour de la dépression ?
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué‍  Bonjour - Tu te calmes - Une je sais très bien que tu es une femme - Deux tu me disais que tu n'étais pas en dépression donc pas la peine de venir ici 

Pas besoin de tes conseilles non plus pour prévenir la direction  !!!

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le

ah, le REIKI t'a fait du bien @pseudo-masqué‍ ... 

En France, en raison de « faits inquiétants », l'UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu victimes de sectes), dans un texte de 2002 intitulé « le Reiki et ses dérives », demande aux personnes souhaitant pratiquer le reiki de « distinguer les pratiques sérieuses et enrichissantes des pratiques manipulatoires ». La Mission interministérielle de VIgilance et de LUtte contre les DErives Sectaires (MIVILUDES) cite le reiki dans son rapport de 2005 dans le chapitre L’Irrationnel et pratiques thérapeutiques. Elle note un grand retour de la pensée magique et la croyance que les miracles pourraient être une alternative possible à des méthodes thérapeutiques conventionnelles. Désignant entre autres le reiki, elle remarque également que des « groupes, souvent d’inspiration orientaliste et revendiquant parfois le titre de thérapies énergétiques entretiennent ainsi l’idée d’apparence plus pragmatique selon laquelle chacun pourrait devenir son propre guérisseur, après initiation. Mais la croyance selon laquelle il serait donné à chacun, après formation accélérée, de transmettre ou de recevoir ce pouvoir de canalisation d’une « énergie vitale universelle » promue force de guérison, compose elle aussi une vision bien peu rationnelle de la médecine ; parce qu’elle repose sur un fondement dénué de toute objectivité scientifique, elle peut d’autant plus facilement déboucher sur des dérapages éventuels, ainsi qu’en attestent certains témoignages de pratiques de guérison à distance, voire par téléphone, actuellement, développées par certains adeptes du reiki » À nouveau, dans son rapport de 2016-2017, la MIVILUDES note : « l’absence de reconnaissance par l’État des formations et des diplômes délivrés (…) pour le reiki (…) peut induire un amateurisme de la part de certains pseudo-thérapeutes. D’autant que n’importe qui peut se déclarer (…) « maître reiki » et enseigner ces techniques. » Elle ajoute : « Ces techniques font d'ailleurs leur apparition dans quelques établissements de santé avec tous les risques que cela peut représenter pour les patients (déstabilisation, perte de chance de guérison). » 

Pour le médecin criminologue et spécialiste des sectes Jean-Marie Abgrall, « Dans le champ des médecines énergétiques qui posent question, d’autres méthodes de soins [comme le reiki], appellent à la plus grande prudence. [...] Face à l’augmentation des demandes d’information et des témoignages à charge recueillis par les associations de terrain sur cette mouvance en particulier, celles-ci appellent les pouvoirs publics à se montrer particulièrement vigilants à l’égard des dérives que la pratique du reiki pourrait engendrer ».

En 2017, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires a consacré un chapitre entier de son rapport annuel au reiki. La mission signale notamment l'usage de méthodes d'emprise psychologique classiques : « valoriser la victime pour mieux asseoir l’emprise du gourou thérapeute. Il s’agira de convaincre l’adepte qu’il est exceptionnel et que pour aller mieux et retrouver son énergie, sa joie de vivre et tout son potentiel, il devra se séparer de son conjoint, se couper de ses amis, et surtout suivre des stages, généralement coûteux, mais nécessaires pour accéder au bien-être. [...] Petit à petit la relation va se baser sur l’admiration du patient envers son thérapeute, qui pourra imposer toutes ses exigences, allant jusqu’à la soumission totale de l’adepte qui aura subi des pressions réitérées afin d’altérer son jugement »1.

Audrey Keysers de la Miviludes, estime qu'en 2019 « S’agissant du reiki, la méthode est mentionnée dans plus de 300 signalements qui nous sont adressés sur les trois dernières années ». De même, le Gemppi à Marseille, le Caffes dans le Nord-pas-de-Calais, Secticide à Verdun, les associations de prévention contre l’emprise sectaire ont toutes reçu des témoignages de dérives liées au reiki.

Parmi les faits divers qui ont marqué l'opinion publique, le 10 janvier 2019 voit la condamnation de Luce Barbe après plus de dix ans de procès pour abus de faiblesse, après que la « maîtresse reiki » ait embrigadé une vingtaine de personnes psychologiquement affaiblies pour les faire travailler gratuitement dans son exploitation en échange de compensations occultes. En fuite, elle est arrêtée dans la forêt de Brocéliande dans le Morbihan en janvier 2019.

Absence de formation médicale des « soignants »
L'absence de formation et de régulation des praticiens dans le domaine du reiki pose également des problèmes : cette discipline n'est encadrée par aucune autorité, et n'importe qui peut se proclamer « praticien en reiki » sans la moindre formation (« accessible sans diplôme particulier » selon la fiche Rome K1103 de Pôle Emploi). Certains instituts privés proposent toutefois des formations, mais leur diplôme n'a aucune valeur institutionnelle. Ainsi, « il est possible de devenir maître Reiki en trois ou quatre stages de formation accélérée pendant les week-end, aux tarifs progressifs de 120 à 1500 euros, suivant le degré d’initiation ». Ainsi, « Pour les promoteurs du reiki, il serait possible après une formation accélérée de transmettre ou de recevoir le pouvoir de canalisation d’une « énergie vitale universelle ». [...] Il est possible de devenir maître reiki en trois ou quatre stages de formation accélérée les week-ends. Certains témoignages font état de séances de guérison à distance et dans certains cas par téléphone ou visioconférence ». Cette facilité à monter en grade fait partie pour la MIVILUDES de la stratégie sectaire de nombreuses mouvances de cette technique : « On fait également miroiter à l’adepte la possibilité de devenir lui-même « praticien » voire formateur, ce qui est en soi très valorisant et réconfortant pour une personne en perte de repères ».

En quête de respectabilité, la nébuleuse du reiki a inventé « un environnement institutionnel avec des fédérations destinées à faire oublier que ces pratiques ne sont pas reconnues par les Autorités sanitaires et qu’ils interviennent en dehors de tout cadre légal. Ils éditent des chartes ou des codes de déontologie, non contraignants dès lors qu’il n’existe pas d’ordre professionnel reconnu par l’État ». Cependant, selon la journaliste Constance Vilanova, « cette nébuleuse manque de cadre et ouvre les portes à des charlatans voire des manipulateurs et gourous. »

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué‍ je répondais à une personne qui me demandait ce que signifiaient T3,T4, T4l, que c'était pour évaluer le fonctionnement de la thyroïde. Effectivement, les généralistes prennent souvent pour des symptômes de dépression, une fatigue constante, voire un épuisement, qui n'est que la manifestation d'une hypothyroïdie. On m'a fait essayer quasiment toutes les sortes d'anti-dépresseurs, pendant une dizaine d'années, pour QUE des effets négatifs, jusqu'à ce que j'aboutisse chez une endocrino, qui m'a "tâté" la thyroïde, et s'est exclamée "mais c'est tout petit, tout ça !". Et j'ai appris que la thyroïde était le "chef d'orchestre" de l'organisme.

Echanger autour de la dépression ?
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué  ah bon j'ai un enfant malade moi ? mais arrêtes d'inventer ma vie alors que tu ne la connais pas, tu n'es pas depressive alors tu n'as rien à faire sur cette discussion, on est là pour aiider les gens qui souffre toi tu es là pour nous saouler alors stp arrêtes de polluer cette discussion merci

Echanger autour de la dépression ?
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué  il faut demander de l'aide à votre généraliste ou aller au CAOD, c'est les urgences pour les dépressions avec envie suicidaire, il y a des numéros d'urgences téléphonez ne restez pas seule avec votre mal être, on peut voir un psychologue ou psychiatre ou infirmière psy dans un CMP aussi, Ne restez pas comme ça surtout bon courage